Voltaire

MEMOGRAMES éditions

  • 6 NOUVEAUTES EN 2016...

    MEMOGRAMES -Somville John-Sous l'aile de Papillon-cover.jpgMEMOGRAMES - Donnay Guy - Les Religions - cover.pngMemogrames 2016 - RADENAC - la Lumiere de Thot - cover.jpgMemogrames - COHEN -le jour de repos - cover soft web.jpg

    MEMOGRAMES-Francken-Les Oubliés de la Grande guerre - cover.jpg

     

     

     

     

     

      

       En 2016, le catalogue des éditions Memogrames s’enrichit de six titres (et huit références). Seulement six nouveautés au lieu des quinze de 2015, car celui qui porte la société à bout de bras depuis 2003 a subi, en avril, une intervention chirurgicale suivie d’une longue convalescence, un événement privé qui, inévitablement, a modifié aussi le rythme de vie de la maison d’édition. Nous bouclerons donc 2016 avec un roman historique à l’époque pharaonique, deux imposants essais dans la collection Les Carnets de l’Olympe (déclinés chacun en édition brochée ordinaire et en édition de luxe) , un récit autobiographique et une enquête d’Hercule Poirot au Pays des Collines dans la collection Ulysse et, enfin, une monographie dédiée à une page oubliée de notre histoire en 1914-1918, dans la collection Arès.

    Lire la suite

  • POUR LES NON-CROYANTS...

       Un ouvrage de 704 pages au format B5, dans son édition de luxe (couverture cartonnée et exemplaire numéroté) proposé en souscription au prix de 48 €, au lieu de 52 € (soit au prix de l’édition ordinaire brochée, qui sera disponible en librairie pour la rentrée littéraire d’automne). Compte tenu du succès de la souscription et à la demande de plusieurs de nos réseaux sociaux, la souscription a été prolongée jusqu'au 31 août.

       Le Professeur Guy Donnay nous propose une approche rationaliste, critique, mais non polémique des religions, du culte des ancêtres de l’homme de Neandertal aux dérives djihadistes de l’Islam, des mégalithes aux négations créationnistes des découvertes scientifiques des derniers siècles. Ecrit par un non-croyant à l’intention première des non-croyants, l’ouvrage retiendra aussi l’attention des croyants désireux de découvrir la religion à travers un autre prisme que le leur.

    MEMOGRAMES - Donnay Guy - Les Religions - cover.pngLE LIVRE  Alors que nous assistons depuis deux ou trois décennies à un retour massif du religieux, peu de gens, même cultivés, croyants ou non, ont une notion claire de ce qu’est une religion. Le but du présent essai est d’aider les uns et les autres à mieux comprendre le phénomène religieux en un temps où il en est abondamment question dans les médias, sur les réseaux sociaux et dans les conversations du Café du Commerce, mais rarement en connaissance de cause.

       Cependant, l’étude des religions est sans aucun doute le domaine de recherche qu’il est le plus difficile d’aborder en restant tout à fait objectif. L’honnêteté commande donc à celui qui s’y aventure d’annoncer d’emblée la couleur. Non-croyant, l’auteur s’exprime dans le langage des non-croyants et c’est tout naturellement qu’il a écrit ce livre à leur intention. Mais il s’adresse aussi aux croyants désireux de découvrir la religion à travers un autre prisme que le leur.

       L’approche qu’il propose est certes critique, elle n’est pas polémique. Le livre s’achève d’ailleurs par un plaidoyer en faveur d’une laïcité respectueuse de toutes les croyances ou, plutôt, de tous les croyants pour autant que, de leur côté, ils respectent les lois des États démocratiques où ils vivent. Le vivre-ensemble dans une société de plus en plus multiculturelle et multiethnique impose, en effet, plus que jamais à tous les êtres humains de se respecter les uns les autres et ce respect mutuel est conditionné par une compréhension mutuelle des coutumes et des convictions de chacun.

       Cet essai ne prétend nullement rivaliser avec les nombreux ouvrages et collections qui se sont donné pour tâche d’offrir un panorama complet et détaillé de toutes les religions passées et présentes. Sa seule ambition est de retracer, dans une perspective rationaliste, les grandes lignes d’une évolution, qui va de la préhistoire à nos jours. Car, dès l’origine, homo sapiens a été un homo religiosus. Les représentations que nos ancêtres de Cro-Magnon ont gravées et peintes sur les parois des grottes de Dordogne et d’ailleurs il y a 30 000 ans avaient incontestablement une fonction magico-religieuse. Mais, quelque 40 000 ans plus tôt, l’homme de Neandertal enterrait déjà ses morts avec des offrandes de nourriture, des bois de cerf ou des cornes de bisons ou de bouquetins, ce qui suppose la croyance en une certaine existence post mortem. On a même cru déceler des indices de pratiques funéraires au paléolithique inférieur, il y a 600 000 ans, voire davantage.

       À l’aube de l’histoire, la religion est présente dès les premiers témoignages écrits en Mésopotamie, en Égypte, en Inde, en Chine… L’Antiquité foisonne de polythéismes avant que des penseurs se mettent à envisager l’unicité du divin, ouvrant la voie au monothéisme. Quant aux trois « religions du Livre », aujourd’hui dominantes, ce ne sont que des avatars tardifs d’un phénomène aussi ancien que l’humanité pensante : le judaïsme n’a commencé à prendre sa forme actuelle qu’au VIe siècle avant notre ère, le christianisme n’a que deux mille ans, l’islam pas même un millénaire et demi.

       Pour ceux qui refusent d’admettre qu’elles ont été révélées aux hommes par des êtres surnaturels, les croyances religieuses sont des créations humaines, et il est rare que l’homme crée sans raison. Dès qu’ils ont été capables de penser, nos ancêtres ont dû se poser des questions du genre « D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? » et, n’y trouvant pas de réponses évidentes, ils en ont inventé en partant de leur expérience et de la connaissance qu’ils avaient d’eux-mêmes et de leur environnement. Telle est l’hypothèse de travail adoptée par l’auteur.

       Ni le structuralisme ni la psychanalyse n’étant sa tasse de thé, il s’est efforcé de rester au plus près des faits. C’est pourquoi il a tenu à partir, dans la mesure du possible, des données « brutes » que les fouilles archéologiques, les enquêtes ethnographiques et l’étude des textes ont permis d’établir. Données dont, grâce à sa double formation de philologue et d’archéologue, il n’hésite pas à proposer des interprétations originales.

    L’AUTEUR Né en 1933 à Liège (Belgique), Guy Donnay est diplômé en philologie classique et photo Guy Donnay page 4 of cover.JPGen histoire de l’art et archéologie de l’Université Libre de Bruxelles, où il enseignera pendant plus de vingt ans l’histoire de la religion grecque et celle de la pensée scientifique de l’Antiquité. Parallèlement, il a assuré la direction du Musée royal de Mariemont, ainsi que la gestion et l’étude de sa riche collection d’antiquités. Il a aussi participé à plusieurs fouilles archéologiques en Grèce et en Syrie.

       L’expérience acquise dans ces différents domaines lui a permis d’aborder de façon globale et transdisciplinaire l’étude de la religion grecque antique, puis des religions en général. Son intérêt pour le phénomène religieux remonte à l’adolescence. Au lycée, sur le conseil d’un de ses professeurs, il lit le Traité d’histoire des religions de Mircea Eliade. À l’université, il se familiarise avec l’étude comparée des religions, une étude qu’il ne cessera de poursuivre par la suite.

       Elle sera constamment enrichie par sa participation à des groupes de recherche belges et internationaux et des échanges avec des collègues ou des étudiants. Le présent essai synthétise soixante années d’enquêtes et de réflexions.

    Lire la suite

  • A l'école d'Henri CHARRIERE (PAPILLON)

    John Somville en Guadeloupe 2016.jpg   John SOMVILLE (alias Jean et Juan) est né à Bruxelles, où il a fréquenté l’Athénée Adolphe Max. Il a dix-sept ans quand il émigre au Venezuela, où ses parents escomptent une vie meilleure. Toutefois, à Caracas, la famille Somville implose rapidement...

       L’auteur nous relate cinq années de sa vie – 1952-1957 - qui auront influencé toute son existence, grâce à la rencontre d’un homme hors du commun qui, un moment compagnon de sa mère, sera aussi, pour lui, un père adoptif bienveillant et influent : un certain Monsieur Henri, alias Papillon (oui, l’évadé du bagne de Cayenne qui a relaté ses souvenirs dans un épais bouquin au succès mondial et que Steve Mac Queen a interprété magistralement à l’écran), bref, pour l’état civil, Henri Charrière !

       John Somville aurait pu nous livrer une autobiographie bien plus complète, mais il a tenu, dans ce premier récit, à rendre hommage à l’homme qui l’a aidé à mûrir et à se détourner de voies sans issue...

    Cette relation père-fils eut pour cadre des circonstances tumultueuses et passionnantes, faites d’imprévus et de rebondissements parfaitement romanesques, s’ils n’étaient pourtant que purs vécus. Sous l’Aile de Papillon nous donne aussi à découvrir un Henri Charrière fort différent du Papillon roi de l’évasion…

    John SOMVILLE, Sous l’Aile de Papillon – Venezuela 1952-1957 – récit autobiographique - ISBN  978-2-930698-31-1 – 224 pages – 20,00 € TTC - En librairie à partir de début septembre 2016.

    Pour découvrir la biographie complète de John SOMVILLE, lire son interview exclusive, ainsi qu'un extrait du livre, cliquez ci-dessous :

    Lire la suite

  • Nouveauté dans la collection ARES...

     Début septembre, la collection Arès des éditions Memogrames, dédiée à la mémoire des temps de guerre, s’enrichira d’un nouveau titre, Les Oubliés de la Grande Guerre, soit une enquête menée par Louis Francken, un docteur en physique désormais retraité, au départ de l’expérience de ses deux grands-pères, autour du vécu des 30.000 soldats belges internés en Hollande, pays neutre en 19141918, soucieux de ne pas s’impliquer dans le conflit et de ne pas irriter les autorités teutonnes.

       L’auteur nous fait découvrir une page occultée de notre histoire - Henri Pirenne n’y consacra que deux lignes - : lors de l’invasion de la Belgique par les troupes allemandes en 1914 et la retraite stratégique de l’armée belge sur Anvers, puis en retrait de l’Yser, quelque 30.000 soldats furent contraints de franchir la frontière belgo-hollandaise.

    Les Pays-Bas, pays neutre dans le premier conflit mondial, désarmèrent les soldats belges et les internèrent durant quatre ans dans des camps surveillés militairement. C’est dans l’un d’eux que se rencontrèrent les deux grands-pères de l’auteur, ainsi que le peintre et sculpteur brabançon Rik Wouters, qui partagea leur sort jusqu’à sa mort prématurée en 1916.

       La présente enquête, basée sur nombre de témoignages, les archives familiales (photos et lettres inédites) et les écrits émouvants de Rik Wouters et de son épouse Nel, nous offre l’opportunité de découvrir les actions auxquelles participèrent les troupes de forteresse durant les premiers mois du conflit, puis les circonstances de leur internement aux Pays-Bas, les conditions de vie de leurs familles, hébergées dès 1916 dans des villages construits à leur intention et, enfin, leur retour à la vie civile dans l’après-guerre.

       Considérés à leur retour au pays après l’armistice de 1918 comme des planqués, le sort de ces hommes et de leurs familles durant la grande guerre a été dénigré par la presse et par certains responsables politiques. De nos jours encore, leur histoire reste ignorée du grand public. Passant pour une péripétie anecdotique peu glorieuse en comparaison des quatre années d’enfer passées dans les tranchées de l’Yser par le reste de l’armée belge, elle est généralement ignorée dans les évocations historiques de la Grande Guerre.

       Le livre, préfacé par le Docteur Patrick Loodts (auteur de La Grande Guerre des Soignants, Memogrames 2014), est proposé dans un format 22 x 22 cm et compte 162 pages abondamment illustrées de documents pour l’essentiel totalement inédits. Il est proposé au prix de 20,00 € TTC. Il sera disponible dans les boutiques de plusieurs musées militaires, les librairies Militaria ou ayant un rayon consacré aux ouvrages évoquant la Grande Guerre ou sur commande auprès de tout libraire consciencieux. Il pourra aussi être commandé directement chez Memogrames via un simple mail (memogrames@yahoo.fr), un appel téléphonique durant les heures de bureau (067/63.71.10) ou une télécopie (067/63.70.87), moyennant une participation aux frais d’expédition de 3 € pour la Belgique (autres pays : nous interroger à ce propos).  

    Cliquez pour lire l'interview de Louis Francken.

    Lire la suite

  • HERCULE POIROT MENE L'ENQUETE

     Au Pays des Collines, un splendide manoir du 19e siècle s’est désormais métamorphosé, grâce aux talents conjugués de deux frères, Jean-Baptiste et Christophe Thomaes, en un prestigieux rendez-vous gastronomique distingué par deux étoiles au Guide Michelin.

    MEMOGRAMES-Provost-Les Mystères du Mylord-cover.jpg   Ellezellois d’adoption depuis plus de quarante ans, l’artiste-peintre, auteur de bandes dessinées et écrivain Michel Provost s’est intéressé aux origines du Château du Mylord et, à l’issue de recherches scrupuleuses et pointues, il reconstitue pour nous, dans un style ludique et avec l’appui d’Hercule Poirot – le célèbre détective est, nul ne l’ignore,, originaire d’Ellezelles - les pérégrinations de Frédéric Bebb Gubbins De Kilfrush, sauveur de la ville de Bénarès, lors de la révolte des cipayes en 1857, et de son épouse Belonie Creteur, née à Ellezelles, qui furent les premiers propriétaires du célèbre château.

       L’ouvrage, richement documenté de belles illustrations en couleur, est préfacé respectivement par Serge Hustache, le Président de l’Association Rencontre des Cultures d’Orient et d’Occident ( coéditrice du livre avec Memogrames) et par les frères Thomaes. Le premier nous recommande : Pour bien profiter de ce livre, oubliez l’histoire « vraie », activez votre machine à remonter le temps et embarquez sans hésiter avec « Hercule Provost » dans le Bénarès-Ellezelles Express”

    Michel PROVOST, Les Mystères du Mylord, coédition de Memogrames et RCOO - 148 pages au format 22 x 22 cm, ISBN 978-2-930698-35-9 – prix : 20,00 € TTC, disponible début septembre auprès des éditions Memogrames, de l’association Rencontre des Cultures d’Orient et d’Occident, du restaurant Le Mylord et des bonnes librairies de Wallonie picarde (et des autres bonnes librairies du Royaume, sur commande)

    Lire la suite

  • Des Italiens dans nos mines dès 1922 !

    fils de houilleur - Mattiato 100 - blog.jpg   On commémore actuellement les 70 ans des accords italo-belges de 1946, à l’origine de l’immigration en Belgique, pour travailler dans les charbonnages, de milliers d’Italiens. Nombre de médias, de moins en moins enclins à un travail sérieux d’investigation, oublient toutefois, à cette occasion, de rappeler que les premiers Italiens venus travailler dans nos mines ont répondu à un appel à main-d’œuvre du gouvernement belge dès 1922.

       Ce fut le cas d’Eugène Mattiato, arrivé au Pays Noir en 1924 pour rejoindre son père et descendre à la mine pour son quatorzième anniversaire. Avide de savoir, le jeune homme suivit diverses formations à l’Université du Travail, en cours du soir, après son travail à la mine. Militant syndical et intellectuel autodidacte, Eugène Mattiato passa progressivement d’une écriture militante, au profit des feuilles syndicales, à une écriture littéraire au service de ses compagnons mineurs. Son roman La Légion du Sous-Sol, paru en 1958, deux ans après le drame du Bois du Cazier, fut primé et connut un vaste succès, mais valut aussi à son auteur d’être licencié de la mine où il travaillait. Toutefois, ses autres romans ne furent jamais publiés de son vivant. Seules la ténacité de sa veuve Marie-Louise Prévost et sa rencontre avec Luc Verton, le fondateur des éditions Memogrames, permirent l’édition posthume de plusieurs romans décrivant le travail de la mine : Fils de Houilleur, La Babel des Ténèbres, Le Baiser à la Morte. Ces ouvrages sont disponibles auprès de l’éditeur, des bonnes librairies (p.e. de stock chez Molière à Charleroi) ou à la boutique du Bois du Cazier, à Marcinelle.

    Lire la suite

  • DANIEL COHEN SUR RADIO JUDAICA...

    radio_judaica_def.jpgCe lundi 6 juin 2016, de 18h.30 à 19h.30, Daniel COHEN, auteur de l'imposant Memogrames - COHEN -le jour de repos - cover soft web.jpgessai Le Jour de Repos des Origines au Concile de Nicée en 325, était interviewé sur Radio Judaïca, la radio de la communauté juive de Belgique, à écouter en région bruxelloise sur 90.2 ou sur le web (cliquez sur le logo de la radio pour vous connecter). 

    Le livre est disponible chez l'éditeur en édition brochée (32 €) et en édition reliée (36 €), à commander par un simple mail à memogrames@yahoo.fr ou un contact téléphonique au 067/63.71.10. Il est disponible également en librairie, dans sa version brochée.

  • REYNDERS A CUBA... et notre promo !

    cuba si cover WEB.jpgDepuis la médiatique visite du Président Obama à La Havane et l’esquisse d’une normalisation entre les USA et Cuba (n.b. même si le scandaleux embargo économique américain décrété en 1962 n’est toujours pas intégralement levé et que la restitution de la zone de Guantanamo n’est pas envisagée à ce jour…), les pays européens, dont la Belgique, ont opté pour une stratégie de normalisation des relations avec l’île socialiste.

       Le voyage que notre ministre des affaires étrangères vient d’entreprendre à Cuba ce 29 mai devrait permettre le développement de partenariats économiques et culturels entre les deux pays, même si … Didier Reynders n’avait saisi préalablement l’opportunité qui s’offrait à lui lors de son passage sur notre stand en novembre dernier, à la Foire du Livre belge à Uccle, d’acquérir le magnifique album du photographe Jean-Jacques Sommeryns, CUBA SI ! paru chez Memogrames, dans notre collection Ulysse en octobre 2015.

       Cuba Si !, c'est un magnifique album relié, grand format, de 192 pages sur un superbe papier glacé de 150 gr. C'est surtout 140 photos de Jean-Jacques Sommeryns, à la découverte d'un peuple, accompagnées de textes introductifs de chapitres dus à divers contributeurs, tous amoureux de Cuba. Fait désormais rare dans l'édition belge, le livre est bilingue français-néerlandais et pourra donc "faire carrière" dans tout le Benelux.

    A l’occasion du déplacement de notre Ministre des Affaires étrangères à La Havane et jusqu’au 15 juin inclus, nous vous proposons ce splendide ouvrage au prix de 28 € au lieu de 32 € (offre réservée aux particuliers résidant en Belgique).

     

    Lire la suite

  • EN RADIO ET CHEZ FILIGRANES...

    rtbf-et-dieu-dans-tout-c3a7a.jpgL’émission radiophonique Et Dieu dans tout ça ?, animée par Jean-Pol Hecq et diffusée sur La Première RTBF le dimanche en fin d’après-midi, accueillait Daniel COHEN le 10 avril, pour son livre Le Jour de Repos, des origines au Concile de Nicée en 325. En cliquant sur la photo ci-contre, vous pouvez réécouter cette émission.

    Memogrames - COHEN -le jour de repos - cover soft web.jpgPar ailleurs, la librairie Filigranes, à Bruxelles, accueille Daniel COHEN ce mardi 26 avril 2016, à 18h.00, pour la présentation de son livre, en connivence avec l’un des préfaciers, le Professeur Baudouin Decharneux, de l’ULB. L’auteur dédicacera son livre à l’issue de cette présentation.

    Daniel COHEN, Le Jour de Repos des origines au concile de Nicée en 325, 432 pages au format B5, édition brochée disponible en librairie au prix de 32 € TTC - ISBN978-2-930698-28-1. Un édition reliée est par ailleurs disponible auprès de l'éditeur au prix de 36 € TTC. A commander par mail à memogrames@yahoo.fr

  • Louis VAN GEYT est décédé

       Ce jeudi 14 avril, Louis Van Geyt, ancien député et président du parti communiste belge, s’est éteint à l’âge de 88 ans. Il avait été député de l’arrondissement de Bruxelles de 1971 à 1981 et avait assumé la présidence du PCB-KPB de 1972 à 1988, imprimant une vision européenne qui lui attira des sympathies au-delà des cercles communistes.

       De 2012 à 2015, il avait consenti de livrer ses souvenirs au journaliste Jean Lemaître, lors d’entretiens hebdomadaires. Ce travail de mémoire de longue haleine s’est concrétisé, voici quelques mois, sous la forme d’un épais ouvrage, Louis Van Geyt, la Passion du Trait d’Union.*

    MEMOGRAMES cover van geyt.jpg   Dans ce livre, l’ancien leader communiste répond sans tourner autour du pot, aux questions incisives de son interlocuteur. Les premiers chapitres permettent de découvrir l’homme, Flamand d’Anvers que ses parents scolarisent en français quand ils arrivent à Bruxelles, le père, juriste, obtenant une charge de professeur à l’ULB. Étudiant socialiste quand il fréquente l’Université de Bruxelles, il fait le pas et adhère au PC. Il renonce à une carrière à la Banque nationale de Belgique et devient permanent au parti communiste, dont il sera ultérieurement député et président.

    Pour le reste – l’essentiel du livre – c’est l’histoire du PC, de la Gauche belge, des événements internationaux au cours de quatre décennies, de 1945 à 1985 : les positions sectaires de l’époque Lallemand, le congrès de Vilvorde, tentative de déstalinisation avant la lettre, la Hongrie, Khrouchtchev, le schisme maoïste, la solidarité internationale, l’Union des Progressistes, le combat pour la dépénalisation de l’avortement, la lutte contre les missiles, les rencontres avec Berlinguer et Gorbatchev, la fin de la représentation parlementaire du PC, début de la fin, la chute du mur de Berlin… Et pourtant, dressant le bilan de ce long parcours et analysant la situation actuelle, le vieux militant qu’était resté Louis Van Geyt prône encore et toujours les luttes face aux injustices et inégalités de notre monde.

       Le livre a été présenté, depuis sa parution en novembre 2015, lors de plusieurs soirées à Bruxelles et en Wallonie. Le 15 février dernier, Louis Van Geyt était présent lors de la soirée organisée par les Amis de la Morale laïque de Molenbeek et Memogrames, à Bruxelles laïque, Avenue de Stalingrad, dans les bâtiments de l’ancien siège national du parti communiste(cfr. photo : en avant-plan, Louis Van Geyt, en arrière-plan, de gauche à droite, Philippe Moureau, préfacier du livre, Jean Lemaître et Hermine Thirion, Présidente fondatrice de l'AML-Molenbeek). L’homme était visiblement ému de l’hommage qui lui était rendu dans la salle même où il avait présidé tant de séances du comité central du PC. Mais il avait aussi tenu un discours militant empreint d’un optimisme à toute épreuve. On le savait malade, mais on n’imaginait pas alors qu’il s’agissait là de sa dernière sortie publique.

     La sortie de presse du livre de Jean Lemaître, Louis Van Geyt, la Passion du Trait d’Union, n’était pas passé inaperçue… Elle a fait l’objet d’une demi-page dans Syndicats, le bimensuel de la FGTB, d’un article de plusieurs pages dans Le Vif, d’une interview sur La Première, dans l’émission Un Jour dans l’Histoire, etc. Récemment, l’ancien sénateur PS Jean Cornil écrivait, dans Agir par la Culture, le périodique de Présence et Action culturelle : «(…) ce témoignage est un hommage à la vie d’un combattant politique et citoyen qui porte haut son indépendance d’esprit. Nous avions plus que jamais besoin de Louis Van Geyt. »

       Louis Van Geyt avait aussi enregistré avec Jean Lemaître une interview, disponible sur YouTube en cliquant ci-dessus, sur la couverture du livre.

       Les éditions Memogrames présentent leurs condoléances émues à Claudine, son épouse, et à la famille.

    Lire la suite

  • Jean Lemaître au Club Achille Chavée...

    MEMOGRAMES cover van geyt.jpg   Après Liège, Herstal, Bruxelles, Saint-Gilles, … c’est à La Louvière que Jean Lemaître présentera son livre Louis Van Geyt, la Passion du Trait d’Union, dans le cadre du Cycle d’Histoire sociale et ouvrière organisé conjointement par CEPRE, CIEP, la Braise, Marche des Migrants et Club Achille Chavée.

          Sous le titre Un demi-siècle d’histoire vécu par Louis Van Geyt, dernier Président du Parti Communiste de Belgique, la conférence de Jean Lemaître se tiendra le mardi 12 avril 2016, à 19h.00 ; au Club Achille Chavée – 34, rue Abelville, à La Louvière. A l’issue de la conférence et de l’échange avec le public, l’auteur dédicacera son ouvrage.

       Economiste, Louis Van Geyt fut un responsable du Parti Communiste de Belgique dès la fin des années 40. Président de 1972 à 1995, il a assumé la fonction de député pendant dix ans. Inlassable militant pour la paix et pour l’unité du mouvement ouvrier, il porte, lors d’un long dialogue avec Jean Lemaître, un regard critique sur les différents événements qui ont marqué  la seconde moitié du XXème siècle et sur son parcours de dirigeant.

       Le livre de Jean Lemaître, Louis Van Geyt, la Passion du Trait d’Union (440 pages au format B5 - ISBN : 978-2-930698-21-2) est vendu au prix de 32 €. Il est généralement de stock chez divers bons libraires (L’Ecrivain public, à La Louvière, Filigranes et Tropismes à Bruxelles, L’Air Libre à Ixelles, Joli Mai à Saint-Gilles, Librairie du Centre à Aywaille, … ou peut être acheminé vers votre libraire préféré dans un délai habituel de 3 jours ouvrables. Il peut aussi être commandé directement chez Memogrames (uniquement pour la Belgique) et livré dans les 48 heures, sans frais d’envoi, moyennant un mail à memogrames@yahoo.fr mentionnant vos coordonnées complètes (Nom, prénom, adresse postal de livraison, un N° de portable afin que le transporteur vous appelle en cas d’absence). La facture est jointe à l’envoi et payable sous les huit jours.

    Pour plus d'infos concernant la conférence de Jean Lemaître le 12 avril à La Louvière, contactez : Club Achille Chavée - 34, rue Abelville - 7100 La Louvière – Tél.: 064/26.38.20 - GSM: 0472/ 253.490 - jp.michiels@skynet.be

     

     

  • Daniel COHEN sur La Première...

    Memogrames - COHEN -le jour de repos - cover soft web.jpgRécemment réduite d’une heure à une-demi heure et déplacée à une heure d’écoute moindre (le dimanche, de 17h.30 à 18h.00 au lieu de 11h.00 à midi) malgré le mécontentement pétitionné de nombreux auditeurs, l’émission Et Dieu dans tout ça ? de Jean-Pol Hecq s’emploie à décrypter, analyser et comprendre les phénomènes sociétaux, culturels, philosophiques et politiques marqués par l’empreinte des religions. Le dimanche 10 avril, Daniel COHEN y sera interviewé à propos de son essai récemment paru chez Memogrames : Le Jour de Repos des Origines au Concile de Nicée en 325.

       Par ailleurs, une présentation du livre est prévue le mardi 26 avril, entre 18 et 20h.00, à la Librairie Filigranes, à Bruxelles. L’auteur y sera interrogé par le Professeur et Académicien Baudouin Decharneux, de l’ULB. L'auteur dédicacera son ouvrage à l'issue de la présentation.

  • SHABBAT : tradition juive, mais encore ?

    Daniel COHEN est né en 1934 en Tunisie, dans une famille juive arabophone et orthodoxe. Instituteur de formation, il enseigne à Tunis, tout en poursuivant des études de droit à l’université. Après un bref passage en France, où, ne pouvant envisager une carrière d’avocat, il travaille dans le privé. Il se marie et s’installe en Belgique en 1965, travaille brièvement dans la lingerie féminine, avant de s’orienter vers le commerce diamantaire, où il se partage entre Anvers, l’Italie et Israël. Parallèlement à sa vie professionnelle, il veille, pendant neuf ans, aux destinées de la Communauté israélite sépharade orthodoxe de Bruxelles, comme vice-président, puis président et, à ce titre, est administrateur au Consistoire central israélite de Belgique. Retraité en 1999, il reprend, en 2002, des études universitaires à l’ULB et, en février 2010, à 76 ans, est reçu, docteur en philosophie, après avoir soutenu la thèse Le Jour de Repos depuis les origines jusqu’au Concile de Nicée en 325, à l’origine du présent ouvrage.

    Lire la suite

  • Sous le règne d'Aménophis III

    ... Disponible chez les bons libraires de Belgique et de France dès le 25 février... 

       Egypte antique, 1390 avant notre ère, période dite du «Nouvel Empire», XVIIIe dynastie... Sous le règne du pharaon Aménophis III, le pays du Nil connaît un âge d’or sans précédent. Ahmès, issu d’une famille de la petite noblesse thébaine, apprécié pour sa droiture, devient ainsi médecin attaché à la Cour royale, et va, malgré lui, être entraîné dans le tourbillon de l’Histoire, alors que de sombres menaces pèsent sur le royaume. Né une nuit de pleine Lune, sa mère le nomme Ahmès, «celui qui est né de la Lune». Il tentera, toute son existence, de rester fidèle aux valeurs que lui aura inspirées le grand Dieu lunaire Thot, "celui qui est doué de tout savoir et de toute sagesse", scribe divin, père de toutes les sciences, des arts et de la médecine.

       Son sens de l’humanité et son destin hors du commun seront-ils en mesure de déjouer les forces du chaos ? Les aventures du médecin Ahmès à travers l’Afrique, les provinces égyptiennes et le Proche-Orient, nous entraînent dans un vaste tableau du règne d’Aménophis III. On découvre l’Egypte ancienne à son apogée. Les anecdotes, les us et coutumes, ainsi que les descriptions culturelles et typographiques abondent et donnent au texte une réelle couleur locale.

       L’auteur, Stéphane Radenac, Lillois originaire de Normandie, diplômé de l’Université de Poitiers et Magister Artium de l’Université de Cologne, se consacre depuis des décennies à l’Egypte antique. Parallèlement à ses études de Lettres, il a poursuivi ses recherches spécialisées sur l’histoire prestigieuse de cette civilisation disparue et de nombreux voyages dans la vallée du Nil ont alimenté sa passion. Il nous propose de la partager avec ce premier roman historique, bien charpenté et dûment documenté, qui renouvelle assurément le genre.

    Nous avons rencontré l'auteur et lui avons posé quelques questions à propos de son roman et de sa passion pour l'Egypte ancienne.

    Lire la suite

  • Soirée autour d'un livre...

     SDC14824.jpg  Ce lundi 15 février 2016, la grande salle de conférence de Bruxelles laïque ne suffisait pas à contenir le nombreux public (quelque 120 à 130 personnes) présent pour la soirée organisée conjointement par les Amis de la Morale laïque de Molenbeek, les Editions Memogrames et le CarCoB, à l'occasion de la présentation du livre de Jean Lemaître, Louis Van Geyt, la Passion du Trait d'Union, paru en novembre dernier. Malgré ses 89 ans et des problèmes de santé, l'ancien président du PC belge était présent, accompagné de son épouse Claudine.

    SDC14877.jpg   Après une introduction par Hermine Tihirion, fondatrice de l'AML-Molenbeek et désormais présidente d'honneur, sont intervenus successivement Philippe Moureaux, préfacier du livre et en charge de présider la soirée, Jean Lemaître, l'auteur, et Pierre Galand, Past Président du Centre d'Action laïque. A l'issue des 3 interventions, la parole revint à la salle, les 3 orateurs répondant au fur et à mesure aux questions, prises de positions et souvenirs des intervenants. En fin de soirée, le directeur de Memogrames a fleuri Louis Van Geyt, son épouse Claudine, ainsi qu'Hermine Thirion : œillets, roses et tulipes avaient un point commun : le rouge !  

    SDC14841.jpg Et la salle de conférence de Bruxelles laïque vibrait de son ancien statut de "salle du Comité central", du temps où le bâtiment abritait le siège national du PCB-KPB.

       Cette soirée autour du livre de Jean Lemaître ne sera pas la seule : une soirée s'est déjà tenue à Liège début novembre et d'autres soirées sont programmées dans les semaines à venir à La Louvière, en région liégeoise, dans le Borinage et encore à Bruxelles. Nous en reparlerons ultérieurement.

       Le livre a par ailleurs fait l'objet de recensions dans la presse écrite (Le Vif, Syndicat, Le Drapeau Rouge, ...) ou d'émissions (RTBF, La Première, Un jour dans l'Histoire)

    Soirée Van Geyt 032 (1).JPG

     

     

    Lire la suite

  • J. LEMAIRE RECOIT SERGE HUSTACHE

    2015serge.jpg   Serge Hustache est un fin connaisseur de l’Orient, où il a voyagé à de nombreuses reprises. Il est également passionné par les écrivains voyageurs du 19e siècle et a, de longue date, accumulé une abondante documentation sur les périples orientaux des Flaubert, Lamartine, Loti, Nerval et autres. Dans une démarche similaire à celle qui l’avait guidé pour son précédent ouvrage, Sur les traces de Pierre Loti ou la Terre sainte d’un agnostique, paru chez Couleurs Livre en 2012, il publie à présent, dans la collection Ulysse des éditions Memogrames, L’Egypte de Gérard de Nerval, un splendide livret de 84 pages au format carré 22 x 22 cm, abondamment illustré des photos de l’auteur, habilement légendées de citations de Nerval.

    Déjà interviewé, à l'occasion de cette parution, par Jean-Pol Hecq sur La Première, dans le cadre de l'émission Un Jour dans l'Histoire, il l'est à nouveau par Jacques Lemaire, dans l'émission radiophonique de La Pensée et les Hommes, sur le web.

    Lire la suite

  • Télésambre en a parlé...

    0049.jpg   Auteur de L’Affaire oubliée de Charleroi*, Philippe WILLE, collectionneur et historien autodidacte devenu, au fil des années et des documents accumulés, un spécialiste de l’armée allemande durant la première guerre mondiale, a choisi Memogrames pour publier, en novembre 2015, un ouvrage surprenant, mettant en valeur le travail des photographes qui, avec les moyens techniques de l’époque, ont immortalisé sur la pellicule la vie dans les tranchées, tant chez les Alliés que dans les rangs allemands. A côté des portraits des belligérants, posant fièrement, avant leur départ pour le front, avec leurs uniformes neufs et pimpants, dans les décors figés des studios photographiques, nous découvrons aussi des prises de vue instantanées, où les héros sont sales et fatigués et où rôde en permanence la mort. Des photos qui nous racontent le vécu quotidien et la souffrance de ces hommes, toutes nationalités confondues, (sur)vivant quatre ans durant dans les tranchées, la boue, la vermine et la crasse.  

       Philippe Wille commente chaque cliché, en extirpe les moindres informations et nous aide à les déchiffrer. Travail de longue haleine au cœur des archives, qu’il convient de saluer. Quand on lui demande pourquoi cet ouvrage, il répond par une citation de l’écrivain allemand Ernst Jünger : « Donner sens à ce qui, pour ceux qui regardent les choses d’en bas, n’est qu’absurdité et expression de l’imperfection humaine, c’est un devoir sacré envers les morts comme envers les nouvelles générations qui doivent continuer à travailler à un ouvrage dont il leur faudra percevoir la croissance organique et l’unité interne, si elles veulent y participer avec une véritable conviction. Car un jour viendra leur tour de parfaire ce que nous n’avons pu parfaire. Elles pourront entrer avec fierté en possession de leur héritage… » (Préface de l’édition originale, Le Boqueteau 125, 1924). Ce livre a bénéficié d’une pleine page dans la Gazette de Charleroi et d’un reportage sur Télésambre 

    Lire la suite

  • La presse en parle...

    Dans sa livraison du 27 novembre, Syndicats, le bimensuel de la FGTB, consacre, sous le titre "Bilan globalement positif d'un parti disparu", une demi-page au livre de Jean Lemaître, Louis Van Geyt, la Passion du Trait d'Union, coédité par Memogrames et le CarCoB et paru début novembre. Et le journaliste de relever notamment : "Dissidence grippiste prochinoise, éparpillement de l'ultragauche en chapelles maoïste, trotskyste et autres tenants de la 4e internationale, la vie du PCB réduit à la portion congrue aura finalement été largement dépendante du contexte géopolitique et de la division du monde en deux blocs antagonistes. Il aura pourtant une influence certaine sur la gauche socialiste et sur le mouvement syndical à travers les cellules d'entreprises. Mais faute de pouvoir se rénover, il poursuivra son déclin et se cantonnera dans le rôle d'aiguillon du parti socialiste, de jeteur de ponts entre l'action syndicale et l'action politique, d'artisan de l'union des progressistes. Sans oublier l'action pacifiste."

    Lire la suite

  • ENFANTINES, de Sophie PERENNE

       Parmi les 7 nouveautés Memogrames parues en novembre 2015, Enfantines, une passionnante  autobiographie introspective d’une petite fille de la bourgeoisie belge, entre 1941 et 1953, vient enrichir la collection Horus, dédiée aux destinées individuelles.

       L’auteure, Sophie Perenne, alias Monique Dumont, est l’arrière-petite-fille d’Albert Dumont, fondateur de La Panne, la petite-fille de François Dumont, créateur du char à voile, la petite-nièce de l’architecte Alexis Dumont, constructeur de l’ULB, la fille de Philippe Dumont, concepteur de la galerie Ravenstein. On ne s’étonnera donc pas de la place accordée par l’auteur à la côte belge et à la région des Moeres. Ni de son amour pour l’architecture qui traverse ce récit et l’amène depuis toujours à sillonner la planète en quête d’ivresse devant l’art des bâtisseurs.

       Philosophe de formation ayant prolongé son cursus à Madrid et Cologne, opposante à la guerre du Vietnam, coopérante au Maroc, militante de gauche soutenant les grèves des mineurs limbourgeois ou des ouvriers de Michelin, militante féministe, animatrice culturelle en milieu scolaire, activiste pour une « cité humaine » et un environnement durable, Franc-maçonne ayant écrit plusieurs livres, passionnée de taijiquan et sculptrice…, elle aurait pu nous proposer une longue autobiographie aux multiples rebondissements : elle se contente de revisiter son enfance, pendant et juste après la Seconde Guerre mondiale. Elle nous met en garde : voyager dans son enfance ressemble à l’errance dans une médina originelle. Mais Sophie Perenne ne se contente pas d’évoquer une époque révolue, de visiter le monde de l’enfance. Elle s’interroge aussi sur le fonctionnement de la mémoire et analyse le rôle du contexte primordial dans la construction d’une personnalité.

    Nous lui avons posé quelques questions…

    Lire la suite

  • SOUFFRIR D'ENSEIGNER... en poche

      Paru en octobre 2013, Souffrir d’Enseigner…Faut-il partir ou rester ?, précieux guide à destination des personnels enseignants en difficulté, hésitant entre la poursuite de leur carrière pédagogique et une réorientation professionnelle, a rencontré un tel succès auprès des enseignants, des milieux syndicaux et associatifs, de la presse ou encore des décideurs de l’Education nationale, qu’il est désormais quasi épuisé alors que les demandes continuent d’affluer. Dès lors, Memogrames et son partenaire, l’association Aide aux Profs, ont décidé de le proposer dorénavant dans une édition de poche, plus maniable et moins onéreuse. Il est le premier titre d’une nouvelle collection chez Memogrames, baptisée très simplement Memo’Poche. Référencé sous l’ISBN 978-2-930698-27-4, l’ouvrage compte toujours 384 pages, mais dans un format B6, soit moitié moins grand que l’édition originale. La couverture est identique, mais les bleus se sont mués en « rouge Beaujolais nouveau », la taille des caractères reste parfaitement lisible et, surtout, il est vendu à 15 € au lieu des 26 € de son aîné.

    Lire la suite