Voltaire

MEMOGRAMES éditions de la mémoire

  • AU SALON DU LIVRE DU TOUQUET...

    DSC_1727.JPG

    Vue générale du stand ce samedi matin 18 novembre au Salon du Livre du Touquet

    DSC_1725.JPG  DSC_1736.JPG

    Nathalie Boutiau (L'Absolue Nécessité de l'Instant) et Bernard Garrel (Danse avec le Mammouth) en dédicace sur le stand Memogrames ce samedi. Il seront rejoints l'après-midi par Christian Doué (Sous le Soleil d'Apamée)

    DSC_1721.JPG  DSC_1733.JPG

     

  • SOUS LE SOLEIL D'APAMEE... un roman antique dédié à l'Empereur Gallien

    Christian DOUE, Sous le Soleil d'Apamée.jpg   L'empereur Gallien est un des empereurs les plus controversés de l'histoire romaine. Inconnu ou presque du grand public, qui lui préfère les empereurs sanguinaires tels que Néron, Caligula ou Caracalla, emblématiques tels que César ou Auguste, philosophes tels que Marc Aurèle ou Julien l'apostat. Gallien, de surcroît, est largement condamné par l'Histoire Auguste (textes latins écrits après sa mort),  alors que les historiens grecs ont plutôt tendance à l'encenser. Malheureusement, les historiens français jusqu'au 19e siècle se référeront davantage à l'Histoire Auguste et laisseront de cet empereur une image terrible (décadent, lâche, débauché, incompétent ...). Heureusement, au 20e siècle, Léon Homo lui rendra grâce en réhabilitant son œuvre.

       Christian Doué, historien de formation ayant fait carrière dans le milieu bancaire, est un numismate averti, spécialiste des monnaies antiques. Il est le président du Cercle Numismatique Dainvillois. Parmi les empereurs romains dont il collectionne les monnaies, Gallien, qui a régné à Rome de 253 à 268 de notre ère, a retenu son attention et acquis sa sympathie… Par ailleurs, passionné de théâtre, Christian Doué appartenu à la Compagnie théâtrale Harmines, troupe d’amateurs pour laquelle il a écrit plusieurs pièces, tant en français qu’en langue picarde, jusqu’en 1995.

       Dès lors, le dramaturge relève le défi de relater, par le biais d’un roman, la vie de ce César trop souvent inconnu du grand public.

    LE LIVRE : Quelques années après la mort de l’empereur Gallien, un de ses proches, Amelius d’Apamée, disciple de Plotin, entreprend de conter, à ses élèves, la vie trépidante et malheureuse de son protecteur, à une époque où la Rome éternelle est en proie aux dangers les plus divers. Les barbares menacent les frontières du nord de l'empire et des Balkans et les Perses fondent sur le Moyen-Orient romain. Mais le péril le plus grand se trouve dans l’environnement immédiat de César. Ses propres généraux, issus du rang, nommés par lui, n’auront de cesse de le critiquer et, pour certains d’entre eux, de se soulever contre son autorité.

       Amelius, qui s’est réfugié à Apamée sur l’Oronte, en Syrie romaine où il a ouvert une école de philosophie, est là, face à ses disciples et élèves. L’existence dramatique de Gallien est une opportunité pour leur dispenser quelques règles de vie et rétablir une vérité vacillante, salie par les dénigrements les plus fous.

       Nous sommes à la fin du IIIe siècle. L’anarchie militaire a placé, au sommet du pouvoir, un Dalmate intelligent et impitoyable. Il s’appelle Dioclès. L’histoire le connaît mieux sous le nom de Dioclétien. Les cités syriennes sont riches. Le commerce est florissant. Mais la guerre est, une fois encore, aux portes de l’Empire.

       Promenons-nous, si vous le voulez bien, avec Amelius, dans cet Orient en proie aux doutes, à la crainte, aux peurs. Quittons la domus pour rejoindre le forum. Passons devant les échoppes aux odeurs enivrantes. Visitons les temples aux statues multicolores. Entrons dans les termes, écoutons les cris joyeux qui émanent de la palestre, rendons-nous chez le coiffeur et rentrons au logis pour profiter, le jour tombant, de la douceur du péristyle.

       Et laissons-nous bercer par la parole d’Amelius...

    Lire la suite

  • SALONS DE NOVEMBRE...

     

    11-12 NOVEMBRE 2017 – de 10 à 19h00 – Halle aux Draps de Tournai 

    Tournai la Page 2017 affiche.jpgTournai la Page – 23e édition

    Sur le Stand Memogrames – des auteurs en dédicace

    Samedi 11 novembre :

    De 10h00 à 12h00 : Charles SUSANNE,

    Quand le Darwinisme reste dérangeant !

    De 10h00 à 12h00 : Claude RENARD,

    Octobre 1917 et le Mouvement ouvrier belge

    De 13h00 à 15h00 : Michel MAJOROS, Droit à la Paresse

    De 13h00 à 17h00 : Christian DOUE, Sous le Soleil d’Apamée

    De 15h00 à 17h00 : Jean LEMAITRE, Le Jour où tout bascula

    Dimanche 12 novembre :

    De 10h00 à 12h00 : Michel PROVOST, Les Mystères du Milord

    De 10h00 à 12h00 : Claude RENARD, Octobre 1917 et le Mouvement ouvrier belge

    De 13h00 à 15h00 : Georges MICHELS, Bordel, où reste le Progrès de l’Humanité ?

    De 13h00 à 15h00 : Nathalie BOUTIAU, L’absolue Nécessité de l’Instant

    De 15h00 à 17h00 : Michel MAJOROS, Droit à la Paresse

    De 15h00 à 17h00 : Christian DOUE, Sous le Soleil d’Apamée

     

    affiche Salon livre Toquet 2017.jpg17-18-19 NOVEMBRE 2017 - de 10 à 19h00  

    SALON DU LIVRE DU TOUQUET

    Salle des Quatre Saisons - Av. de l'Hippodrome  

    Sur le Stand Memogrames – des auteurs en dédicace :

    Samedi 18 novembre :

    De 10h00 à 12h00 : Nathalie BOUTIAU,

    L’absolue Nécessité de l’Instant

    De 13h00 à 17h00 : Bernard GARREL,

    Danse avec le Mammouth

    De 13h00 à 17h00 : Christian DOUE,

    Sous le Soleil D’Apamée

    Dimanche 19 novembre :

    De 13h00 à 17h00 : Christian DOUE,

    Sous le Soleil D’Apamée

    De 13h00 à 15h00 : Guy LENGAGNE, Quand le Darwinisme reste dérangeant (sous réserve)

     

    25-26 NOVEMBRE – de 10 à 18h00 – LOTTO MONS EXPO - avenue Abel Dubois à Mons

    MON’S LIVRE, premier salon du livre de Wallonie

    Sur le stand Memogrames (espace "éditeurs historiques et scientifiques - stand 125, dès l'entrée principale de droite), des auteurs en dédicace

    affiche mons livre 2017.jpgSamedi 25 novembre :

    De 10h00 à 12h00 : Charles SUSANNE,

    Quand le Darwinisme dérange !

    De 10h00 à 12h00 : Ph. YANNART,

    Pourquoi la Tour de Sainte Waudru…

    De 13h00 à 15h00 : Michel MAJOROS, Droit à la Paresse

    De 13h00 à 15h00 : Nathalie BOUTIAU,

    L’absolue Nécessité de l’Instant

    De 15h00 à 17h00 : Jean LEMAITRE,

    Le Jour où tout bascula

    De 15h00 à 17h00 : Christian DOUE, Sous le Soleil d’Apamée

    Dimanche 26 novembre :

    De 10h00 à 12h00 : Ph. YANNART, Pourquoi la Tour de Sainte Waudru… 

    De 13h00 à 15h.00 : Georges MICHELS, Bordel, où reste le Progrès de l’Humanité ?

    De 13h00 à 15h00 : Emmanuel WAEGEMANS, Pierre le Grand en Belgique

    De 15h00 à 17h00 : Michel MAJOROS, Droit à la Paresse

     

    2-3 DECEMBRE – de 14 à 18h00 – Salon LIRE L’HISTOIRE

    Cercle Royal Gaulois - rue de la Loi 5, 1000 Bruxelles (à côté du Théâtre du Parc)

    slide03_2017.jpg

    Nos auteurs Jean Lemaître (Le Jour où tout bascula) - samedi et dimanche - et Emmanuel Waegemans (Pierre le Grand en Belgique) – dimanche - y sont conviés par l’organisateur.

    Plus d’infos : http://www.leclubdelhistoire.com/ecrirelhistoire/index.php 

    Lire la suite

  • Lieutenant-Général Joseph LEROY

    couverture Joseph LEROY.jpg   Luc Leroy n’est pas un historien professionnel, seulement un amateur éclairé et appliqué, scrupuleux dans ses recherches. L’influence érudite de sa mère et de son oncle d’une part, sa passion pour les voyages (il fut longuement chauffeur d’autocar et a parcouru à ce titre toute l’Europe), l’architecture, la culture et l’histoire d’autre part, et, enfin, sa curiosité pour un aïeul auréolé de son grade de Lieutenant-Général et un parcours militaire remarquable, l’ont amené à ce travail de longue haleine, mené pendant de longues années et qui aboutit enfin à ce livre très documenté, hommage d’un petit-fils à son grand-père dont il ne garde que le souvenir furtif d’une rencontre à Louvain : le vieux général lui avait offert un jouet… Un tank !  Rien de plus car Joseph Leroy est décédé en 1959 alors que Luc n’avait que trois ans.

       Ce livre est une aventure, la saga d’un homme qui s’est engagé à l’armée en 1900 et a vécu l’Histoire de la première moitié du XXe siècle. C’est l’ascension sociale de l’enfant illégitime d’une ouvrière qui entre dans une famille bourgeoise et finit par une invitation royale, avec le plus haut grade.

       C’est l’incertitude des réfugiés jetés sur les routes de l’exode par la barbarie de la guerre et comment la belle-famille de Joseph Leroy a vécu cela.

       Mais c’est aussi l’aventure d’un millier de photos que le petit-fils du Général cherche à expliquer, pendant quatre ans, et qui surfe, lit une centaine de livres, enquête, questionne et interviewe des cousines qu’il découvre, des riverains, des historiens amateurs et professionnels, etc.

       C’est une aventure palpitante où les photos délivrent (ou pas) leurs secrets au hasard des rencontres ou des lectures.

       Ce livre est un livre d’Histoire (il révèle quelques découvertes) mais surtout, c’est l’Histoire vue à travers les photos de Joseph Leroy, donc forcément incomplète, mais agréable à lire, car à taille humaine. C’est le livre d’une histoire dans l’Histoire.

     Joseph Ghislain Leroy est né à Luttre le 5 avril 1884, de Palmyre Marie Leroy, âgée de presque 24 ans, et de père inconnu. Dans les années 1920 (35 ans plus tard !), on priait encore pour la rémission de l’âme de Palmyre Leroy à l’Institut de l’Enfant Jésus de Nivelles. Palmyre se mariera plus tard avec François Negelbeens, journalier à l’Arsenal du chemin de fer à Pont-à-Celles, avec qui elle aura d’autres enfants : Irma, Julie et Marie. Jospeh fit ses primaires à l’Ecole Communale de Luttre et ses moyennes à Gosselies, faisant chaque jour le trajet en sabots, se faisant souvent emmener sur la charrette d’un paysan.

       En cette fin du dix-neuvième siècle, la vie ne doit pas être facile pour un enfant de père inconnu. D’autre part, un beau-père n’est jamais qu’un beau-père et leur relation était plutôt orageuse. Bref, vraisemblablement pour échapper à cette ambiance familiale pesante, il choisit de s’engager comme volontaire de carrière : dès ses 16 ans, en plein milieu de l’année scolaire, le 11 avril 1900. Il est versé dans l’infanterie au 6e Régiment de Ligne. Après un mois, le 7 mai 1900, il est nommé Caporal, puis Sergent le 21 octobre 1901. Cinq jours plus tard, le 26 octobre, une décision ministérielle l’admet à l’Ecole Militaire. À ce moment, il était sans doute à cent lieues de penser qu’il finirait avec le plus haut grade. Il y entre donc en section Cavalerie-Infanterie, le 18 novembre 1901.

       La suite de cette brillante ascension, de cette carrière exemplaire au service de son pays... au fil des 270 pages du livre qui paraît en ce début novembre chez Memogrames dans la collection Arès, sous un format 22 x 22 cm, illustré de près de 600 photographies et proposé en librairie au prix de 32 €. 

    Référence ISBN : 978-2-930698-53-3, à mentionner à votre libraire habituel pour une commande aisée.

    Lire la suite

  • DROIT A LA PARESSE - critique des mythologies du travail

    les fainéants de Macron - nyssen.jpg   Avec ses avatars - progrès, compétition, croissance, excellence… - le Travail s’érige en dogme avec maîtres à penser, chefs, adeptes jusqu’au fanatisme, combien hypocrites quand il s’agit de faire travailler pour de l’argent.

       Heureusement, face à la confusion entre contrainte et servitude volontaire, des critiques de ce modèle remettent le travail à sa place : un moyen, une nécessité, à libérer d’urgence pour habiter cette planète. Rendre à la paresse son rôle de conscience et de pilote de notre vie.

     Droit à la paresse

    Un siècle de critique des mythologies du travail

    Droit à la Paresse - cover page 1.jpg  L’histoire du droit à la paresse selon Lafargue restait, semble-t-il, inexplorée dans nos régions, pourtant riches de personnages paresseux. L’auteur s’y est attelé avec sa formation, sa pratique historique et son vécu. Point de départ après Lafargue : les cent années qui suivent la conquête de la journée des huit heures, avec si peu d’avancées pour libérer notre temps, et notre vie.  Plusieurs grandes crises et deux guerres mondiales figurent au calendrier, guerres pour des marchés d’armes et de matières premières, autrement dit la tuerie d’un grand nombre pour une minorité. Conflits entrecoupés de paix locale si ce n’est sociale, sous pression productiviste et publicitaire assortie de destructions d’emplois impressionnantes.

       La documentation immense de cette recherche aborde rarement la question de la paresse, sinon  de façon indirecte, pour dénier son droit, et la maltraiter. Toujours au nom d’un idéal noble mais abstrait : Travail, Progrès, Patrie, Expansion, Croissance … Les pratiquants et les largués de la réalité du travail émettent un autre point de vue, plutôt rancunier ou désespérant. Les vacances consommées en foule consolent mal de onze mois de courses pour les mériter.  Comme les autres salariés et travailleurs de partout, des écrivains et des artistes critiquent les idéologies et les mythes du travail en créant des œuvres de paresse. En sept périodes successives, un siècle de critique des mythologies du travail exprime une première approche de ce thème d’avenir.

     L’auteur – Michel MAJOROS

    Michel Majoros.jpgNé au milieu d’un siècle violent et d’une Europe écartelée, Michel Majoros vit en Belgique, aimant aussi rencontrer le monde. Après des décennies d’enseignement de l’histoire, surtout avec des exclus, il s’adonne depuis quelques années à des recherches documentaires et pratiques sur le devenir du Droit à la paresse, que Lafargue proposa dès 1880.

    Données pratiques :

    Michel MAJOROS, Droit à la Paresse - Critique des mythologies du travail

    Edition brochée, 208 pp., 14 € 

    Collection Vulcain - ISBN 978-2-930698-49-6

     

    Lire la suite

  • PIERRE LE GRAND EN BELGIQUE

    Pierre le grand en Belgique - cover biais.jpg   1717… le Tsar Pierre le Grand accomplit son second séjour en Occident. Le tricentenaire de cette impériale visite nous a valu, voici quelques mois, la médiatisation de la visite du Président Vladimir Poutine à Versailles, en compagnie de son homologue français Emmanuel Macron, là où le jeune roi Louis XV avait rencontré l’illustre tsar. Plus modestement, la Belgique a aussi commémoré le 300e anniversaire de la venue de Pierre le Grand dans les Pays-Bas méridionaux : création d’une Fondation Pierre le Grand, inauguration, à l’initiative de ladite fondation, d’une statue de Pierre à Liège, exposition à Spa, où il prit les eaux pendant un mois.

       Les éditions Memogrames ont choisi d’apporter aussi leur contribution à ce jubilé, en publiant la traduction française du livre de l’Anversois Emmanuel Waegemans, professeur émérite à la KUL, slavisant spécialiste des relations entre la Belgique, les Pays-Bas et la Russie et fin connaisseur du dix-huitième siècle, auteur, notamment, de L’histoire de la littérature russe de 1700 à nos jours (ouvrage paru en néerlandais, français, allemand, espagnol et russe).

       Pierre le Grand en Belgique vient de sortir de presse en ce début septembre, dans un format carré de 22,5 x 22,5 cm, décliné dans 2 éditions, l’une ordinaire, brochée, disponible en librairie au prix de 24 €, l’autre, de luxe, en tirage limité, reliée et numérotée, disponible uniquement auprès de l’éditeur au prix de 28 €, notamment à l’occasion des foires et salons auxquels participent les éditions Memogrames. Il est illustré de nombreux documents en couleur. Sa traduction est due à Jean Williquet, traducteur chevronné maîtrisant parfaitement le néerlandais, le russe ou l’allemand, mais aussi le latin ou l’espagnol, y compris face à des textes en vieux-néerlandais ou en vieil allemand. Une particularité du livre réside dans le fait que les témoignages cités sont reproduits dans la langue originelle (néerlandais, russe, …) et traduits en français à la suite. L’ouvrage ravira le lecteur curieux qui souhaite découvrir le périple du tsar Pierre en nos pays, mais sera aussi, vu sa tenue scientifique, un précieux outil pour tous les étudiants en slavistique.

       Signalons que le Professeur Waegemans dédicacera son livre le dimanche 24 septembre dans le cadre du Salon du Livre Penseur à Seneffe, ainsi que le dimanche 4 décembre au Salon Ecrire L’Histoire, au Cercle Gaulois à Bruxelles. Deux soirées sont également prévues à Liège le 31 octobre et à Tournai le 8 novembre. Nous en reparlerons ici prochainement.

    Lire la suite

  • Rentrée littéraire et Salons d'automne

    Après les vacances, la rentrée littéraire, puis les salons d'automne. Les derniers mois de 2017 seront intenses chez Memogrames !

       Nous bouclerons l’année avec un total de 12 nouveautés : cela fait certes sourire dans les grandes maisons d’édition du 6e arrondissent de Paris, mais, pour une petite structure comme Memogrames, avec un capitaine seul à la barre, flanqué pour seul équipage des auteurs qui lui font confiance, ce n’est pas mal… Nous avions publié 15 nouveautés en 2015 – notre record – et 8 en 2016 (pédale douce en raison d’une opération lourde et d’une convalescence longue…). Cela fait donc 35 titres nouveaux au catalogue en 3 ans : quasi un par mois…

    mammouth cover page 1.jpg   En septembre, sortent de presse L’Absolue Nécessité de l’Instant, de Nathalie Boutiau, et Danse avec le Mammouth, de Bernard Garel. Tous deux sont enseignants, l’une à Liège, l’autre en Bretagne, du côté de Saint-Malo. Et tous deux ont une écriture intense et soignée, une écriture à émouvoir les cœurs et secouer les esprits.

       En septembre toujours, paraîtront deux ouvrages historiques : d’une part, Pierre le Grand en Belgique, traduction en français par Jean Williquet de l’étude consacrée par le Professeur Emmanuel Waegemans, de la KUL, à la venue, en 1717, du plus célèbre des Tsars de Russie dans nos contrées ; d’autre part, Droit à la Paresse - cover page 1.jpgDroit à la Paresse - un siècle de critique des mythologies du travail, de Michel Majoros (qui fut professeur d’histoire en lycée, dans la région namuroise), en quête des disciples du gendre de Karl Marx, Paul Lafargue, concepteur de ce droit à la paresse opposé à la notion (au leurre) de droit au travail.

       Fin octobre, paraîtra le roman historique, Sous le Soleil d’Apamée, que Christian Doué, un Français du Nord passionné d’histoire et de numismatique ancienne, consacre à l’Empereur romain Gallien. Il fait revivre cet empereur du 3e siècle de notre ère par la bouche d’un philosophe néoplatonicien, Amelius d’Apamée (Syrie), disciple de Plotin, et redonne ainsi vie à la cité aux colonnes torsadées proche des rives de l’Oronte, mutilée, il y a peu, par les fanatiques de l’organisation criminelle Etat islamique.

     Memogrames - Paul FRIESE, l'Architecte (...)- cover.jpg  A l’occasion du centenaire de son décès, sortira aussi de presse, début novembre, un imposant volume – Paul Friesé, l’Architecte, l’Alsacien, le Patriote - consacré à cet architecte français de renom, à qui l’on doit de nombreux bâtiments industriels et qui, Alsacien de souche et grand patriote, se porta volontaire en 1914, à 64 ans, en qualité d’officier interprète. Il mourut des blessures encourues en 1917 au Chemin des Dames.

    affiche mons livre 2017.jpgLes éditions Memogrames seront également présentes sur quatre salons d’ici la fin décembre. D’abord, les 23-24 septembre, au Livre Penseur, premier salon du Livre laïque, dont elles sont co organisatrices avec la Maison de la Laïcité de Seneffe (n.b. cliquez, en haut de votre écran, sur l’affiche de ce salon pour accéder au blog qui lui est consacré). Ensuite, à Tournai la Page les 11 et 12 novembre, au Salon du Livre du Touquet les 17-18-19 novembre et à Mon’s Livre les 25 et 26 novembre.

        D'autres rendez-vous sont également à l'agenda : l'exposition Cuba Si ! de Jean-Pierre Le Grand - front cover - 20170711.jpgJacques Sommeryns aux cimaises de la Maison de la Laïcité de Frameries du 15 septembre au 13 octobre, notre soirée "1717 - Pierre le Grand, 1917 - la Révolution d'Octobre... et la Belgique" à la Sphère du Livre à Liège le 31 octobre, la soirée "Regards croisés sur les 10 jours qui ébranlèrent le monde" de l'AML Molenbeek le 7 novembre, notre soirée "1717 - Pierre le Grand, 1917 - la Révolution d'Octobre... et la Belgique" le 8 novembre à la Maison de la Laïcité de Tournai, la soirée autour du roman de Jean Lemaître, Le Jour où tout bascula, le 9 novembre à la Maison de la Laïcité de Frameries. 

    Pour le Livre Penseur, le planning des dédicaces est déjà arrêté. Vous pourrez rencontrer les auteurs publiant chez Memogrames selon l'horaire suivant :

    Dédicaces du Samedi
    11h00-13h00 : Nathalie BOUTIAU, L’absolue Nécessité de l’Instant 
    14h00-16h00 : Charles HENNEGHIEN, Saint Georges et le Dragon
    14h00-16h00 : Jean-Jacques SOMMERYNS, Cuba Si !
    14h00-16h00 : Marcel VOISIN – Question(s) de Démocratie(s), Insolences, Aurores, …
    15h00-17h00 : Nathalie BOUTIAU, L’absolue Nécessité de l’Instant
    17h00-18h00 : Jean SEMAL – Poléthique et Postvérité
    18h00-19h00 : H. ALEXANDRE, G. HOUVENAGEL, M. VOISIN – Quand le Darwinisme reste dérangeant
    Dédicaces du dimanche
    11h00-13h00 : Jean LEMAITRE, Le Jour où tout bascula – Louis Van Geyt, la Passion du Trait d’Union
    12h00-14h00 : Michel MAJOROS, Droit à la Paresse
    14h00-16h00 : Georges MICHELS, Bordel, où reste le Progrès de l’Humanité ?
    15h00-16h00 : Jean LEMAITRE, Le Jour où tout bascula – Louis Van Geyt, la Passion du Trait d’Union
    15h00-17h00 : Emmanuel WAEGEMANS, Pierre le Grand en Belgique

     

     

  • Nouveauté "Education et Formation"

    BERNARD GAREL, LE PROFESSEUR-ÉCRIVAIN QUI DÉFIE LE MAMMOUTH

    photo Garel - cover's page 4.jpg   Né à Pleudihen, dans les Côtes d’Armor, au début des années 1950, Bernard Garel fit ses études à Saint-Malo et boucla des études de droit à l’université de Rennes, qui le menèrent vers une carrière d’enseignant.

       Bernard Garel est professeur et écrivain. En 2000, son livre Mines Flottantes, paru chez Ramsay, a obtenu le Prix du Roman au festival littéraire de Centre-Bretagne à Carhaix, mais aussi d’élogieuses critiques dans Le Monde, l’Express et Ouest-France notamment.

       En 2014, il publie La Sexophobie de l’Eglise, un témoignage accablant pour la hiérarchie catholique dont, affirme-t-il, la misogynie et l’homophobie la font courir à sa perte. Il nourrit sa démonstration de nombreuses références et de sa propre expérience.

       Cette fois, le Breton choisit de publier chez un éditeur belge, Memogrames, dont le fondateur et actuel directeur fut permanent syndical dans l’enseignement pendant près de vingt ans, avant son virage vers l’édition. Memogrames est notamment l’éditeur du guide de Rémi Boyer et José-Mario Horenstein Souffrir d’enseigner… Faut-il rester ou partir ? que des centaines d’enseignants français, en désespérance de leurs conditions de travail, ont consulté et que le nouveau ministre de l’Education mentionne à deux reprises dans son livre L’École de demain : Propositions pour une Éducation nationale rénovée.

       Le livre de Bernard Garel, Danse avec le Mammouth (sous-titre : Une école décomplexée) paraît dans la même collection « Education et Formation ».

       L’Education nationale, baptisée autrefois le Mammouth, est une colossale machinerie, qui a bien souvent une légèreté de pachyderme coincé dans une cabine téléphonique. Alors, élèves, parents, enseignants en sont à esquisser des pas de danse devant le Mammouth, des pas de deux de trois.

       Ce sont ces pas facétieux que nous raconte le livre de Bernard Garel, dans un style alerte, coloré, très plaisant, à coup de séquences courtes, nourries d’anecdotes qu’il a vécues. Ce qui n’exclut pas la réflexion, bien au contraire !  Avec un humour réjouissant, mais sans complaisance, ni tabou, Danse avec le Mammouth invite à espérer ou à devoir inventer, sur la marge ou non, une autre école.

       A l'exemple de ses personnages de romans, Bernard Garel pourrait reprendre à son compte ce mot d'Edgar Morin : je n'ai jamais été domestiqué. Si l'auteur nous émeut, c'est qu'il n'est rien d'autre que notre semblable : nous avons seulement à vivre, dit-il. En toute liberté et conscience. D'où les récits lumineux, saisissants, de Danse avec le Mammouth.

    Cliquez ci-dessous pour lire l'interview de Bernard Garel

    Lire la suite

  • L'absolue Nécessité de l'Instant

    Nouveauté à paraître 2e quinzaine de septembre : 

       Ce n’est ni un roman, ni un journal, ni de la poésie en prose, encore moins un recueil d’aphorismes… Mais un peu de tout cela quand même… tandis que s’envole l’instant présent et que vient déjà l’instant d’après.

    absolue necessite cover front web.jpg

     

     

    Nathalie BOUTIAU-photo for cover's page 4.jpg  Née en 1966 à Wilrijk, Nathalie Boutiau a passé son enfance en Afrique avant un retour au pays natal. Elle cherche alors sa voie, de l’art à l’architecture des jardins en passant par la photographie, avant des études d’institutrice. Elle enseigne à Huy, dans le cadre d’ateliers de poésie, puis devient correspondante de presse au journal L’Avenir pour les pages culturelles de 2000 à 2016. Elle est aujourd’hui enseignante à la Ville de Liège.

        Nathalie marche, rêve, écrit et marche encore. De ces errances, jaillit une écriture sensible, pudique parfois, toujours sincère, qui révèle sa passion pour la poésie et cette volonté de trouver un sens à la vie. Après un premier recueil de poésies - L’Enfant de Lumière - et quelques poèmes publiés dans la revue L’Arbre à paroles, elle tenta l’aventure du roman avec N’oublie pas d’aimer. En février 2014, elle récidiva avec Le Silence de Jimmy, roman réaliste et d’analyse.

       Elle nous revient avec un ouvrage difficile à catégoriser, qui tient à la fois ou séparément du roman, du journal et de la poésie en prose.

       L’Absolue Nécessité de l’Instant, à paraître chez Memogrames, sera présenté en avant-première au Salon du Livre Penseur de Seneffe les 23-24 septembre 2017. Ces textes brefs, se situant entre l’essai et la poésie, sous tendus par une pensée philosophique singulière, sont les fragments de notre vie dont il subsiste les traces d’instants anciens. Ils tentent une approche discrète de sa nécessaire transparence que révèlent, en quatre parties, la mémoire et tout ce qui fait le merveilleux invisible. Le tout en n’allant qu’à l’essentiel des petites choses du quotidien qui finissent par déterminer l’existence de chacun.

     

    pulso_de_disparo_praga_astronomica_orloj_relogio_para_parede-re6a208a8d68e4b04aebb409b32244d39_fup13_8byvr_324.jpg

       Le Livre de Natalie Boutiau, L’absolue Nécessité de l’Instant, paraît chez Memogrames dans un format poche B6 de 108 pages et est décliné, d’une part, dans une édition ordinaire, brochée, sur papier 115 gr/m², sous couverture souple, commercialisée en librairie à partir de fin septembre, d’autre part, dans une édition collector de luxe, sur papier 135 gr/m², reliée sous couverture rigide, tirage limité à 200 exemplaires numérotés, vendus exclusivement en souscription, puis auprès de l’auteur et de l’éditeur, à l’exclusion des circuits commerciaux habituels.

       L’édition ordinaire sera diffusée en librairie sous la référence ISBN 978-2-930698-46-5 au prix de 12 €.

    L’édition de luxe est proposée en souscription jusqu’au 20 septembre 2017 au prix promotionnel de 14 € (+ 2 € de participation aux frais d’envoi si vous optez pour l’expédition du livre vers le point Bpost le plus proche de votre domicile – au lieu de 4 €, prix Bpost habituel).

       Cette édition de luxe est référencée sous l’ISBN 978-2-930698-47-2, mais ne pourra en aucun cas être obtenue en librairie. Les souscriptions seront honorées dans la limite du tirage prévu (200 exemplaires) et selon la date du paiement bancaire. Il convient donc de ne pas traîner pour passer votre commande ! Vous pouvez télécharger le bulletin de souscription ci-dessous.

    Nathalie BOUTIAU, L'absolue Nécessité de l'Instant, format B6, 136 pages, édition collector non disponible en commerce, en souscription au prix de 14 € (+ 2 € de participation aux frais de port). Ci-dessous, en attente de téléchargement : Bulletin de souscription Absolue nécessité.pdf

     

     

    Lire la suite

  • OCTOBRE 1917 ET LA BELGIQUE

     MEMOGRAMES - C.RENARD - Octobre 1917 et le mouvement ouvrier.jpg  Quel fut l’impact de la Révolution russe d’octobre 1917 sur le mouvement ouvrier belge ? En 1967, à l’occasion du 50e anniversaire de ce que l’écrivain américain John Reed qualifiait de « dix jours qui ébranlèrent le monde », Claude Renard avait publié une étude intitulée Octobre 1917 et le mouvement ouvrier belge. A l’occasion du centenaire de cette révolution prolétarienne, le CarcoB (centre d’études des Archives communistes en Belgique) et les éditions Memogrames ont choisi de rééditer cet ouvrage. Largement enrichi d’une multitude de documents et photographies, le livre est proposé dans un format 22 x 22 cm et compte 160 pages. Il est proposé au prix de 19,00 € et sera présenté en avant-première au Festival du Livre de Charleroi, les 6 et 7 mai, sur le stand des éditions Memogrames.

        Octobre 1917 et le Mouvement ouvrier belge demeure l’étude incontournable pour qui veut aborder l’impact de la révolution bolchévique de 1917 sur le mouvement ouvrier belge. De longue date introuvable hormis sur les rayons de quelques bibliothèques spécialisées, il était temps de le remettre à la portée du grand public, justement à l’occasion du centenaire de cette révolution.

       Ce livre est aussi une source historique précieuse, un témoignage de la manière dont un communiste belge, en 1967, ressentait le cinquantième anniversaire de la révolution russe, dans un contexte où le monde était bipolaire et où il fallait choisir son camp. Les Etats-Unis menaient la guerre au Vietnam, la Belgique officielle était l’alliée des dictatures de Salazar au Portugal, de Franco en Espagne et des colonels en Grèce, ainsi que du régime d’apartheid de l’Afrique du sud. Le PCB avait rompu avec le stalinisme, retiré la dictature du prolétariat de ses statuts et cessé de s’autoproclamer avant-garde de la classe ouvrière. Bien implantés dans la FGTB, les communistes belges venaient d’engranger des succès électoraux, malgré une dissidence maoïste. Tout cela est sous-jacent dans l’écriture de ce livre, dont l’auteur assure une postface contemporaine avec le recul et la lucidité d’un homme de 90 ans, tandis que la préface est due à la plume de Jean Puissant, professeur d’histoire honoraire ULB, grand spécialiste du mouvement ouvrier belge.

    avant-projet de couverture 001.jpgLe journaliste Jean Lemaître (dont, par ailleurs, Memogrames a publié Louis Van Geyt, la Passion du Trait d'Union en 2015 et, tout récemment, le roman Le Jour où tout bascula), qui a coordonné cette réédition pour compte du Carcob, a interviewé Claude Renard. Pour consulter cette interview sur YouTube, cliquez sur la couverture du livre ci-contre. 

    syndicats logo.jpgA noter que la presse a commencé à en parler : parallèlement à une longue évocation de la carrière politique de Claude Renard et des circonstances dans lesquelles il a pu consulter, à Moscou, les archives du Komintern relatives au PCB, dans Le Courrier de l'Escaut et une intéressante recension dans la Libre Belgique, sous la plume de Christian Laporte, c'est à présent le magazine mensuel de la FGTB qui y consacre un vaste article dans son édition de juin. Vous pouvez le consulter en cliquant sur le présent lien : Octobre 1917 dans Syndicats - 2 juin 2017.pdf  

    L'auteur : Claude Renard, né en 1926, a eu une carrière politique bien remplie : propagandiste, journaliste, conseiller communal à Tournai, sénateur, vice-président du PCB, puis, en 1983, président de l’aile wallonne et francophone du parti communiste fédéralisé.

    Il était secrétaire de la Fondation Joseph Jacquemotte quand il écrivit la Révolution de 1917 et le mouvement ouvrier belge à l’occasion du 50e anniversaire de la Révolution d’octobre. On lui devait déjà une Conquête du suffrage universel en Belgique, un classique désormais largement cité dans les bibliographies des historiens.

       En sa qualité de journaliste au Drapeau rouge et de rédacteur aux Cahiers marxistes, il rédigea une multitude d’articles. Il est également l’auteur de nombreuses brochures politiques.

       Son goût pour l’histoire l’a amené à soutenir le CArCoB dès sa création et à publier Récit des temps hitlériens, témoignages des rescapés des camps. Claude Renard est aussi connu comme poète et romancier (Un Moment de Lucidité, éd. Memogrames 2010).

    Claude RENARD, Octobre 1917 et le Mouvement ouvrier belge
    Genre : monographie - Collection : Hélios - Parution : 1er mai 2017 - Prix TTC : 19,00 €
    Format : 22 x 22 cm – 160 pages - ISBN : 978-2-930698- 44-1 - EAN : 9782930698441

    Une coédition du CarcoB et des éditions Memogrames.

     

  • "Un roman très agréable à lire..."

    MEMOGRAMES - J.LEMAITRE Le Jour où Tout Bascula - cover.jpg   Le roman de Jean Lemaître Le Jour où tout bascula, dédié aux étudiants et enseignants de l’école Decroly qui s’impliquèrent de diverses manières dans la résistance à l’occupant nazi, gagne chaque jour en notoriété : succès à l’école Decroly avec une présentation en avant-première en avril et plusieurs dizaines d’exemplaires vendus lors de la récente fancy-fair, soirée à la librairie L’Air Libre à proximité de la Place Flagey le 12 mai, livre en vente à Uccle à la Licorne et au Petit Filigranes, à Bruxelles chez Tropismes, Quartiers latins et Filigranes, à Ixelles à L’air libre, à La Louvière chez l’Ecrivain public, à Binche à la Librairie de la Reine, à la Commanderie à Liège, en ligne sur le site du Carcob, etc. Mais aussi de belles ventes lors d’un après-midi littéraire laïque à Braine-le-Comte ou au Festival du livre de Charleroi. Le livre est aussi arrivé à Paris et peut, par exemple, est commandé sur diverses e-librairies (FNAC, Decître, Gibert, …) ou à la Librairie Wallonie-Bruxelles, à deux pas de Beaubourg et chez tout bon libraire qui contacte notre distributeur en France, Soleils diffusion.

    cclj-radio_rvb.jpg   Enfin, la presse commence à en parler : ce jeudi 18 mai, Jean Lemaître était interviewé pendant près de 20 minutes par Michel Gheude, sur Radio Judaïca, dans l’émission du CCJL Et si pas maintenant, quand ? Et le même journaliste, invité de l’émission Les Experts sur la télévision locale bruxelloise BX1 (ex TéléBXL), ce samedi 20 mai, en a fait son coup de cœur, évoquant «un roman très agréable à lire et qui nous apprend plein de choses sur ce qui s’est passé à Bruxelles dans la résistance». Pour réécouter l'interview de Jean Lemaître par Michel Gheude, cliquez ci-contre sur le logo de l'émission du CCLJ sur Radio Judaïca.

  • CUBA SI ! ... A LA LOUVIERE du 21 avril au 17 juin 2017, rue du Gazomètre

    MEMOGRAMES - J.J. SOMMERYNS.jpg   En 2015, le photographe ucclois Jean-Jacques Sommeryns publiait CUBA SI ! chez Memogrames, dans la collection Ulysse, un bel album de 192 pages au grand format B4, réunissant 140 photographies, soutenues par une série de textes courts, en français et en néerlandais. Bref, un bel ouvrage, belge et bilingue, invitant à découvrir l’île rebelle des Caraïbes et à aller à la rencontre de son peuple.

       Parallèlement, Jean-Jacques Sommeryns a conçu une expo réunissant 30 à 40 photographies extraites du livre. Après un passage à la maison de l’Amérique latine, à Ixelles, en février 2017, ladite expo sera proposée au public de la Région du Centre, au rez de la Bibliothèque publique provinciale à La Louvière (50, rue du Gazomètre – parking aisé jouxtant le bâtiment), du 21 avril au 17 juin 2017, en duo avec l’expo KUBACOLOR d’un autre photographe, passionné de Cuba et de son architecture : Raymond Saublains. Cette expo cubaine « bicéphale » est accessible gratuitement durant les heures d’ouverture de la bibliothèque.

    Invitation Cuba Si.jpg   Le flyer édité à cette occasion (à télécharger en cliquant ici : Flyer ESCALE A CUBA - La Louvière Biblio 2017.pdf) relève les propos de Georges Vercheval, fondateur du Musée de la Photographie à Charleroi, dans la postface du livre :

    « Le photographe se laisse porter par son sujet. Ce qu’il nous montre, avec empathie, ce sont des hommes, des femmes, des enfants dans leur vie de tous les jours. 

    Il a croisé des regards confiants, il a vu des attitudes fières et décontractées, les joies simples de la causette devant les boutiques, la partie d’échecs et le mojito ».

       Le livre de Jean-Jacques Sommeryns sera en vente sur place durant toute la durée de l’exposition à un prix super promotionnel convenu entre Memogrames et les organisateurs. Une info à ne pas relayer à votre libraire préféré…

       A noter aussi que d’autres animations culturelles cubaines sont programmées en parallèle. Le flyer précité vous en documente dans le détail.

          Jean-Jacques SOMMERYNS Cuba Si ! livre de photographies bilingue FR/NL - collection Ulysse - Format B4 à l’italienne – 192 pages – relié - ISBN 978-2-930698-24-3 – prix public en librairie : 32 €. Prix promotionnel dans le cadre de l'expo : surprise à découvrir sur place...

  • LES MENTEURS AU POUVOIR...

    Semal-Poléthique-cover.jpg   Un Brexit acquis à coup de mensonges, un président démoniaque à la tête des USA tweetant des contre-vérités à longueur de semaines, des emplois d’assistants parlementaires et des réunions de conseils d’administration fictifs, un dictateur turc réprimant l’opposition à coup d’allégations non-fondées, des frontières-barbelés au cœur de l’Europe face à d’improbables invasions, la haine de l’étranger inoculée par des informations totalement erronées,… La gouvernance par mensonges deviendrait-elle la norme ?

       S’interrogeant à ce propos, Jean Semal a rédigé un bref essai intitulé Poléthique et Post-Vérité – L’art du mensonge immédiat et de la vérité différée chez les gouvernants, à paraître chez Memogrames début mai (128 pages, format B6, 13,00 €, ISBN 978-2-930698-43-4).

       Ce livre sera présenté en avant-première au Festival du Livre de Charleroi, les 6 et 7 mai. Jean Semal donnera par ailleurs une conférence le vendredi 26 mai à Seneffe, à l’invitation de la Maison de la Laïcité, sur le thème LA GOUVERNANCE PAR MENSONGE IMMEDIAT ET VERITE DIFFEREE : Et l’éthique politique dans tout cela ? (26 mai, à 20h.00 – à la Rotonde – Centre de l’Eau – rue du Canal, 8 – Seneffe)

    Le Livre : Le concept de vérité a pris un coup de vieux ces derniers temps. Les réseaux sociaux ont créé un espace où vérité et mensonge, faits et rumeurs, coexistent sur le même pied. Les fausses informations sont rapidement partagées le long des cascades informatiques. Peu importe la vérité d'une information, pourvu qu'elle soit copiée. Le nivellement par le bas du paysage informatique libère dès lors des torrents de sexisme et de racisme. Quant aux événements de grande ampleur comme le Brexit et l'élection de Donald Trump à la présidence des USA, ils ont témoigné d'un populisme croissant qui s'oppose aux élites, à l'autorité et aux institutions.

       Certes, la Vérité avec V dans un monde complexe sera toujours teintée de subjectivité. Les campagnes politiques actuelles se gagnent par l'émotion et non par la démonstration. Les "faits" ne sont bien souvent que des points de vue fondés sur des croyances alimentant une démocrature post-vérité et post-factuelle. Mentir, mentir et éventuellement rectifier ensuite. Promettre, promettre et éventuellement se défausser sur les adversaires de l'insuccès qui s'en suit.

       Le présent ouvrage développe une recherche des dénis démagogiques qui ont conduit à l'élection de Donald Trump et au Brexit, mais aussi aux scandales du Pénélogate en France ou de Publifin en Belgique. Il propose par ailleurs des pistes de réflexion pour refonder un espace européen libéré de la dictature du profitariat et qui restitue sa valeur au vrai, au beau et au juste pour éclairer l'avenir de l'Homo humanus fraternalis

    author Jean semal - page 4 of cover.jpgL’auteur : Docteur en sciences agronomiques, vice-recteur et doyen honoraires de la Faculté des sciences agronomiques de Gembloux, Jean Semal est né en 1928 dans une maisonnette sise en territoire flamand, mué francophone en 1963 suite à un “glissement” de la frontière linguistique en Belgique. Ce métissage originel fut renforcé par des séjours professionnels aux USA et au Canada et de nombreux voyages en Asie et en Afrique, qui l’ont éclairé sur l’unicité planétaire du genre humain dans la grande diversité des cultures. Jean Semal reste, à 89 ans, vigilant face à l’actualité du monde et se montre sans pitié pour les faussaires, manipulateurs et autres profiteurs qui prétendent nous gouverner à coup de mensonges immédiats et de vérités différées. En 2015, il a publié chez Memogrames La R(ê)volution perhumaniste : une Eutopie d’avenir. Poursuivant sa recherche de l’Homo humanus fraternalis, il nous revient avec le présent essai-pamphlet. 

  • BORDEL... un sociologue insoumis !!!

    cover Bordel.png   Après deux romans (La Vagabonde et L’Extase au Bout du Chemin) et un récit maçonnique (La Fraternité bafouée), Georges Michels publie, chez Memogrames, un essai « sociétal » au titre provocateur : Bordel, où reste ce Progrès de l’Humanité ?   Les turbulences de notre monde, dont l’actuelle crise des migrants (conséquence tangible des conflits atroces qui défigurent le Moyen-Orient) et le tsunami de préjugés, de raccourcis, de xénophobie et de rejet de l’autre que cette crise soulève, interpellent l’auteur. Sociologue de formation, humaniste universaliste de conviction et franc-maçon proactif, Georges Michels s’interroge et nous interroge sur notre Humanité, son épopée, son psychodrame. Une Humanité au progrès chancelant, avec pour héros tant l’homme augmenté que l’homme substitué ou encore l’homme confetti qui se fait exploser en plein vol comme en pleine foule.

       Georges Michels ose, entre autres réflexions, une analyse courageuse et originale du phénomène de l’islamisme, totale corruption de la pensée islamique. Et nous suggère une dynamique visant à promouvoir une vision dépassant toute ethno-altérité. Dans le respect de Gaïa et de tout le vivant dont elle est la maison commune.

       Mohamed Sifaoui, journaliste, écrivain et réalisateur franco-algérien, expert reconnu en matière d’islamisme, préface l’ouvrage de son ami : « (…) Face à la question de l’islam politique, on constate notre échec collectif, une décennie après l’autre, car on ne combat pas le terrorisme islamiste militairement seulement, mais surtout idéologiquement. D’ailleurs, on ne devrait pas combattre le terrorisme seulement, mais davantage l’islamisme, sa doctrine nourricière. Chose que beaucoup d’observateurs éludent très souvent. Le présent ouvrage démontre justement en filigrane la nécessité de mener ce nécessaire combat idéologique. En un mot, de façon souvent drôle et subtile, ce livre, clair et informé, constitue, dans le contexte actuel, une contribution importante. (…) »

       In fine, Georges Michels nous propose une vision favorisant la ″convivance″, cette capacité des groupes humains (ou autres espèces animales) à cohabiter harmonieusement tant au sein d’entités locales que transterritoriales.

    Genre : essai - Collection : Carnets de l’Olympe - Editeur : Memogrames

    Parution : mars 2017 - Format : B5 – 240 pages

    ISBN 978-2-930698-40-3 - EAN 9782930698403 - Prix TTC : 25,00 €

     Pour commander l'essai de Georges MICHELS en direct chez l'éditeur, cliquez sur le bon de commande... bon de commande du livre Bordel, où reste ce Progrès de l'Humanité.pdf

    Lire la suite

  • DARWIN DERANGE TOUJOURS...

    Quand le Darwinisme reste dérangeant

    Ouvrage collectif sous la direction de Charles Susanne

    Contributions de Henri ALEXANDRE, Hossam ELKHADEM, Leo GOEYENS, Guy HOUVENAGHEL, Guy LENGAGNE, Rodolphe MARTIN, Gauthier NGUMBU, Rosine ORBAN, Olivier PRADIER, Charles SUSANNE, Martine VERCAUTEREN, Régine VERCAUTEREN DRUBBEL, Doris VISPOEL, Marcel VOISIN

    Format B5 – 326 pages - ISBN 978-2-930698-39-7 – 25,00 €

    Darwin cover PRESS.jpg   Toutes les civilisations humaines se sont interrogées sur l'origine de la vie et de l'homme et ont cherché à donner des réponses simples et rassurantes : la genèse est l'œuvre des dieux. Le biologiste, qui analyse la complexité de la vie et de sa genèse, peut par conséquent être dérangeant.

       Tout au long du 20e siècle, la théorie darwinienne de l’évolution est ainsi devenue le symbole d’un matérialisme scientifique à abattre. Avec la sélection naturelle, Darwin a proposé la meilleure hypothèse qu’il pouvait tirer de ses observations, elle a été confirmée par les découvertes scientifiques ultérieures, notamment avec les progrès de la génétique et de la biologie moléculaire.

       Depuis 2008, le groupe de réflexion Darwin réunit, sous la direction du Professeur Charles Susanne, des humanistes désireux de réfléchir à des problèmes de société et de diffuser le résultat de leurs réflexions vers un public le plus large possible. Après Bioéthique, un progrès pour l’humanité en 2012 et Transhumanisme, à la limite des valeurs humanistes en 2015, le groupe analyse les motivations des courants de pensée que les avancées scientifiques du Darwinisme dérangent outre mesure.

    Le livre sera présenté en avant-première le samedi 4 mars 2017 lors du Colloque de la Laïcité, au Château du Karreveld, à Molenbeek, le samedi 11 mars 2017 lors de l'Après-midi littéraire laïque dédié aux éditions Memogrames, organisé par la Maison des Associations laïques de Braine-le-Comte, puis en France, au Salon du Livre de Bapaume, les 17 et 18 mars . Il sera également en vente, du 9 au 13 mars, à la Foire du Livre de Bruxelles, sur le stand 124 d'Espace de Liberté (Centre d'Action laïque). Parallèlement, le livre sera aussi mis en place progressivement en librairie, tant en Belgique qu'en France. Toutefois, les impatients peuvent le commander en direct chez Memogrames (offre réservée à la Belgique) en téléchargeant le bon de commande ci-joint.  

    bon de commande du livre Quand le Darwinisme reste dérangeant.pdf 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : LIVRES
  • TORNADES... de Fernand BIVER

       Un roman inédit à ce jour, bien qu’écrit en 1940, en pleine débâcle face à l’envahisseur nazi, par un jeune officier belge au talent littéraire naissant et prometteur…

       Un auteur méconnu, mort accidentellement au Canada en 1942, à 21 ans, alors qu’il peaufinait sa formation d’officier pilote de la R.A.F. avant de venir en découdre avec les Allemands quelques semaines plus tard….

      Tornades Cover.jpg  Le 18 juillet 1942, alors qu’il rêve de participer à la libération de l’Europe et de son pays, la Belgique, et qu’il se prépare pour rejoindre les escadrilles alliées qui, de jour comme de nuit, déversent leurs bombes sur l’Allemagne nazie, Fernand Biver s’écrase accidentellement, lors d’un entrainement, à Saskatchewansur, au Canada, avec son Harvard Mk II. L’ancien élève officier de l’Ecole royale militaire, à Bruxelles, qui avait rejoint l’Angleterre après la capitulation de son pays, moyennant un périple clandestin de Vichy à Gibraltar, et avait intégré la R.A.F. comme officier pilote, était non seulement promis à une brillante carrière militaire, mais aurait pu aussi devenir un grand écrivain belge.

       Le destin en a décidé autrement. Auteur d’une pièce de théâtre dès ses douze ans, il écrivit son premier (et unique) roman en pleine débâcle alliée. Tornades appelle à la résistance face à l’occupant teuton et respire l’optimisme volontariste d’un jeune patriote décidé à bouter l’ennemi hors de son pays.

       Inédit à ce jour, le roman de Fernand Biver a été découvert dans les archives familiales par son neveu, avec d’autres textes (poèmes, carnet de route, nouvelles, journal intime…). En souvenir de cet oncle qu’il n’a pas connu, mais dont sa grand-mère et sa mère lui parlèrent souvent, Jean-François Hulet a entrepris de retranscrire le manuscrit, d’authentifier les documents, puis de trouver un éditeur pour ce roman écrit voici plus de trois quarts de siècle.  

       La motivation des éditions Memogrames à publier Tornades est double : faire découvrir au public ce talent littéraire naissant et rendre accessible aux lecteurs du 21e siècle un témoignage direct, écrit sur le vif, en plein conflit mondial, par un jeune homme multiplement talentueux.

       En complément du roman, nous publions aussi, en annexe, le journal de route que Fernand Biver a tenu durant ses pérégrinations à travers la France, l’Espagne et le Portugal, jusqu’à Gibraltar, puis Londres, où, avec d’autres camarades de promotion, il rejoignit les forces libres et intégra la R.A.F.

    Genre : roman - Collection : Arès - Editeur : Memogrames - Parution : mars 2017

    Format B5  – 272 pages - ISBN 978-2-930698-41-0 - EAN 9782930698410 - Prix TTC : 25,00 €

    Pour commander le roman Tornades de Fernand Biver en direct chez Memogrames, cliquez ci-dessous pour obtenir le bon de commande :

    bon de commande du livre TORNADES de Fernand Biver.pdf

     

    Lire la suite

  • LE JOUR OU TOUT BASCULA

    Sous l’occupation nazie, du côté de l’Ecole Decroly

    Un roman atypique nourri de faits réels et à haute intensité sentimentale. Bruxelles sous le joug nazi, une école alternative, l'insouciance de l'adolescence quand, soudain, le drame surgit...

     je jour out tout bascula front web.jpg  Claude faillit tomber de sa chaise à la lecture du livre consacré au père de sa meilleure amie du temps de l’école Decroly, en y apprenant que cet homme fut arrêté par la Gestapo le même jour que lui, le 6 juillet 1943. Trois mois de prison pour Claude, alors âgé de 16 ans. Son propre papa, lâchement exécuté en Allemagne.

       Il avait mis une pierre sur tout cela, le seul moyen, selon lui, de renaître à la vie. Le rappel de cette date et de cette coïncidence agit comme un choc salutaire. Et voici que, 70 ans plus tard, Claude accepte, non sans douleur au début, de raconter le drame qui brisa son existence.

       Que retient-il, au bout de son chemin ? Une douce lumière : le souvenir des amours et amitiés d’adolescents, la reconnaissance éternelle vouée à l’école Decroly - celle de la pensée critique - qui sut aussi se montrer solidaire et résistante dans les pires moments de l’occupation allemande.

       Ce récit se mue en enquête trépidante, lorsqu’il conduit à identifier le traître - jusque-là inconnu - responsable de la déportation de ses parents. Et en suspense sentimental, quand Claude, 89 ans, se rend à un énigmatique rendez-vous, tremblant d’émotion, un immense bouquet de roses à la main… convaincu, à présent délivré du poids du passé, qu’il n’est jamais trop tard pour renouer avec sa jeunesse.

    Lors de la gestation du livre, alors qu’il accumulait la documentation nécessaire sur l’école Decroly, Bruxelles sous l’occupation nazie, la résistance, les personnages réels de l’épopée qu’il voulait relater, Jean Lemaître hésita brièvement entre le pur récit historique, scrupuleux des moindres détails, disséquant les faits avec toute la retenue imposée à l’historien, et le roman, où l’auteur, même en s’inspirant des faits historiques établis, peut donner libre cours à son imagination, notamment à propos des sentiments des personnes, de leur psychologie, de leurs émotions. Et malgré la préférence initiale de son éditeur pour un travail strictement historique, l’auteur a opté pour le roman. Ce que l’éditeur a finalement validé car le genre, tel que pratiqué par Jean Lemaître, parle in fine tant à la raison qu’au cœur, et distille subtilement une multitude de faits historiques au cœur d’une intrigue amoureuse entre adolescents.

    Jean LEMAÎTRE, Le Jour où tout bascula 

    Genre : roman - Collection : Arès – Editeur : Memogrames - Parution : 4 mars 2017

    format B6 –226 pages - ISBN 978-2-930698-42-7 - EAN 9782930698427- Prix TTC : 16,00 €

    Pour commander le livre de Jean Lemaître en direct auprès des Editions Memogrames, cliquez ci-dessous :

    LE JOUR OU TOUT BASCULA roman de Jean Lemaïtre - BON DE COMMANDE.pdf

    à nous retourner dûment complété par courrier, courriel ou télécopie. (Astuce : faites un copié/collé du bon de commande et incluez-le dans un mail, complétez-le et renvoyez-le à memogrames@yahoo.fr ) 

    Lire la suite

  • SOUFFRIR D'ENSEIGNER... SUR PUBLIC SENAT

    sénat 360.jpgPour qui veut suivre de près l’actualité politique française, il est une chaîne thématique de télévision publique qui y est totalement dédiée : Public Sénat. Elle diffuse non seulement les débats parlementaires en direct, mais propose aussi un large panel d’autres émissions évoquant l’actualité du sénat et de l’assemblée, l’Europe, le vécu des agriculteurs, la vie quotidienne des territoires, les nouveautés littéraires, etc.

    Dans l’émission baptisée Sénat 360, chaque jour dès 16h.30, pendant deux heures et en direct, Delphine Girard reçoit en plateau invités et chroniqueurs pour analyser l'actualité du Sénat dans toutes leurs dimensions : les commissions d'enquête, les questions au gouvernement, les auditions pour mieux comprendre la loi et ceux qui la font.

    boyer.jpgCe lundi 9 janvier 2017, l’un des thèmes abordés était la souffrance au travail et les démissions des enseignants, un phénomène en hausse en France (n.b. mais aussi en Belgique…). Deux sénateurs, Françoise Férat (UDI) et Jean-Claude Carle (LR), viennent en effet de produire un rapport inquiétant sur l’accroissement des démissions de professeurs en cours de carrière. Pour en débattre, Delphine Gérard avait invité Nathalie Mons, professeure de sociologie à l’université de Cergy-Pontoise, Yannick Trigance, secrétaire national PS en charge des questions éducatives, Albert-Jean Mougin, vice-président du SNALC (syndicat d’enseignants ayant consacré un livre blanc au sujet dès 2012) et Rémi Boyer, coauteur (avec José Mario Horenstein), du livre Souffrir d’enseigner… Faut-il rester ou partir ?, paru en 2013 chez Memogrames et réédité dans la collection Memo’poche en 2015.

    Il est possible de revoir cet intéressant débat sur le web :  www.publicsenat.fr

    Lire la suite

  • D.COHEN, Le Jour de Repos : un docte avis...

    Memogrames - COHEN -le jour de repos - cover soft web.jpgEn février 2016, nous éditions l’essai du docteur en philosophie Daniel Cohen, Le Jour de Repos, des origines au Concile de Nicée en 325, dans la collection « Les Carnets de l’Olympe ». L’ouvrage était préfacé par le Professeur Baudouin Decharneux, de l’Université libre de Bruxelles, d’une part, par le Grand Rabbin de Bruxelles, Albert Guigui, d’autre part. La haute qualité du travail de recherche de Daniel Cohen est confirmée par d’autres spécialistes. Ainsi, très récemment, l’auteur recevait-il un courrier de Baruj Garzòn, le Grand Rabbin de Madrid. L’intéressé nous a autorisé à rendre public son courrier :

    Cher Monsieur Cohen,

    C’est avec grand intérêt que j’ai lu votre très docte ouvrage intitulé Le Jour de Repos, grâce à notre ami commun M. Isaac Bengio qui a eu la gentillesse de me le prêter.

    Ce sujet ayant occupé une longue période de la polémique entre juifs et juifs chrétiens, y est traité de façon magistrale. L’immense érudition et la profonde connaissance des textes, juifs et non-juifs, dont vous faites preuve tout au long de l’ouvrage, contribuent à en faire travail de lecture obligée pour tous ceux – et ils sont nombreux – qui cherchent une explication cohérente à la rupture qui durera deux mille ans, produite à l’intérieur de la communauté juive d’Eretz Israel et de la Méditerranée, par l’apparition du messianisme chrétien vite assimilé ou plutôt phagocyté par l’Empire dont il empruntera progressivement les formes et puis les valeurs.

    Je souscris toutes et chacune des paroles pleines de louange bien méritées, de la présentation que vous a dédiée mon ami le Rabbin Abraham Guigui. Son appréciation pour votre effort de clarification en dit beaucoup, surtout venant d’un Rabbin connu pour ses vastes connaissances dans le domaine des relations entre les religions contemporaines en Occident chrétien.

    Je ne puis que vous féliciter d’avoir mis à la disposition du public un travail qui, j’en suis sûr, fera date dans la pensée et l’histoire des religions concernées, au même niveau que les ouvrages de l’historien Jules Isaac ou des professeurs Joseph Klausner et David Flusser.

    Recevez un grand merci avec beaucoup d’admiration de

    Baruj Garzòn