Voltaire

ACTUALITE

  • SOUFFRIR D'ENSEIGNER... SUR PUBLIC SENAT

    sénat 360.jpgPour qui veut suivre de près l’actualité politique française, il est une chaîne thématique de télévision publique qui y est totalement dédiée : Public Sénat. Elle diffuse non seulement les débats parlementaires en direct, mais propose aussi un large panel d’autres émissions évoquant l’actualité du sénat et de l’assemblée, l’Europe, le vécu des agriculteurs, la vie quotidienne des territoires, les nouveautés littéraires, etc.

    Dans l’émission baptisée Sénat 360, chaque jour dès 16h.30, pendant deux heures et en direct, Delphine Girard reçoit en plateau invités et chroniqueurs pour analyser l'actualité du Sénat dans toutes leurs dimensions : les commissions d'enquête, les questions au gouvernement, les auditions pour mieux comprendre la loi et ceux qui la font.

    boyer.jpgCe lundi 9 janvier 2017, l’un des thèmes abordés était la souffrance au travail et les démissions des enseignants, un phénomène en hausse en France (n.b. mais aussi en Belgique…). Deux sénateurs, Françoise Férat (UDI) et Jean-Claude Carle (LR), viennent en effet de produire un rapport inquiétant sur l’accroissement des démissions de professeurs en cours de carrière. Pour en débattre, Delphine Gérard avait invité Nathalie Mons, professeure de sociologie à l’université de Cergy-Pontoise, Yannick Trigance, secrétaire national PS en charge des questions éducatives, Albert-Jean Mougin, vice-président du SNALC (syndicat d’enseignants ayant consacré un livre blanc au sujet dès 2012) et Rémi Boyer, coauteur (avec José Mario Horenstein), du livre Souffrir d’enseigner… Faut-il rester ou partir ?, paru en 2013 chez Memogrames et réédité dans la collection Memo’poche en 2015.

    Il est possible de revoir cet intéressant débat sur le web :  www.publicsenat.fr

    Lire la suite

  • Des Italiens dans nos mines dès 1922 !

    fils de houilleur - Mattiato 100 - blog.jpg   On commémore actuellement les 70 ans des accords italo-belges de 1946, à l’origine de l’immigration en Belgique, pour travailler dans les charbonnages, de milliers d’Italiens. Nombre de médias, de moins en moins enclins à un travail sérieux d’investigation, oublient toutefois, à cette occasion, de rappeler que les premiers Italiens venus travailler dans nos mines ont répondu à un appel à main-d’œuvre du gouvernement belge dès 1922.

       Ce fut le cas d’Eugène Mattiato, arrivé au Pays Noir en 1924 pour rejoindre son père et descendre à la mine pour son quatorzième anniversaire. Avide de savoir, le jeune homme suivit diverses formations à l’Université du Travail, en cours du soir, après son travail à la mine. Militant syndical et intellectuel autodidacte, Eugène Mattiato passa progressivement d’une écriture militante, au profit des feuilles syndicales, à une écriture littéraire au service de ses compagnons mineurs. Son roman La Légion du Sous-Sol, paru en 1958, deux ans après le drame du Bois du Cazier, fut primé et connut un vaste succès, mais valut aussi à son auteur d’être licencié de la mine où il travaillait. Toutefois, ses autres romans ne furent jamais publiés de son vivant. Seules la ténacité de sa veuve Marie-Louise Prévost et sa rencontre avec Luc Verton, le fondateur des éditions Memogrames, permirent l’édition posthume de plusieurs romans décrivant le travail de la mine : Fils de Houilleur, La Babel des Ténèbres, Le Baiser à la Morte. Ces ouvrages sont disponibles auprès de l’éditeur, des bonnes librairies (p.e. de stock chez Molière à Charleroi) ou à la boutique du Bois du Cazier, à Marcinelle.

    Lire la suite

  • EN RADIO ET CHEZ FILIGRANES...

    rtbf-et-dieu-dans-tout-c3a7a.jpgL’émission radiophonique Et Dieu dans tout ça ?, animée par Jean-Pol Hecq et diffusée sur La Première RTBF le dimanche en fin d’après-midi, accueillait Daniel COHEN le 10 avril, pour son livre Le Jour de Repos, des origines au Concile de Nicée en 325. En cliquant sur la photo ci-contre, vous pouvez réécouter cette émission.

    Memogrames - COHEN -le jour de repos - cover soft web.jpgPar ailleurs, la librairie Filigranes, à Bruxelles, accueille Daniel COHEN ce mardi 26 avril 2016, à 18h.00, pour la présentation de son livre, en connivence avec l’un des préfaciers, le Professeur Baudouin Decharneux, de l’ULB. L’auteur dédicacera son livre à l’issue de cette présentation.

    Daniel COHEN, Le Jour de Repos des origines au concile de Nicée en 325, 432 pages au format B5, édition brochée disponible en librairie au prix de 32 € TTC - ISBN978-2-930698-28-1. Un édition reliée est par ailleurs disponible auprès de l'éditeur au prix de 36 € TTC. A commander par mail à memogrames@yahoo.fr

  • Louis VAN GEYT est décédé

       Ce jeudi 14 avril, Louis Van Geyt, ancien député et président du parti communiste belge, s’est éteint à l’âge de 88 ans. Il avait été député de l’arrondissement de Bruxelles de 1971 à 1981 et avait assumé la présidence du PCB-KPB de 1972 à 1988, imprimant une vision européenne qui lui attira des sympathies au-delà des cercles communistes.

       De 2012 à 2015, il avait consenti de livrer ses souvenirs au journaliste Jean Lemaître, lors d’entretiens hebdomadaires. Ce travail de mémoire de longue haleine s’est concrétisé, voici quelques mois, sous la forme d’un épais ouvrage, Louis Van Geyt, la Passion du Trait d’Union.*

    MEMOGRAMES cover van geyt.jpg   Dans ce livre, l’ancien leader communiste répond sans tourner autour du pot, aux questions incisives de son interlocuteur. Les premiers chapitres permettent de découvrir l’homme, Flamand d’Anvers que ses parents scolarisent en français quand ils arrivent à Bruxelles, le père, juriste, obtenant une charge de professeur à l’ULB. Étudiant socialiste quand il fréquente l’Université de Bruxelles, il fait le pas et adhère au PC. Il renonce à une carrière à la Banque nationale de Belgique et devient permanent au parti communiste, dont il sera ultérieurement député et président.

    Pour le reste – l’essentiel du livre – c’est l’histoire du PC, de la Gauche belge, des événements internationaux au cours de quatre décennies, de 1945 à 1985 : les positions sectaires de l’époque Lallemand, le congrès de Vilvorde, tentative de déstalinisation avant la lettre, la Hongrie, Khrouchtchev, le schisme maoïste, la solidarité internationale, l’Union des Progressistes, le combat pour la dépénalisation de l’avortement, la lutte contre les missiles, les rencontres avec Berlinguer et Gorbatchev, la fin de la représentation parlementaire du PC, début de la fin, la chute du mur de Berlin… Et pourtant, dressant le bilan de ce long parcours et analysant la situation actuelle, le vieux militant qu’était resté Louis Van Geyt prône encore et toujours les luttes face aux injustices et inégalités de notre monde.

       Le livre a été présenté, depuis sa parution en novembre 2015, lors de plusieurs soirées à Bruxelles et en Wallonie. Le 15 février dernier, Louis Van Geyt était présent lors de la soirée organisée par les Amis de la Morale laïque de Molenbeek et Memogrames, à Bruxelles laïque, Avenue de Stalingrad, dans les bâtiments de l’ancien siège national du parti communiste(cfr. photo : en avant-plan, Louis Van Geyt, en arrière-plan, de gauche à droite, Philippe Moureau, préfacier du livre, Jean Lemaître et Hermine Thirion, Présidente fondatrice de l'AML-Molenbeek). L’homme était visiblement ému de l’hommage qui lui était rendu dans la salle même où il avait présidé tant de séances du comité central du PC. Mais il avait aussi tenu un discours militant empreint d’un optimisme à toute épreuve. On le savait malade, mais on n’imaginait pas alors qu’il s’agissait là de sa dernière sortie publique.

     La sortie de presse du livre de Jean Lemaître, Louis Van Geyt, la Passion du Trait d’Union, n’était pas passé inaperçue… Elle a fait l’objet d’une demi-page dans Syndicats, le bimensuel de la FGTB, d’un article de plusieurs pages dans Le Vif, d’une interview sur La Première, dans l’émission Un Jour dans l’Histoire, etc. Récemment, l’ancien sénateur PS Jean Cornil écrivait, dans Agir par la Culture, le périodique de Présence et Action culturelle : «(…) ce témoignage est un hommage à la vie d’un combattant politique et citoyen qui porte haut son indépendance d’esprit. Nous avions plus que jamais besoin de Louis Van Geyt. »

       Louis Van Geyt avait aussi enregistré avec Jean Lemaître une interview, disponible sur YouTube en cliquant ci-dessus, sur la couverture du livre.

       Les éditions Memogrames présentent leurs condoléances émues à Claudine, son épouse, et à la famille.

    Lire la suite

  • Soirée autour d'un livre...

     SDC14824.jpg  Ce lundi 15 février 2016, la grande salle de conférence de Bruxelles laïque ne suffisait pas à contenir le nombreux public (quelque 120 à 130 personnes) présent pour la soirée organisée conjointement par les Amis de la Morale laïque de Molenbeek, les Editions Memogrames et le CarCoB, à l'occasion de la présentation du livre de Jean Lemaître, Louis Van Geyt, la Passion du Trait d'Union, paru en novembre dernier. Malgré ses 89 ans et des problèmes de santé, l'ancien président du PC belge était présent, accompagné de son épouse Claudine.

    SDC14877.jpg   Après une introduction par Hermine Tihirion, fondatrice de l'AML-Molenbeek et désormais présidente d'honneur, sont intervenus successivement Philippe Moureaux, préfacier du livre et en charge de présider la soirée, Jean Lemaître, l'auteur, et Pierre Galand, Past Président du Centre d'Action laïque. A l'issue des 3 interventions, la parole revint à la salle, les 3 orateurs répondant au fur et à mesure aux questions, prises de positions et souvenirs des intervenants. En fin de soirée, le directeur de Memogrames a fleuri Louis Van Geyt, son épouse Claudine, ainsi qu'Hermine Thirion : œillets, roses et tulipes avaient un point commun : le rouge !  

    SDC14841.jpg Et la salle de conférence de Bruxelles laïque vibrait de son ancien statut de "salle du Comité central", du temps où le bâtiment abritait le siège national du PCB-KPB.

       Cette soirée autour du livre de Jean Lemaître ne sera pas la seule : une soirée s'est déjà tenue à Liège début novembre et d'autres soirées sont programmées dans les semaines à venir à La Louvière, en région liégeoise, dans le Borinage et encore à Bruxelles. Nous en reparlerons ultérieurement.

       Le livre a par ailleurs fait l'objet de recensions dans la presse écrite (Le Vif, Syndicat, Le Drapeau Rouge, ...) ou d'émissions (RTBF, La Première, Un jour dans l'Histoire)

    Soirée Van Geyt 032 (1).JPG

     

     

    Lire la suite

  • J. LEMAIRE RECOIT SERGE HUSTACHE

    2015serge.jpg   Serge Hustache est un fin connaisseur de l’Orient, où il a voyagé à de nombreuses reprises. Il est également passionné par les écrivains voyageurs du 19e siècle et a, de longue date, accumulé une abondante documentation sur les périples orientaux des Flaubert, Lamartine, Loti, Nerval et autres. Dans une démarche similaire à celle qui l’avait guidé pour son précédent ouvrage, Sur les traces de Pierre Loti ou la Terre sainte d’un agnostique, paru chez Couleurs Livre en 2012, il publie à présent, dans la collection Ulysse des éditions Memogrames, L’Egypte de Gérard de Nerval, un splendide livret de 84 pages au format carré 22 x 22 cm, abondamment illustré des photos de l’auteur, habilement légendées de citations de Nerval.

    Déjà interviewé, à l'occasion de cette parution, par Jean-Pol Hecq sur La Première, dans le cadre de l'émission Un Jour dans l'Histoire, il l'est à nouveau par Jacques Lemaire, dans l'émission radiophonique de La Pensée et les Hommes, sur le web.

    Lire la suite

  • La presse en parle...

    Dans sa livraison du 27 novembre, Syndicats, le bimensuel de la FGTB, consacre, sous le titre "Bilan globalement positif d'un parti disparu", une demi-page au livre de Jean Lemaître, Louis Van Geyt, la Passion du Trait d'Union, coédité par Memogrames et le CarCoB et paru début novembre. Et le journaliste de relever notamment : "Dissidence grippiste prochinoise, éparpillement de l'ultragauche en chapelles maoïste, trotskyste et autres tenants de la 4e internationale, la vie du PCB réduit à la portion congrue aura finalement été largement dépendante du contexte géopolitique et de la division du monde en deux blocs antagonistes. Il aura pourtant une influence certaine sur la gauche socialiste et sur le mouvement syndical à travers les cellules d'entreprises. Mais faute de pouvoir se rénover, il poursuivra son déclin et se cantonnera dans le rôle d'aiguillon du parti socialiste, de jeteur de ponts entre l'action syndicale et l'action politique, d'artisan de l'union des progressistes. Sans oublier l'action pacifiste."

    Lire la suite

  • L'HEBDO "LE POINT" AU CHEVET DES PROFS...

       L’hebdomadaire Le Point du 13 au 19 mai consacre un dossier spécial aux Profs : « sous-payés, rabaissés, abandonnés »  et dénonce notamment « les ravages de la bureaucratie et de l’égalitarisme ». La journaliste Louise Cuneo relate l’action de l’association Aide aux profs en faveur des centaines d’enseignants qui renoncent à leur métier et entame une reconversion. Elle donne la parole au président-fondateur d’Aide aux profs : « Rémi Boyer, président-fondateur d'Aide aux profs et coauteur de "Souffrir d'enseigner, faut-il rester ou partir ?" avec José Mario Horenstein, ancien psychiatre de La Verrière, l'hôpital qui  accueillait jusqu'au début des années 2010 des professeurs en dépression, déplore : "Le métier a beaucoup changé ces vingt dernières années. Quand je suis arrivé il y a presque trente ans, je voulais enseigner... et j'enseignais. Aujourd'hui, les profs ont surtout le sentiment de faire de l'administratif, avec les cahiers de texte numériques, le livret du socle commun de compétence, les mails des parents auxquels il faut répondre..."

    Lire la suite

  • LE TEMOIGNAGE OUBLIE D'UNE INFIRMIERE DE 1914-1918...

    de_launoy_05.jpg

    En 1936, Jane de Launoy, infirmière, écrit un remarquable ouvrage intitulé « Infirmières de Guerre en service commandé » sur la base du journal qu’elle a tenu minutieusement, jour par jour, durant les quatre années de conflit de 1914 à 1918.

        Son œuvre n’a jamais été rééditée en français et a sombré dans un oubli regrettable. Jane de Launoy est pourtant la seule infirmière belge ayant porté un témoignage aussi complet dans le domaine des soins durant la Première Guerre mondiale.

       Le centenaire de cette « Grande Guerre » - une expression que Jane de Launoy ne cautionnerait sans doute pas – nous offre l’occasion de remettre en lumière cet ouvrage unique. Les initiateurs de ce projet de réédition sont Dan Lecocq, maître de conférence et chercheur à l'ULB, et Patrick Loodts, médecin, qui publieront en septembre prochain chez Memogrames La Grande Guerre des Soignantes. 

    Lire la suite

  • Pétition pour réhabiliter des victimes de procès pour sorcellerie

    A L'INSTAR DE COLLOGNE OU NIEUPORT, REHABILITER LA MEMOIRE DES VICTIMES DE PROCES POUR SORCELLERIE A MONS AU 17e S. SERAIT UN ACTE SYMBOLIQUE FORT DANS LE CADRE DE MONS 2015

    Le Montois d’adoption Charles Henneghien, photographe-reporter, conférencier et auteur de nombreux livres, dont, tout récemment, Saint Georges et le Dragon : enquête sur le succès d’un mythe, chez Memogrames, s’est intéressé, voici quelques années, au phénomène des procès de sorcellerie lors de la rédaction d’un ouvrage consacré aux fêtes et tradition populaires, paru à la Renaissance du Livre. Début 2014, il assiste à une conférence du Professeur Benoît Beyer de Ryke, éminent médiéviste de l’ULB, sur le thème des procès de sorcellerie et y apprend que, récemment, à Cologne d’abord, puis en Flandre, à Nieuport, des autorités municipales ont pris l’initiative de réviser ces procès et d’entamer des procédures de réhabilitation.

     

     

    sorcellerie 003.jpg

     

     

       Or, à Mons, ont eu lieu deux des derniers procès de sorcellerie en Europe (N.B. la dernière sorcière à être condamnée sur notre continent, Anna Goldi, le fut en 1782 en Suisse). En 1677, un garçon de 15 ans originaire de la région d’Avesnes fut accusé de sorcellerie. Par sentence du 3 février, il fut condamné “à être étranglé à un poteau jusqu’à ce que mort s’en suive, puis brulé dans la forme accoutumée”. Le 22 juin 1671, c’est une pauvre fille de 14 ou 15 ans, Marguerite Tiste, originaire de Jemappes, qui a été brulée sur la Place du Marché à Mons. La lecture des minutes de son procès glace d’effroi ! Mais elle inspire aussi à Charles Henneghien le projet de suggérer aux municipalistes montois de réviser ces procès et de réparer ainsi, autant que faire se peut et à titre purement symbolique une erreur historique de leurs prédécesseurs. Avec son éditeur Luc Verton, directeur des éditions Memogrames, et quelques autres amis hennuyers, le projet de pétition a germé et la décision a été prise de la présenter au public à l’occasion du salon du livre Mon’s Livre 2014. D’autres associations montoises ou hennuyères ont rejoint l’initiative et recueillent également des signatures, tandis que la presse (La Province, TéléMB, Vivacité Hainaut, Le Soir, …) commentaient le projet. Les initiateurs de la pétition escomptent la remettre au Collège des Bourgmestre et Echevins de Mons dans le courant du premier trimestre 2015. 

     

     

     

     PETITION D’INITIATIVE CITOYENNE POUR LA REHABILITATION DE MARGUERITE TISTE ET AUTRES VICTIMES DE PROCES POUR SORCELLERIE A MONS AU 17e SIECLE

     

        Le 27 juin 1671, Marguerite Tiste, native de Jemappes, adolescente de 14 à 18 ans (n.b. les témoignages divergent), est étranglée à un poteau et brûlée sur la Place du Marché à Mons. Ainsi en ont décidé les échevins montois, à l’issue d’un procès pour sorcellerie entamé début mai. La jeune fille était accusée de s’être donnée au diable, « qui lui a mis sa marque et lui a confié une graisse pour s’oindre les membres et s’envoler aux danses ». Les magistrats de Mons lui reprochaient aussi d’avoir ensorcelé des enfants avec une pomme cuite et une tartine !

     

       Marguerite Tiste ne fut pas la seule victime de ces magistrats montois apprentis exorcistes et inquisiteurs zélés : en 1676, Jean, un garçon de 15 ans accusé de sorcellerie fut arrêté dans la commune d’Etroeungt, au sud de Maubeuge, qui faisait autrefois partie du Hainaut. Le procès eut lieu à Mons où il fut condamné à être étranglé et brulé, par sentence du 3 février 1677.

     

        Evidemment, ces procès n’ont rien d’un phénomène local : aux XVIe et XVIIe siècles, dans toute l’Europe, les tribunaux ont mis à mort des dizaines de milliers de pauvres femmes (80 % des condamnés) sur base de dénonciations, de ragots, de simples rumeurs. Sous la torture, elles avouaient n’importe quoi, dénonçaient n’importe qui.

     

         Aujourd’hui, des initiatives de révision de ces mascarades judiciaires et de réhabilitation des victimes se multiplient en Europe : 37 prétendues sorcières exécutées en 1627 en Allemagne ont été réhabilitées. La ville de Nieuport a fait de même, réhabilitant 17 résidents locaux (15 femmes et 2 hommes, tous accusés de sorcellerie), brûlés vifs sur le bûcher au 17ème siècle : une stèle à l’hôtel de ville énumère les noms des victimes de cette erreur judiciaire.

     

        Dès lors, par la présente pétition d’initiative citoyenne, les signataires sollicitent du Collège échevinal et du Conseil communal de la Ville de Mons une procédure de réhabilitation de Marguerite Tiste et autres victimes des procès pour sorcellerie instruits par les magistrats montois au 17e siècle. Cette réhabilitation pourrait être, dans le cadre de Mons 2015, une puissante démonstration de notre capacité à reconnaître « nos » barbaries passées, alors que l’obscurantisme renaît en divers coins de notre monde actuel. De plus, cette initiative de la capitale hennuyère et Capitale européenne de la Culture en 2015, pourrait inspirer des démarches similaires en d’autres villes du Hainaut (et par delà…) : les procès de sorcellerie à Tournai, Ath, Ellezelles … sont aussi à réviser !  La justice, même tardive, est gage de démocratie.

     

     Pour obtenir un exemplaire à signer (et faire signer) de la pétition, ainsi que le dossier de presse complet, avec notamment les minutes du procès de Marguerite Tiste, adressez-nous un mail à  : memogrames@yahoo.fr

     

  • Charles Henneghien et saint Georges sur La Première

    Memogrames - saint Georges et le Dragon - cover -isbn 978-2-930698-00-7.jpg   Ce dimanche 15 juin 2014 sur la Grand-Place de Mons, Saint Georges a terrassé une nouvelle fois le dragon ! Mais, dès ce vendredi 13, Laurent Dehossay interviewait longuement Charles Henneghien sur La Première (RTBF Radio), dans le cadre de l'émission "Un Jour dans l'Histoire ». En cliquant sur la couverture du livre « Saint Georges et le Dragon : enquête sur le succès d’un mythe », vous pouvez réécouter cette émission.

       Par ailleurs, Memogrames a prolongé le livre sous forme d’un petit puzzle double face (54 pièces, format 22 x 33 cm, 12 €), reproduisant des photos de Charles Henneghien immortalisant deux moments cruciaux du combat dit Lumeçon. Le puzzle est disponible dans diverses librairies et autres commerces montois ou directement chez l’éditeur (nous consulter par mail : memogrames@yahoo.fr 

     

    Max'iM Memogrames jeunesse - puzzle saint Georges et le Dragon - vue panoramique.jpg

     


  • Conscience athée - RTBF - La Pensée et les Hommes

    MEMOGRAMES -RIXHON Conscience athée - cover.jpg   Dans le cadre de l’émission télévisée laïque La Pensée et les Hommes (diffusion le mardi 3 juin en fin de soirée – vers 0h.10 - sur La Une, rediffusion le lundi 9 juin à 18h.55 sur La Trois et sur le thème « Je fus prêtre, je suis athée », Jacques Lemaire reçoit Noël RIXHON pour évoquer son livre paru en septembre 2013 chez Memogrames : Conscience athée.

       Ce livre est à la fois témoignage et réflexion d’un athéisme radical. Un athéisme mûrement et intensément réfléchi, discuté, élucidé, mis au point… Athée, on l’est non par bravade, ni par désir ou plaisir d’être libéré d’une religion trop pesante, mais par retour à l’« essentielle nudité» de son esprit, libéré des aberrations religieuses. Et par réalisme, par volonté de se brancher lucidement sur le seul réel qui soit : un monde tel qu’il est, tel qu’il nous apparaît, nous intrigue, nous émerveille, nous scandalise et qui sans Dieu n’est pas un monde vide, mais est plein de vie, porteur de valeurs, où il y a tant à faire et qu’il est manifestement déraisonnable, imprudent et dangereux de vouloir construire fondamentalement sur l’hypothétique, l’invérifiable, l’imaginaire. Pourtant, si l’on naît sans aucune imprégnation religieuse, instantanément, on est pris, «emmailloté, bercé, nourri » au sein d’une culture pénétrée de tradition religieuse.

       L’auteur a connu ce parcours : naissance, enfance, jeunesse sous forte empreinte paysanne, foncièrement religieuse catholique, éducation débouchant sur une formation et l’accès à la prêtrise ; et puis, prise de conscience athée vécue comme une conversion à sa propre vérité intime, force positive, facteur de libération humaine.

     

    Noël RIXHON, Conscience athée, 208 pages au format B5, septembre 2013, éditions Memogrames, 22,00 €, ISBN : 2-930418-72-9, chez tout bon libraire ou en commande directe chez l’éditeur (par téléphone : 067/63.71.10 – par télécopie : 067/63.70.87 ou e-mail : memogrames@yahoo.fr). En Belgique, envoi offert aux particuliers.

  • EN TELEVISION... LA PENSEE ET LES HOMMES

     

    Memogrames cover bioetique.jpg   Dans le cadre de l’émission télévisée laïque La Pensée et les Hommes (diffusion le dimanche 25 mai à 9h.20 sur La Une, rediffusion le samedi 31 mai à 10h.30 sur La Une et le mercredi 4 juin à 18h.55 sur La Trois) et sur le thème « Vous avez dit humain ! Jusqu’où aller trop loin ? », Jacques Lemaire reçoit Charles Susanne et Nicole Decostre pour évoquer l’ouvrage collectif paru chez Memogrames : Bioéthique : pour un Progrès de l’Humanité.

       Cet ouvrage initié par l’association Darwin, sous la direction de Charles Susanne et Georges Sand, réunit plus de 30 contributions de personnalités scientifiques, médicales ou philosophiques* autour du thème de la bioéthique, à envisager comme un progrès pour l’humanité, nonobstant les combats d’arrière-garde d’esprits réactionnaires emprisonnés dans leurs dogmes. Il synthétise à souhait la pensée laïque L’objectif des auteurs est de proposer, dans un esprit réellement humaniste, un outil de réflexion pour approfondir le raisonnement bioéthique et poser les questions essentielles de la vie, de la mort et des avancées scientifiques récentes en dehors des conceptions dogmatiques de l'être humain.

        L'histoire humaine est faite de nouveautés technologiques qui, toutes et toujours, ont été accompagnées d'espoirs de vie meilleure, mais aussi de craintes d'utilisation négative. Il est donc le devoir de tout citoyen probe et libre de s'informer, de mesurer correctement les enjeux et, si bienfaits il y a, d'œuvrer pour les faire partager à toute l'humanité, de la manière la plus solidaire possible.

        Les bases d'une bioéthique générale, qui peuvent être admises par tout être humain, ou plutôt que personne de bonne foi ne saurait récuser quelle que soit sa philosophie ou sa religion, sont celles de raisonnements basés sur la connaissance, celles de l'égalité et de la liberté des êtres humains, celles de leur fraternité, donc de leur solidarité.

        Charles Susanne et Georges Sand, directeurs de la publication, nous avertissent d’emblée, en introduction : « (…) Les domaines de la bioéthique sont aussi larges que les sciences de la vie. La bioéthique médicale en fait partie, mais aussi bien d’autres disciplines s’y retrouvent : de la biologie moléculaire à la génétique, de la biochimie à l’embryologie, certains aspects de l’écologie et des sciences environnementales. Elle a donc une implication globalisante. (…) » Et de préciser que cette problématique ne relève pas des seuls spécialistes : « (…) La bioéthique ne peut pas être ésotérique ; elle doit être ouverte à un large public. Point n’est besoin de détenir un diplôme en médecine, en sciences ou en philosophie, elle est l’affaire de tous. (…) »

    * Contributions de : Henri ALEXANDRE, Jean-Jacques AMY, Jan BERNHEIM, Serge BLECIC,Gabrielle CAERS, Peter G. DECONINCK, Nicole DECOSTRE, Pierre DELVOYE (1945-2011), Jacques DE PAEPE, Pierre GALAND, Jacqueline HERREMANS, Philippe HORLAIT, Georges LIENARD, Serge LOWAGIE, Monique MAHIEU, Alex MAURON, Marie-Christine MAUROY, Jean-Noël MISSA, Laurence PERBAL, Aldo PERISSINO, Julie PERNET, Marie-Geneviève PINSART, Pol RAVEZ, Georges SAND, Jeanine Anne STIENNON-HEUSON, André STIEVENART, Charles SUSANNE, Dag THULIN, Doris VISPOEL, Marcel VOISIN, Myriam WAUTERS, John WERENNE.

    Bioéthique : pour un progrès de l’humanité, ouvrage collectif sous la direction de Charles Susanne et Georges Sand, éditions Memogrames, 27,50 €, ISBN : 2-930418-91-5, chez tout bon libraire ou en commande directe chez l’éditeur (par téléphone : 067/63.71.10 – par télécopie : 067/63.70.87 ou e-mail : memogrames@yahoo.fr). Les commandes directes de particuliers leur sont acheminées sous les 24h.00 et sans frais d'expédition. 

     

  • Décès de Marie-Louise Prévot, la veuve d'Eugène Mattiato

    Marie-Louise Mattiato - juin 2007 - bibliothèque Yourcenar - photo maurice Robert.jpg    La nouvelle nous est parvenue dans le courant de la journée : Marie-Louise Prévot, la veuve de l'écrivain carolorégien d'origine italienne Eugène Mattiato (1910-1991), s'est éteinte ce 24 mai en début de matinée, dans sa quatre-vingt-quatrième année, des suites d’une longue maladie.

       Depuis 2006, les éditions Memogrames avaient publié, à l'instigation de Marie-Louise (et avec sa complicité active : elle retranscrivait tous les manuscrits sur son ordinateur pour nous en permettre l’édition), les meilleurs romans* d'Eugène Mattiato, restés inédits de son vivant, nonobstant le succès considérable de La Légion du Sous-Sol, fin des années 1950.

       C’était à l’occasion d’un cocktail de présentation du livre Parkinson s’est invité chez nous, en 2006 : Marie-Louise Prévot vint à moi et me demanda tout de go : « Connaissez-vous Eugène Mattiato ? » Comme je le situais en parallèle à Constant Malva parmi les écrivains prolétariens, elle m’annonça : « C’était mon mari. J’ai les manuscrits de plusieurs romans qui parlent de la mine et qui sont restés inédits malgré les efforts d’Eugène. Cela vous intéresse-t-il ? » Une semaine plus tard, j’étais à Charleroi dans son appartement, découvrant les tapuscrits de Fils de Houilleur, de la Babel des Ténèbres, du Baiser à la Morte, … Confiante, elle me remit sans hésiter plusieurs documents originaux, déjà convaincue que j’allais devenir l’éditeur à titre posthume d’Eugène Mattiato. Elle ne s’était pas trompée !

       Marie-Louise Mattiato était toujours follement amoureuse de son défunt mari et chaque parution d’un roman, chaque conférence, hommage ou commémoration que nous avons organisés, souvent en partenariat avec Le Bois du Cazier, était un moment privilégié pour elle, un instant de communion avec « son Eugène », un instant de pur bonheur qu’elle savait partager avec ses proches.

       Depuis quelques temps, elle était inquiète de ce que deviendraient les archives liées à l’activité littéraire et aux divers engagements culturels et militants d’Eugène : nous avons pu la convaincre, avec Jean-Louis Delaet et Alain Forti, de les confier au Bois du Cazier, dans le cadre d’un Fond Eugène Mattiato.

       Marie-Louise sera inhumée aux côtés d’Eugène Mattiato ce mercredi 28 mai : nous serons là pour lui dire au revoir.

    Luc Verton, Directeur des éditions Memogrames  

     

    conférence Mattiato primo levi - vue de la salle.jpg

     

    Juin 2007, à la bibliothèque communale Marguerite Yourcenar de Marchiennes-au-Pont : Louise est au premier plan, robe rose et tailleur blanc.

    (c) Photo Maurice Robert 

    * Fils de Houilleur, La Babel des Ténèbres, Le Baiser à la Morte, Les Fils de la Louve, Journal d'un Parkinsonien

  • Ducasse de Mons et Saint Georges sur La Première ce dimanche 13 avril...

     

    Et dieu dans tout ca.jpgL’émission radiophonique Et Dieu dans tout ça ? animée par Jean-Pol Hecq sur la Première RTBF du dimanche 13 avril- de 11 à 12h.00* - aura un parfum montois… Les invités du jour sont en effet Charles Henneghien, qui vient de publier chez Memogrames Saint Georges et le Dragon – enquête sur le succès d’un mythe, Benoît Kanabus, chercheur UCL, qui a présidé à la rédaction La ducasse rituelle de Mons, paru chez Racine, Gérard Bavay, historien, chargé de cours à l’UCL et à la Haute Ecole Louvain en Hainaut, et Renaud Zeebroek, sociologue, chargé de cours à l’UMons et responsable du secteur Ethnologie au Ministère de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

     

    Le site de l’émission précise : « A Mons, depuis plus de 700 ans, le combat mythique se rejoue chaque année avec une ferveur populaire qui étonne toujours autant les observateurs. Inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, le « Doudou » est en tout cas parfaitement révélateur de la permanence de certains symboles à travers les temps et les lieux. Deux livres viennent d’ailleurs de rassasier la curiosité des amoureux de ce qui est sans nul doute l’une des plus authentiques traditions populaires wallonnes. Le premier est un ouvrage collectif de haut niveau qui passe en revue de manière pratiquement exhaustive les arcanes de la ducasse de Mons avec sa procession et son fameux combat de Saint Georges contre le dragon. L’autre est le fruit de plusieurs dizaines d’années de travail d’un photographe passionné et qui montre combien Saint Georges est mondialement révéré, y compris hors Europe et jusque dans certaines contrées musulmanes. Mais au-delà de l’actualité éditoriale, ces deux livres posent également une question aussi vieille que le monde: ces figures et ces traditions léguées par le passé sont-elles l’expression d’une intense foi populaire et spontanée ou bien le fruit d’un savant travail de propagande religieuse et politique dont les traces sont « miraculeusement » arrivées jusqu’aujourd’hui ? Une question qui reste d’une totale actualité à la veille de la consécration de la petite ville hennuyère comme Capitale culturelle de l’Europe … »

    *rediffusion le dimanche 13/04 en soirée de 23h.15 à minuit

     

     



     

  • BIOETHIQUE... Et dieu dans tout ça ? - La Première, ce dimanche 4/11/2012

    Memogrames cover bioetique.jpgL’émission radiophonique Et dieu dans tout ça ?, de ce dimanche 4 novembre 2012 (RTBF, La Première, de 11h.00 à midi, rediffusion le  jour même de 23h.15 à minuit) accueille Charles Susanne et Georges Sand à l’occasion de la récente parution chez Memogrames, dans la collection Hélios, de Bioéthique, pour un progrès de l’humanité,  ouvrage collectif initié par l’association Darwin, sous la direction des précités, réunissant plus de 30 contributions de personnalités scientifiques, médicales ou philosophiques autour du thème de la bioéthique, et qui synthétise à souhait la pensée laïque en la matière. Jean-Pol Hecq évoque avec ses deux invités ces questions bioéthiques infiniment complexifiées, au moment où le débat sur les limites à mettre sur les manipulations de  ce qui touche au vivant ne cesse de s’amplifier et où les clivages philosophiques sont peut-être actuellement les plus sensibles.

    A noter, pour celles et ceux qui ne pourraient écouter l’émission le dimanche 4 novembre, qu’elle sera disponible dès le lendemain sur Internet en podcast et en radio à la demande. Pour rappel, le livre Bioéthique : pour le progrès de l’humanité est disponible au prix de 27,50 € et peut être commandé soit directement auprès de Memogrames (via un mail à memogrames@yahoo.fr ou un fax au 02/465.36.87), soit par l’intermédiaire de tout libraire compétent et de bonne volonté.

  • LE SACRE DE NAPOLEON A BOULOGNE

    sacre 002.jpg

    Ces 28 et 29 mai, la Ville de Boulogne accueillait un événement exceptionnel, puisque le Sacre de Napoléon y était reconstitué dans la basilique, au coeur de la vieille ville. Un remake magnifique, prestigieux, impérial... Tant pis pour les esprits chagrins qui s'inquiètent de ce que la date et le lieu n'étaient pas conformes à l'Histoire. L'important n'était pas là et les quelque sept cents privilégiés qui y assitaient en sont ressortis sous le charme. Nous également, d'autant que, quelques heures avant son sacre, l'Empereur s'est longuement attardé sur le stand de Memogrames, appréciant notamment nos dernières publications, Les Trente Batailles du Sergent Denis Moreau, ainsi que Ligny 16 juin 1815, la dernière victoire de l'Empereur

    Napoléon et Moerman sur le stand Memogrames à Boulogne.jpg

    L'Empereur a apprécié la qualité des illustrations, résultat de fastidieuses recherches d'Yves Moerman (à gauche sur la photo, co-auteur de plusieurs ouvrages chez Memogrames et lieutenant dans la gendarmerie impériale.

    Napoléon sur le stand de Memogrames à Boulogne.jpg

    Napoléon parcourt le journal de campagne du Sergent Moreau sous le regard attentif de deux maréchaux. 

    sacre 001.jpg

    Napoléon I, Empereur des Français et l'Impératrice Joséphine, à l'issue du sacre.


     

     

    (c) Copyright Photos Memogrames 



  • LA DERNIÈRE VICTOIRE DE L'EMPEREUR

    cover Ligny 16 juin 1815.jpgLIGNY – 3, 4 ET 5 JUIN 2011 :  

    COMMEMORATION DE LA BATAILLE DU 16 JUIN 1815

        Les vendredi 3, samedi 4 et dimanche 5 juin prochains, Memogrames sera présent à Ligny, à l’occasion de la commémoration de la Bataille du 16 juin 1815, soit la dernière victoire de l’Empereur Napoléon avant Waterloo. Les Grognards centenaires de Napoléon, le porfolio de 24 aquarelles de JOB De Bonaparte à Napoléon et Les 30 Batailles du Sergent Denis Moreau y seront proposés au public sur notre stand, ainsi que le guide du musée et du champ de bataille récemment coédité avec le S.I. de Ligny, Ligny 16 juin 1815, la dernière victoire de l’Empereur (en vente, pour sa part, à la boutique du musée).

        La commémoration de la Bataille de Ligny s’étalera sur3 jours. Le vendredi verra l’inauguration de la Bibliothèque napoléonienne, installée dans les locaux du musée et comptant plus de 3.500 ouvrages (accessible au public - Renseignements : 071/88 86 59) et se prolongera, dès 20h.00, par un barbecue (12 €, 0477/473871).

       Le samedi 4 juin, se succéderont la commémoration des reconstituants au monument « le canon » (14h.00), des démonstrations d’infanterie et de cavalerie et des animations au bivouac tout l’après-midi, un concert de la batterie des Grognards de Haute Alsace (18h.30), la reconstitution de deux phases de la bataille (19h.00), un spectacle des Grognards de Haute Alsace (21h.00) et le feu d’artifice, à la ferme d’en bas, à 22h.30.

    Une calèche vous permettra de parcourir le bivouac, tandis qu’un petit train touristique vous emmènera à travers le champ de bataille.

       Le programme du dimanche 5 juin est également ambitieux : messe d’Empire à 9h.30, cérémonie du Souvenir à 10h.30, escarmouche à 11h.30, Vin d’honneur et repas gersois à partir de midi au Centre Gérard, défilé historique du Premier Empire à partir de 15h.00 et parade des tambours et salve de la victoire à la ferme d’en bas à 18h.30.

       Bien évidemment, durant tout le week-end, les visiteurs pourront découvrir le musée, l’exposition temporaire « La Chirurgie et le service de santé dans les armées napoléoniennes », ainsi que le village d’exposants : artisans, vieux métiers, confectionneurs d’uniformes, sociétés de figurines, produits de bouche du Gers, stand des éditions Memogrames…, mais aussi une forge et une ambulance d’époque, le caisson de munitions, etc.

       L’estaminet sous chapiteau « Chez Marianne » désaltèrera les palais grâce à la bière de la Victoire, la 1815 et proposera diverses formules de restauration.

     Pour plus d’infos, visitez les sites du syndicat d’initiative www.si-ligny.be et de l’Association belge napoléonienne www.abnapoleon.be.

      

     

  • Les empêche-pipi... de Jacky Legge

    De Paris à Marrakech en passant par Tournai, ils ont traversé les siècles tout en traînant dans les recoins les plus sombres de nos villes. Discrets mais flanqués d’une mission de la plus haute importance ...Hygiéniques, ils opèrent rapidement et sanctionnent tout de suite! Solution de cette énigme avec Florence Neerdaels et Fabrice Rendé, qui ont consacré un reportage sur Notélé au livre de Jacky Legge qui vient de paraître chez Memogrames. A découvrir en cliquant sur la couverture du livre, ci-dessous... Rappelons que Jacky Legge dédicace son livre encore ce dimanche 16 novembre sur le stand Memogrames de Tournai la Page, aux Halles aux Draps de Tournai.

    MEMOGRAMES couverture Les empechepipi de Jacky LEGGE