Voltaire

  • LES DERNIERS JOURS D'AMADEUS : échos sur le Web

      Après une interview de Georges Geyduschek dans LE SOIR du 28 décembre, dans le cadre d'une série de reportages que le quotidien bruxellois dédiait à Mozart... Après une seconde interview de l'auteur à la RTBF, sur La Première, ce mercredi 25 janvier...

       C'est à présent les webmagazines qui s'intéressent au roman Les derniers jours d'Amadeus, que Memogrames publie ce 27 janvier, date de naissance de Mozart.

       Le magazine Opladis ( www.opladis.be ) publie une longue interview du directeur de Memogrames, Luc Verton, exclusivement centrée sur le livre :

    http://www.opladis.be/display/content_020/020020_00077.htm

       Le website Vivat (www.vivat.be) consacre de son côté un article exhaustif au livre. http://www.vivat.be/00-00.asp?articleID=1373

       Ces deux webmagazines proposent des concours dont les prix principaux sont des exemplaires du livre de Georges Geyduschek et les lots de consolation de magnifiques calendriers dus à la photographe gaumaise Nadia Hartert - par ailleurs conceptrice des couvertures d'Amadeus et des autres livres déjà parus chez Memogrames.

       Rappelons aussi que www.hiram.be , le blog maçonnique, avait le premier évoqué la sortie du livre. Son webmaster étant la même personne que le directeur de la nouvelle collection Hiram, chez Memogrames, à savoir Jiri Pragman, il s'agissait d'un avouable et noble délit d'initié.

     

     
  • RTBF RADIO - LA PREMIERE jeudi 26 janvier - 18h.25

     
    Nous vous annoncions que Georges Geyduschek était interviewé à propos de son livre Les derniers Jours d'Amadeus, ce jeudi 26 janvier à 18h.25, sur la Première. Les circonstances de l'info - à savoir les élections palestiniennes - ont amené la RTBF a avancer la diffusion de l'interview que nous vous annoncions. L'émission a donc été diffusée ce mercredi 25 janvier en lieu et place du jeudi.
    Toutefois, l'interview est accessible sur le site de la RTBF, page de radio première, émission "Face à l'info" de ce 25/01/2006. Désolé pour nos effets d'annonce manqués.
     

  • HIRAM, NOUVELLE COLLECTION MACONNIQUE

     

  • LES DERNIERS JOURS D'AMADEUS - un roman alchimique

     

       Les livres consacrés à Mozart ne manqueront pas en cette année du 250e anniversaire de la naissance du génie de la musique : biographie, recueil de correspondances, essais sur la symbolique de ses opéras, …

     

       Georges Geyduschek, créateur de bijoux à connotation symbolique, maçonnique et ésotérique, a entrepris d'aborder Mozart à travers un autre regard, celui de la recherche alchimique. Son livre évoque les soixante-six derniers jours de la vie d'Amadeus, au moment même où sa Flûte enchantée, opéra ouvertement maçonnique, rencontre un véritable triomphe à Vienne. Nous sommes en 1791 et l'on craint, dans la capitale de l'Empire austro-hongrois comme dans toutes les cours d'Europe, la contamination des idées de la Révolution française. 

     

       Mozart n'a pas d'engagement politique, ni n'est philosophe argumentant en faveur de la liberté d'expression et rejetant la chape des dogmes. Pourtant, la musique et les paroles de La Flûte enchantée participent à la propagation des idées révolutionnaires dans la société. C'est en cela qu'Amadeus participe à transformer la pensée des gens.

     

       Il provoque y compris ses frères maçons, en confiant la direction de l'initiation à une femme, la déesse de la nuit, glorifiant de la sorte l'initiation féminine. Prise de position avant-gardiste en 1791, car remettant en cause la place de la femme dans la société.

     

       Mais pourquoi l'alchimie pour comprendre Mozart et sa démarche ? Georges Geyduschek nous répond : "Étrangement, l’alchimie peut ouvrir des portes donnant accès à l’inconscient collectif de l’humanité. Entrer en contact avec les personnages de la légende de Blanche Neige ou ceux de la Flûte Enchantée, en traduire le langage hermétique et y découvrir un identique message caché derrière le message initiatique secret, puis oser regarder en face le pouvoir ancestral des femmes : Voilà ma démarche face au personnage de Mozart et à son œuvre.

       Au lendemain de la première représentation de la Flûte enchantée, nous rencontrons Mozart, ignorant évidemment qu'il ne lui reste que soixante-six jours à vivre. Que s'est-il passé à Vienne, en cet automne de l'année 1791? Cette immersion dans un passé récent où se confond le réel, l'inconscient et l'imaginaire vous permettront de connaître les rêves de Mozart, des personnages de son oeuvre, de ses amis et ennemis, et finalement d'identifier son assassin.

       

  • LES DERNIERS JOURS D'AMADEUS : génèse d'un livre

     

    Georges Geyduschek n'est ni un musicologue, ni un historien, ni même un écrivain chevronné, rôdé à produire des best-sellers au gré des anniversaires et des modes.

       Il n'a pas écrit Les derniers Jours d'Amadeus dans la précipitation d'une commémoration aux dessous juteux. Son livre a été mûri longuement, puis écrit lentement, au gré de ses réflexions et recherches personnelles, enfin peaufiné pendant plusieurs années.

       Un ami de Georges qui avait eu le privilège de lire le manuscrit en parla à Jiri Pragman, journaliste, animateur du blog maçonnique www.hiram.be et directeur de la collection Hiram, chez Memogrames.  Après, la décision de l'éditeur ne se fit pas attendre, dès lors que ce "Mozart" serait, d'évidence, bien différent de tous les autres à paraître à l'occasion du 250e anniversaire du plus renommé des Salzbourgeois.

       Ni musicologue, ni historien, ni biographe réputé… Et pourtant l'auteur remplissait toutes les conditions requises pour écrire ce livre : Vienne et l'Empire austro-hongrois sont parties intégrantes de l'histoire familiale. Lui-même est né en 1932 à Presburg, alias Bratislava, en Tchécoslovaquie, une ville provinciale longtemps considérée comme un faubourg de Vienne avant d'accéder au statut de capitale de l'actuelle Slovaquie. Plus tard, bijoutier, Georges Geyduschek s'est perfectionné en Forêt-Noire et, travaillant l'or, s'est naturellement intéressé à l'alchimie, une science dont le seul but n'est pas la mutation du plomb en or, comme le supposent les sots. Enfin, la Franc-Maçonnerie est affaire de famille depuis plusieurs générations et, de plus, son approche de l'inconscient collectif n'est pas livresque : notre bijoutier écrivain a réalisé un travail en analyse jungienne.

       C'est donc un homme ouvert, polyvalent, bref… un humaniste, qui a entrepris d'évoquer, pour notre plus grand plaisir, ce Mozart franc-maçon, égalitaire, pionnier de la cause féminine, dont tant d'autres ne parleront assurément pas ou mal.

     

    Luc VERTON, Directeur de Memogrames 

     

     

  • AMADEUS : un copié/collé... et c'est commandé!

    Bulletin de souscription au livre de Georges Geyduschek,

    Les derniers Jours d'Amadeus

    ou L'ultime Alchimie de Mozart

     

    Je soussigné(e) …………………………………………..

     

    Adresse postale complète (rue, n°, n° de boîte) :

     

    ……………………………..……………..……………

     

    Code postal : ……… Commune : …………………………....

     

    Tél. et/ou adresse e-mail : …………………………………….

     

    - souhaite commander le livre de Georges Geyduschek en ….. exemplaire(s),

       à m'expédier à l'adresse ci-dessus. Je choisis :

     

    L'édition ordinaire (le livre seul) au prix de 22 €  TTC                                               £

     

    L'édition de luxe (le livre accompagné du pendentif Isis en argent

    - édition limitée de 500 exemplaires au prix de 100 € TTC                                         £

     

    L'édition de grand luxe (le livre accompagné du pendentif Isis en or

    - édition limitée de 100 exemplaires avec certificat de garantie)

    au prix de 525 € TTC (sous réserve de l'évolution du cours de l'or)                       £

     

    Je souhaite une dédicace établie au nom de :

     

    …………………………………………… ………………………………..

     

    Je verse la somme requise sur le compte de Memogrames

     

    - en Belgique : 068-2427099-89

     

    - hors Belgique : IBAN : BE45 0682 4270 9989 – BIC : GKCCBEBB

     

    Signature :

     

    Les éditions ordinaires et de luxe sont expédiées par envoi postal ordinaire,

    l'édition de grand luxe est adressée par envoi recommandé.

    Talon à renvoyer à :

    Memogrames 13 rue des Sept Étoiles 1082 Bruxelles – Belgique

    ou par courriel:  memogrames@yahoo.fr

     

     

    n.b. Merci de ne jamais nous adresser de chèques (notamment émis par des banques françaises). Les frais bancaires fixes exigés par les organismes bancaires belges pour créditer notre compte de tels chèques sont supérieurs à notre marge bénéficiaire et nous sommes donc dans l'obligation de refuser un tel mode de paiement. Seul un virement bancaire international via le compte IBAN convient.

     

  • GEORGES GEYDUSCHEK EN RADIO & A LA LIBRAIRIE "CHAPITRE DOUZE"

    Le livre de Georges Geyduschek, Les derniers jours d'Amadeus, sort de presse le 26 janvier et sera disponible dans diverses librairies de Bruxelles et de Wallonie dès le 27 janvier, jour de naissance de Mozart voici 250 ans.

     

    Sur la RTBF radio (La Première), le jeudi 26 janvier, à 18h.25, Georges Geyduschek répondra aux question d'Eddy Caekelberghs, dans le cadre de l'émission "Face à l'Info".

     

    Par ailleurs, la librairie Chapitre XII  (avenue des Klauwaerts, 12 à 1050 Ixelles, à deux pas des étangs) accueillera les éditions Memogrames lors d'une causerie littéraire le mercredi 1er février 2006 à 18h.30. A l'invitation de la maîtresse des lieux, Madame Toussaint, Luc Verton, le directeur de Memogrames, exposera la philosophie de sa maison d'édition, présentera les diverses collections mises en place et les premiers titres parus. Il dévoilera aussi quelques-uns des ouvrages actuellement en préparation, dont certains seront présentés à l'occasion de la Foire du Livre. Georges Geyduschek lui succédera pour la présentation de son livre dédié à Mozart. La soirée se terminera par une séance de dédicaces. A noter que le livre de Georges Geyduschek sera disponible également dans ses éditions de luxe et de grand luxe, accompagné des pendentifs en argent ou en or figurant la Reine de la nuit, la déesse Isis.

  • SOUS LA PROTECTION DE DIEUX ANTIQUES

    Memogrames a choisi de placer ses collections sous la protection de dieux et héros de l'Antiquité. Pour l'instant, un dieu romain, quatre dieux égyptiens, deux dieux et un héros grecs, l'architecte de Salomon... sont à l'oeuvre, mais Dionysos aurait déjà proposé ses services pour une collection oenologico-gastronomique. A suivre...  

     

    Voici un aperçu des neuf collections déjà programmées :

     

    Collection Horus 

    Une collection qui éclaire le lecteur sur divers parcours personnels : homme politique, décideur économique, militant syndical, simple citoyen…

     

    Collection Isis

    Une collection dédiée aux maladies, aux handicaps, aux épopées médicales et aux destinées liées à la médecine ou à la santé.

     

    Collection Osiris  (cfr. la photo)

    La collection dédiée à la nature, l’écologie, la protection des espèces végétales ou animales. Elle donne la parole aux défenseurs des théories "vertes".

     

    Collection Bastet

    Une collection réservée aux voix de femmes, aux destinées et revendications féminines, car « la femme est l’avenir de l’homme. ».

     

    Collection Thémis

    Une collection pour y dire les quatre vérités (même quand certains murmurent qu’il conviendrait de les taire) et dénoncer les injustices.

     

    Collection Vulcain

    Une collection consacrée aux entrepreneurs et aux entreprises, ainsi qu’aux métiers qui ont marqué l’histoire économique du pays.

     

    Collection Ulysse

    La collection réservée aux récits de voyage, aux épopées lointaines, aux reportages sous d'autres latitudes.

     

    Collection Hélios

    Une collection dédiée aux collectivités humaines, du village à la nation, d’un peuple à l’humanité entière.

     

    Collection Hiram

    Dernière née, cette collection est réservée aux écrits maçonniques. Elle est dirigée par Jiri Pragman, webmaster du blog maçonnique www.hiram.be

     

     




  • L'ANOREXIE POUR TRAME D'UN PREMIER ROMAN

    Dominique BILLION,

    Marie-Ange

    Roman - 176 pages format A5 paru le 30 novembre 2005, dans

    la collection Isis 

     

    Prix : 16 € - ISBN : 2-930418-03-6

     

     

    Dominique BILLION est né à Bertrix (province du Luxembourg) en 1959. Marié avec Marie-France, il est le père de deux filles, Nathalie (1985) et Marie (1988).

       Diplômé en 1980 en sciences économiques et sociales et en langues germaniques, il se destinait à une carrière d'enseignant. La difficulté de trouver une place ayant eu raison de sa vocation, il a opté pour un emploi dans une banque grand-ducale. Dans ses moments de liberté, il pratique la bicyclette et le jardinage. 

     

    Dominique Billion est déjà l'auteur de :

    - Mémoire de Semois, un album texte et photos paru en septembre 2000 à l'occasion des journées du patrimoine consacrées à l'eau. Ce livre a été couronné en 2002 par le Prix du Parlement de la Communauté française de Belgique, décerné au meilleur ouvrage à l'usage de l'enseignement et de l'éducation permanente.

    - L'Envers des Privilèges, une pièce de théâtre médiévale régionale en cinq actes, parue en février 2002, et interprétée pendant deux saisons par la troupe aubangeoise "Mirabelle".

     - En passant par la Lorraine - Promenade sur les trois cuestas, à nouveau un album texte et photos paru en avril 2003.

    - Fond-Jamais, un recueil de trois (longues) nouvelles paru en juin 2004, et dont les sujets oscillent entre Histoire, fantastique et paranormal, le tout dans un décor commun : le petit village de Muno (où Dominique Billion a vécu les sept premières années de sa vie).

     

    Marie-Ange,  son premier roman : autobiographique, évidemment !

     

    Marie-Ange

     

    Ce premier roman est assurément autobiographique… Dominique Billion ne le cache pas : c'est l'épreuve qu'ils ont traversée, son épouse et lui-même, lorsqu'une de leurs deux filles a développé, deux années durant, cette étrange pathologie qu'est l'anorexie.

     

    S'il n'a pas été construit, à l'instar de Parkinson s'est invité chez nous (paru chez Memogrames dans la même collection Isis), à l'issue d'une enquête d'investigation, Marie-Ange n'en est pas moins significatif du vécu des personnes – souvent des adolescentes – souffrant d'anorexie, et de leur entourage. Parce qu'il cherchait tous azimuts les outils de la guérison de Marie-Ange, le narrateur met en évidence le désarroi du patient et de ses proches vis-à-vis d'une pathologie qu'on n'aborde pas simplement avec une panacée médicamenteuse ou un bistouri. Il pose d'évidence le problème de la confiance et de la capacité d'écoute réciproque entre le malade et le thérapeute et démontre que le cheminement vers la guérison peut emprunter plusieurs chemins en parallèle.

     

    Second titre à paraître dans la Collection Isis de Memogrames, Marie-Ange devrait aider le grand public à aborder une maladie mal comprise et permettre au monde médical de découvrir l'anorexie à travers le regard du patient et des siens.

     

    Un extrait significatif :

     

    "    Il a neigé toute la nuit.  Il neige encore. Glissement vague et continu.

         Le jardin est enseveli sous un épais et lourd matelas d'écume blanche.  Les arbres semblent dormir sous l'accumulation de cette mousse livide et légère. Tout semble mort. Tué par le froid.

          Marie-Ange regarde par la fenêtre. La dense luminosité dessine de larges cernes sous ses yeux. Malgré ses vêtements amples et flous, on voit qu'elle a énormément maigri en quelques jours.  Elle pèse moins de trente-huit kilos.

          J'essaie de la raisonner.

          Elle s'assied.  Se recroqueville sur elle-même. Pas longtemps. Elle écarte sa chaise et arpente la cuisine à pas rapide. Depuis qu'elle s'est levée, elle ne tient pas en place.

          Elle est très nerveuse. Elle a besoin de bouger. Fait de l'exercice. Sans arrêt.  Pendant le petit déjeuner, elle n'a pas pu rester assise sans gigoter de façon excessive, comme si j'allais lui refuser de sortir. Je lui ai promis cette promenade hier soir. Soit. Mais hier soir, avant cette funeste dispute, rien ne présageait une telle tempête de neige.

          Je regarde Françoise, lui fais un signe de la tête, comme pour obtenir son accord.

          Elle ne semble pas vouloir acquiescer.

          Tant pis !  Je vais contre son avis. Pour avoir ma tranquillité. Je sais que si je refuse de partir avec elle en promenade, la journée sera infernale.

          -  Il y a de la neige. Et alors ? Je ne vois pas d'inconvénient à ce qu'on aille marcher en forêt.

          Je me tourne vers Marie-Ange. Notre décision est prise. On s'habille chaudement. De la tête aux pieds.

          Dehors, aucun bruit ne traverse la campagne figée.

    L'étendue blanche et glacée de la neige craque à chaque pas. Nous prenons le petit chemin creux bordé de prunelliers qui mène vers le bois.

          Je cueille une prunelle. La croque. Une sensation d'amertume m'emplit la bouche.  Me donne une impression d'assèchement presque agréable. Je claque la langue contre mon palais.

          - Tu devrais goûter, Marie-Ange.

          Elle se retourne vers moi, alors que je décroche un autre fruit. Pour elle.

          Je suis navré. Je m'en excuse.

          Je sens quelque chose en moi qui refuse cette situation. Qui me la fait négliger. Comme si j'allais sortir d'un mauvais rêve.

          En marchant à ses côtés, en silence, je reconsidère son passé. J'ai toujours su qu'elle avait quelque chose de différent des autres. Une fillette hypersensible. Touchée par la moindre chose. A l'école maternelle déjà, elle restait à l'écart. Regardait. Observait au lieu de prendre part aux réjouissances. Indécise. Renfermée.

          Dans le bois, je remarque un renard affamé qui cherche sa nourriture en zigzagant.

          - Regarde, Marie-Ange.

          Marie-Ange le voit. Sans curiosité. Indifférence totale.

          La promenade devient vite interminable. Marie-Ange a très froid. Elle grelotte.  Rien ne la protège d'autre que ses vêtements. Ses doigts sont gelés sous  ses gants de laine. Ses pieds aussi. Probablement.

    Elle ne dit mot.  Mais souffre au-delà de tout ce qu'on peut imaginer.

    Elle sanglote bientôt dans mes bras en s'accrochant à mon manteau de toutes ses forces.

    La panique me gagne.  Voilà mon oeuvre.  Ma faute.  Ma faiblesse. Mon inconscience.  J'essaie de la réchauffer autant que je le peux. La secoue. La frictionne. Elle évite de croiser mon regard.

          Enfin on rentre.

          Elle est frigorifiée.  Elle peut encore à peine plier ses genoux. A peine encore marcher. Elle se sent mal.

          Cette promenade, j'aurais dû m'y opposer. Fermement. Je ne m'y suis pas opposé.  Pas autant que je l'aurais dû. Ce fut un cauchemar sans fin.

    J'ai vu la vie vouloir abandonner le corps de ma petite fille.

    En silence.

    Quelle folie ! Ce que j'ai fait est manifestement contraire à son intérêt. Je ne m'y laisserai plus prendre.

          On l'étend sur le canapé.  Pas trop près de la cheminée. Il faut qu'elle se réchauffe.  Doucement.  Sans violence.  Que la vie pénètre à nouveau son corps meurtri. Squelettique. A un pas de la mort. Un petit pas. "

     

    Pour se procurer Marie-Ange :

     

    Déjà disponible dans nombre de bonnes librairies en Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg, bientôt également en vente dans divers magasins Bio et Nature, Marie-Ange peut aussi être commandé directement auprès de l'éditeur Memogrames : 16 € pour la Belgique, 16 € + 3 € de frais d'envoi pour les autres pays de l'U.E., à verser exclusivement par virement international et jamais par envoi d'un chèque à notre adresse.

     

    (Commandes hors U.E., prière de nous interroger par courriel). Voir ci-contre la rubrique Pour commander un livre.

     



  • CONFIDENCES ET CONVICTIONS D'UN FRANC-MACON

    Jean NICAISE,

    Ils cherchent la lumière

    Préface d'Hervé HASQUIN

     

    192 pages format A5 - paru en novembre 2005,

    Collection Horus - ISBN : 2-93018-1-X.

    Prix TTC: 20 € (hors frais d'expédition) 

     

    En bref : Il s'agit d'un témoignage sans fard d'un franc-maçon sur son engagement philosophique. Un voyage initiatique au coeur d'une société éprise de liberté, d'égalité, de fraternité et de tolérance, mais dont la volonté de discrétion inquiète et intrigue les ignorants.

     

     

    La parole à l'auteur, Jean NICAISE :

     

    " En 1991, l’ULB, allait commémorer le cinquantenaire de sa fermeture. Le 25 novembre 1941, elle avait suspendu les cours en réponse à l’exigence des autorités d’Occupation, d’intégrer dans le corps professoral un certain Antoon Jacobs, condamné à mort par contumace pour avoir trahi son pays en 1914-18. C’était un geste courageux, nécessaire, c’était une catastrophe pour les étudiants.

     

    Les organisateurs de la commémoration s’adressèrent aux anciens pour qu’ils leur envoient leur relation de cet événement.

     

    Je leur ai transmis un petit fascicule écrit à la hâte, bien imparfait et… arrivé trop tard, intitulé Un étudiant chahuté. Nombre d’étudiants de l’ULB, en effet, ont été chahutés, le mot est faible, entre 1940 et 1945. Beaucoup ont dû interrompre, voire abandonner leurs études, d’autres ont affronté l’impitoyable jury central, d’aucuns, ont trouvé refuge dans les autres universités du pays, notamment à l’Université de Louvain où, je dois le dire, ils ont reçu un excellent accueil. Un nombre remarquable ont rejoint la Résistance. Quelques-uns y ont trouvé la mort, comme Arnaud Fraiteur pendu par les nazis, Jean Coppens, fusillé ou Jacques Bufquin ses Essarts pris près de la frontière espagnole alors qu’il essayait de rejoindre l’Angleterre. Il est mort étouffé dans le wagon à bestiaux qui l’emmenait en Allemagne. Carolorégien, comme moi, il avait présidé à mon « baptême » autrement dit mon initiation d’étudiant, la mort du bleu et sa renaissance en« poil » authentique. Subissait cette épreuve en même temps que moi, Louis Binnemans, obligé d’abandonner les études universitaires mais qui, doué en tout, ferait une brillante carrière de journaliste au SOIR, non sans avoir ajouté un prénom à celui sous lequel je le connaissais.

     

    En rendant compte des années de guerre 40-45, je ne savais pas que j’écrivais le premier chapitre d’une autobiographie, qui en contiendrait onze. J’occuperais ainsi les loisirs de la retraite en gardant un œil sur la grande bleue. Cela ferait deux tomes Les Enfants ne parlent pas à table et Quand les profs étaient heureux. Je les ai confiés aux Archives du patrimoine autobiographique de Belgique, dont le siège est à la bibliothèque Montjoie de la commune d’Uccle.

     

    On croit toujours que ce qu’on écrit est sublime. J’ai donc un moment songé à trouver un éditeur. Ma femme, toujours prudente, m’en dissuadait. Les Mémoires d’un inconnu, disait-elle, n’intéressent personne : tu ne sors pas de prison, comme Christine Devier Jancourt, la Putain de la République, tu n’as pas changé de sexe, comme c’est la mode, tu  n’es pas une rock star, comme Johnny »

     

    Certes, mais je suis bien pire : je suis franc-maçon !…Je fréquente les loges, c’est-à-dire des « repaires de la crapule » où se réunissent des « brutes à visage humain » selon les paroles d’un aimable curé, l’abbé Vrinks. Elles sont citées dans le recueil des œuvres du regretté Professeur John Bartier, Laïcité et Franc-maçonnerie,. J’ai puisé sans vergogne une foule de renseignements dans ce livre et dans celui sous la Direction scientifique d’Hervé Hasquin Visages de la Franc-maçonnerie, tous deux publiés par les éditions de l’Université.

     

     

    L’abbé Vrinks sévissait au XIXe. siècle. Les curés du XXe dispensent des propos plus chrétiens : comme celui d’Ohain en 1992 :

    « Seigneur Jésus-Christ, qui avez dit : ‘Priez pour ceux qui vous persécutent et vous calomnient’, nous implorons la clémence de votre Cœur Sacré pour des âmes créées à l'image de Dieu, qui ont été misérablement trompées par les séductions perfides de la franc-maçonnerie et se précipitent dans leur perte éternelle. Ne permettez pas, nous vous en conjurons, que l'Eglise, votre sainte épouse, soit opprimée par eux plus longtemps...Oubliez leur perversité etc.. »

     

    Je tenais donc là mon sujet. J’étais un de ces monstres à l'égal de ce Patrick Henri, assassin d’un enfant, qui au cours d’une courte libération conditionnelle avait écrit un best seller avant d’être renvoyé en prison pour transport de drogue.

     

    J’ai enlevé du texte que je confierais aux Archives du patrimoine autobiographique, le chapitre Ils cherchent la Lumière et je l’ai développé.

     

       Mais pourquoi écrire un énième ouvrage sur un sujet qui a déjà fait couler tant d’encre. C’est que, malgré cette abondance, je crois que la franc-maçonnerie est encore mal connue et surtout victime de préjugés imbéciles. C’est qu’il y a plus de livres écrits par ses détracteurs, par ses ennemis irréductibles (j’en cite de récents issus du mode catholique), que par ceux qui la connaissent, la pratiquent et l’aiment. La nouveauté et je crois, l’originalité de mon livre c’est qu’il relate de l’intérieur, l’itinéraire d’un franc-maçon parmi tant d’autres. J’y décris ma démarche hésitante au moment de m’engager, jusqu’à mon accession à la tête de ma loge. Je ne cache pas les turbulences dont la franc-maçonnerie, comme toute entreprise humaine, a parfois été l’objet. Je rends compte avec fierté, des efforts que je n’ai cessé de déployer, en rassembleur, parfois critiqué, pour que les différentes obédiences se reconnaissent et s’apprécient, ce qui n’a pas toujours été le cas.

    Alors, quand, en 1988, le Grand Orient, la Grande Loge, la Fédération mixte du Droit Humain et la Grand Loge féminine, citées dans l’ordre de leur fondation, ont signé, une déclaration commune, j’ai été rempli de joie. Les quatre obédiences affirmaient notamment :

     

    Bien qu’elles conservent chacune leur souveraineté et leur autonomie de décision, les Obédiences constatent qu’au-delà de leur diversité, au-delà de la variété de leurs Loges, elles ont en commun :

    - l’initiation et la pratique de la méthode symbolique ;

    - le souci de travailler à l’amélioration de la condition humaine dans tous ses aspects ;

    - la défense de la liberté de conscience, de pensée et d’expression ;

    - la recherche de l’harmonie entre tous les êtres humains par la conciliation des contraires ;

    - le rejet de tout dogme.

     

    Dans le livre qui vous est présenté aujourd’hui, les francs-maçons trouveront matière à réflexions, voire à controverses. Elles sont les bienvenues. Le public profane découvrira peu à peu le véritable visage d’une société d’hommes et de femmes épris de liberté d’égalité de fraternité, et de tolérance."

     

    A voir aussi l'article de Jiri Pragman à propos du livre sur le blog maçonnique :

    www.hiram.be

     

    Déjà disponible dans les bonnes librairies en Belgique francophone, ainsi qu'à Paris, auprès des Libraries Detrad (XVIIe arrondissement), le livre de Jean Nicaise,
    Ils cherchent la lumière, peut aussi être commandé :

    - pour la Belgique, au prix de 20 €, frais d'envoi inclus, via un virement bancaire auprès de l'éditeur Memogrames, via le compte bancaire Dexia 068-2427099-89

    - pour la France, le Luxembourg, la Suisse et tous les pays de l' U.E., au prix de 23 €, frais postaux (envoi ordinaire) inclus, via exclusivement* un virement bancaire international auprès de l'éditeur :

     

    Memogrames - rue des 7 Etoiles &" - 1082 Bruxelles

    IBAN : BE45 0682 4270 9989 - BIC/SWIFT : GKCCBEBB

     

    Pour le Canada ou d'autres destinations extra-européennes, veuillez nous adresser un courriel afin de fixer de commun accord les modalités d'envoi : 


    editionsdelamemoire@memogrames.com 

     

    * Merci de ne pas nous adresser de chèques bancaires, non encaissables en Belgique sauf frais bancaires fixes supérieurs à la marge bénéficiaire de l'éditeur.

  • UN LIVRE POUR RACONTER LA MALADIE DE PARKINSON AUTREMENT...

    Lucette HOISNARD

    et Marianne VANHECKE,

     

    Parkinson

    s'est invité chez nous

     

    192 pages format A5, paru chez Memogrames en novembre 2005, en partenariat avec l'Association Parkinson ( APk) en Belgique francophone.

    Préface de Son Altesse la Prince de Caraman Chimay et note de synthèse sur la maladie, par le Professeur Alain Maertens de Noordhoudt

     

    Prix public TTC: 20 €

    (N.B. hors frais d'envoi ) 

    ISBN : 2-930418-02-8

     

      Dans la longue tradition des récits à quatre mains, Parkinson s'est invité chez nous se présente comme les journaux intimes en miroir d'un homme atteint de la maladie de Parkinson et de son épouse.

     

       Choc de l'annonce, déni, colère, dépression, adaptation à une vie chamboulée, évolution physique et psychologique du couple face à l'épreuve, apprivoisement de la maladie, cheminement vers la sérénité… Autant d'étapes qu'Élise et Nicolas évoquent chacun à leur façon, avec leur sensibilité et leur style propres, leur vécu et leurs ressources psychiques personnelles.

     

       Il s'agit, bien sûr, d'une fiction, mais inspirée de nombreuses interviews et rencontres avec des malades, membres de l'Association Parkinson, et leurs soignants, afin "d'humaniser", par le biais de héros attachants, l'information plus scientifique qui complète l'ouvrage.

     

       L'objectif est de montrer que si la maladie de Parkinson reste lourdement invalidante, des progrès considérables ont été réalisés depuis les années soixante et la recherche scientifique en promet de nombreux autres. L'avenir des parkinsoniens, dont le vieillissement de la population augmente sans cesse le nombre, ne pourra donc que s'éclaircir dans les décennies à venir.

     

       En attendant, Nicolas lutte jour après jour, avec obstination, contre l'intrus qui s'est un jour emparé de sa vie. Et, comme tous ses semblables, il est bien sûr soutenu dans son combat par des équipes pluridisciplinaires dévouées (médecins, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, logopèdes, psychologues…) et une dynamique association de soutien aux patients.

     

       Son histoire vient aussi prouver que l'on peut être un grand malade chronique, victime perpétuelle de tremblements, raideurs, blocages, dyskinésies et autres pertes d'équilibre, mais n'en rester pas moins maître de son destin. Que l'on peut vivre encore, agir, rire et aimer. Que l'on peut ÊTRE encore. Au sens le plus noble, le plus humain du terme.

     


    A lire aussi, l'interview des auteurs sur le site Opladis : http://www.opladis.be/display/content_010/010040_00040.htm
     
     

    Déjà disponible dans nombre de bonnes librairies en Belgique, le livre Parkinson s'est invité chez nous peut aussi être commandé :

    - pour la Belgique, au prix de 20 €, frais d'envoi inclus, via un virement bancaire auprès de l'éditeur Memogrames, via le compte bancaire Dexia 068-2427099-89


     
    - pour la France, le Luxembourg, la Suisse et tous les pays de l'U.E., au prix de 23 €, frais postaux (envoi ordinaire) inclus, exclusivement via un virement bancaire international* auprès de l'éditeur :

     

    Memogrames - rue des Sept Etoiles 13 - 1082 Bruxelles

    IBAN : BE45 0682 4270 9989 - BIC/SWIFT : GKCCBEBB

     

    Pour le Canada ou d'autres destinations dans le monde, veuillez nous adresser un courriel : editionsdelamemoire@memogrames.com 

    afin de fixer de commun accord les modalités d'envoi.

    * Merci de ne pas nous adresser de chèques, non encaissables en Belgique sauf frais bancaires fixes plus importants que la marge bénéficiaire de l'éditeur !