Voltaire

  • Interview sur Radio Judaica le 9/09, rencontre au S.S.J. le 11/09

    000 - Maurice WoitchikMaurice Woitchik sera en studio sur Radio Judaica le mardi 9 septembre, dans le journal de 18-19h.00, pour parler de son livre paru fin juin chez Memogrames, Du Transsibérien au Métro bruxellois. Vous pouvez écouter Radio Judaica sur FM 90,2 ou en visitant notre site le 9/09 à 18h.00 et en cliquant sur le logo de R.J. ci-dessous.

    Par ailleurs, le Cercle d’amitié du Service Social Juif le reçoit pour une rencontre-débat avec les lecteurs le mardi 11 septembre, à 15h.00 (Service  Social Juif - av. Ducpétiaux 68, à 1060 Bruxelles – entré gratuite). Évidemment, le père du métro bruxellois  vous suggère d’emprunter les transports en commun pour vous rendre à ce rendez-vous : selon vos opportunités, les trams 55, 81, 82, 90, 91, 92, les bus 37, 54, w, 132, 137, ainsi que la ligne 2 du métro - arrêts Horta ou Albert - vous y conduiront. L'auteur dédicacera son livre en fin de séance.

    radio judaica

  • Télé Bruxelles lui consacre un reportage…

    Woitchik - télébruxelles

    MAURICE WOITCHIK :

    LE PÈRE DU METRO BRUXELLOIS…

    C’est sous terre, dans le cadre de la station de métro Bourse, que Télé Bruxelles a rencontré Maurice Woitchik, auteur du récit autobiographique Du Transsibérien au métro bruxellois, récemment paru chez Memogrames. Quoi de plus normal que ce rendez-vous souterrain quand on sait que Maurice Woitchik a passé dix ans à la construction de la Jonction Nord Midi, puis, après un intermède de 5 ans dans une firme belgo britannique de constructions métalliques, a fait carrière à la STIB de 1965 à 1988, à la tête du Service des Etudes spéciales, où il pilota la construction du pré métro, puis du métro.

    Surnommé affectueusement « le père du métro » par ceux de la STIB, Maurice WOITCHIK a aussi un parcours de vie extraordinaire et mouvementé. Né dans une famille juive de Vilnius en 1924, dans une Lituanie alors polonaise, il sera, suite à l’annexion de la Lituanie par l’URSS, citoyen soviétique le temps de la Seconde Guerre mondiale, fuyant l’envahisseur nazi et se retrouvant à travailler, avec son père et son oncle, dans une usine de construction de tanks, en Sibérie, après avoir cueilli le coton en Ouzbékistan… Ensuite, à Moscou, il mène à bien ses trois premières années d’ingénieur, échappant ainsi à la mobilisation. À la libération, il regagne le territoire polonais, puis la Belgique, où un oncle paternel s’est installé dans l’entre-deux-guerres et possède une usine de cartonnage à Laeken. Maurice Woitchik s’inscrit alors à l’ULB, qui valide ses 3 années d’université à Moscou et l’admet en 2e licence. Il suit les cours sans encore connaître le français, qu’il apprend avec une Russe blanche… Il recommence son année et la réussit brillamment…  Ensuite, débute sa carrière « underground »…  Aujourd’hui, malgré ses 84 ans, Maurice Woitchik reste actif : livre de souvenirs, contacts réguliers avec ses successeurs à la STIB, vice-présidence du Musée juif de Belgique, … Bref, une vie toujours bien remplie !

    Métro cover blogSon livre évoque ses origines, la vie quotidienne de la communauté juive de Vilnius, l’antisémitisme, puis les événements historiques qui bouleversent sa vie : les échos de la répression antijuive menée par les Nazis en Allemagne, le pacte germano-soviétique, l’annexion de la Lituanie, puis son invasion par les Allemands, la fuite toujours plus à l’Est,  la condition des Juifs en URSS durant la guerre, … L’ouvrage décrit aussi par le détail la construction du métro de Bruxelles, l’action des décideurs politiques, l’intégration de l’art dans les stations de métro… L’ouvrage de 176 pages au format A5 est vendu au prix de 18 €. Il est disponible en librairie, ainsi qu'au Musée juif de Belgique . Il peut être commandé auprès de votre libraire habituel (distribution en Belgique par Memogrames et en France par Soleils Diffusion).

    Pour visionner le reportage de TéléBruxelles, cliquez sur la photo de Maurice Woitchik dans le métro ou sur la couverture du livre, ci-dessus.

     

  • Un Aduatuque en pays Trévire...

    Milo chez les Trévires…

    milo et sa compagne   Nous l’avons déjà mentionné sur le présent blog. Le roman historique de la Namuroise Frédérique Badoux a été parrainé par le Musée des Celtes de Libramont et le Musée archéologique d’Arlon, raison pour laquelle, au pays des Trévires, le journal toutes boîtes Arlon Carrefour signale, dans sa dernière livraison, la parution de Milo, épopée celte en Gaule Belgique.

    Ce parrainage du Musée archéologique d’Arlon se concrétisera aussi le week-end des 4 et 5 octobre, à l’occasion de la Foire du Livre de Musson, puisqu’un débat réunira, sous la houlette d'un journaliste régional,  l'historien David Colling et l'archéologue Laetitia Zeippen, tous deux collaborateurs scientifiques de l’institution muséographique luxembourgeoise, Frédéric Badoux, l’auteur de Milo, et Luc Verton, son éditeur, autour du thème « Roman historique : reflet de l’Histoire ou trahison du passé ? » En attendant la Foire du Musson, durant laquelle Frédérique Badoux dédicacera son roman, les descendants des Trévires trouveront d’emblée Milo au musée archéologique d’Arlon (13, rue des Martyrs), ainsi qu’au rayon livres du Cora Messancy. Parallèlement à la Foire du Livre de Musson, Frédérique Badoux dédicacera Milo également au Cora Messancy, le samedi 4 octobre, de 14 à 18h.00.  

    Où trouver Milo ?

    peut-on trouver le roman de Frédérique Badoux, Milo, une épopée celte en Gaule Belgique ? En principe, chez tout bon libraire, qui, à défaut d’en disposer déjà de stock, s’empressera de vous le commander directement chez Memogrames ou, s’il s’agit d’une librairie en France, auprès de notre diffuseur au sein de l’Hexagone, Soleils Diffusion et Distribution, implanté rue de Fleurus, à Paris.

       Toutefois, Milo est déjà présent dans les boutiques du Musée des Celtes à Libramont, du Musée archéologique d’Arlon, de l'Espace gallo-romain d'Ath, de l'archéosite de Bauvechies, du Musée royal de Mariemont, du Musée Royal de l’Armée et des Musées Royaux d’Art et d’Histoire, au Cinquantenaire, à Bruxelles, ainsi qu'au Musée archéologique de Namur et à l'Hôpital Notre-Dame à la Rose, à Lessines.

       Milo est arrivé également… chez Agora Fort Jaco,  Filigranes et Télélivre, à Bruxelles, chez Agora, Des Livres et Vous, Papyrus et Point-Virgule à Namur, Au Bia Bouquin à Jambes, à La Dérive à Huy, chez Antigone à Gembloux et chez Dlivres à Dinant, Aux quatre coins à Andenne, Au Fil d'Ariane, à Verviers, ainsi que dans les librairies Atmosphère à Tamines, e-média à Saint-Gérard, Leroy à Leuze-Eghezée et Verdenne à Rocourt. Il est aussi au rayon livres de Cora La Louvière et de Cora Messancy.

       Milo est aussi présent sur le web, via la Librairie archéologique : www.librairie-archeologique.com ainsi que sur les sites www.decitre.com, www.chapitre.com et www.fnac.com.

       Pour la Belgique uniquement, Milo peut aussi être commandé directement chez Memogrames, selon la procédure décrite par ailleurs sur ce blog.

       Les guerriers aduatuques devraient prochainement mener une incursion dans les autres magasins Cora, dans les FNAC et bien d’autres librairies. Nous y reviendrons au fur et à mesure.

  • MATTIATO A BLEGNY-MINE...

    EUGENE MATTIATO

    L’immigré italien devenu...

    ...écrivain par devoir de mémoire

    Conférence au CLADIC (Blegny-Mine) le 5 septembre 2008, à 19h.00

    couverture Fils de Houilleur - blog
    Le 5 septembre prochain, le CLADIC (Centre liégeois d'archives et de documentation de l'industrie charbonnière), implanté sur le site de Blegny-Mine, inaugurera sa saison 2008-2009 par une conférence consacrée à Eugène Mattiato, et intitulée  « L’immigré  italien devenu écrivain par devoir de mémoire ».

    Eugène Mattiato - portrait pour blog

    Le conférencier n’est autre que Luc Verton, directeur de Memogrames et « découvreur » des œuvres inédites d’Eugène Mattiato,  en cours de publication dans notre collection Vulcain, dédiée à la mémoire ouvrière. Hormis le seul roman de Mattiato paru de son vivant, La Légion du sous-sol, réédité dans la collection Espace Nord de l’ex-Labor (aujourd’hui chez Luc Pire), deux romans restés inédits sont désormais disponibles chez Memogrames : Fils de Houilleur, La Babel des Ténèbres, l’un et l’autre au prix de 19 €. Les autres titres paraîtront progressivement dans la même collection Vulcain. Bien évidemment, ces livres seront en vente à l’occasion de la conférence du 5 septembre, dont l’accès est libre et gratuit. Rappelons que les ouvrages d’Eugène Mattiato sont présents en permanence dans les boutiques du Bois du Cazier et de Blegny-Mine.

    CLADIC - Centre liégeois d'archives et de documentation de l'industrie charbonnière, site de Blegny-Mine - rue Lambert Marlet N°17 à 4670 Blegny – accès via les autoroutes E40 Sortie 36 ou  E25 Sortie 2. Ensuite, dans les deux cas, suivre le fléchage "Blegny-Mine".


    petit mineur