Voltaire

  • Médecins, infirmières et brancardiers en 1914-1918

    De longue date, le Docteur Patrick LOODTS s’est intéressé à l’action des médecins, des brancardiers et des infirmières durant le premier conflit mondial, de 1914 à 1918. Il a régulièrement donné des conférences sur le sujet et mis en ligne nombre d’articles passionnants sur son website. Memogrames lui a proposé d’aller plus loin, en consignant cette extraordinaire épopée médicale en temps de guerre dans un livre.

    cover Grande Guerre des soignants

       L’ouvrage, au format A5, rédigé en partenariat avec sa fille, Isabelle Masson-Loodts, une journaliste indépendante, compte plus de 500 pages et réunit de nombreuses illustrations inédites ou pour le moins ignorées du grand public. Il sortira de presse début décembre. La Grande Guerre des Soignants sera le 3e titre de la collection Arès, dédiée à la mémoire des temps de guerre. Il sera aussi disponible en librairie et chez Cora et pourra constituer un excellent cadeau sous le sapin de Noël pour tous les passionnés de la Grande Guerre et/ou de l'histoire médicale.

       Avec plus de 9 millions de morts et de 23 millions de blessés, la « Grande Guerre » restera dans l’Histoire comme un de ses événements les plus meurtriers. Si le premier conflit mondial se termina en 1918 sur un bilan humain désastreux, c’est qu’à la violence des combats s’ajouta l’usage de nouvelles armes : les gaz et obus furent à l’origine de nombreux morts mais aussi de graves séquelles physiques et de profonds traumatismes psychologiques…Au début de la guerre, les services de santé de l’armée belge se révélèrent insuffisamment préparés à l’afflux des blessés provoqué par cette guerre que l’on comparera volontiers à une boucherie. Pour venir en aide aux gazés, gueules cassées, et autres traumatisés de guerre, des hommes et des femmes retroussèrent leurs manches : des instituteurs deviendront brancardiers, des épouses et des mères se feront infirmières, des curés et des sœurs ne se contentèrent plus de prier pour les hommes mais travailleront à soigner leurs corps mutilés…

       La Médecine connut durant cette période de nombreux progrès, tant techniques que dans l’organisation des services de santé sur le front ou dans la formation des infirmières.  Les femmes, en particulier, jouèrent un rôle capital dans cette évolution, et gagnèrent par là même les premiers pas d’une autonomie et d’une liberté qui ne cessera plus de grandir ensuite. Les noms de l’infirmière Edith Cavell ou d’Elisabeth de Belgique, la Reine-Infirmière, s’inscrivent en bonne place dans la mémoire collective, auprès de ceux du Docteur Depage, fondateur de l’Hôpital de l’Océan, ou du britannique Docteur Chavasse, dont le courage fut récompensé d’une double Victoria Cross…D’autres noms, nombreux, ont sombré dans l’oubli : le propos de cet ouvrage est de les remettre en lumière. Au travers de cette recherche sur les médecins, infirmiers et brancardiers de la première guerre mondiale, la petite histoire, celle des hommes et des femmes, de leurs familles, de leurs amours, de leurs idéaux et souffrances, rejoint la grande Histoire, celle de l’Humanité, de ses folies, violences et vicissitudes, mais aussi de son courage et de son formidable potentiel à se mobiliser pour soigner et apaiser les souffrances.

  • premier titre de la collection Imhotep

    Les empêche-pipi

    à Bruxelles, Mons, Paris, Tournai et... ailleurs

    cover empeche-pipi blog
    Un livre de Jacky LEGGE, en souscription dès à présent !

    empêche-pipi 01 pour blogLes empêche-pipi, vous connaissez ? Le terme est certes un néologisme inventé par un Tournaisien passionné de patrimoine, Jacky Legge. Mais l’objet désigné par cette appellation a  déjà croisé votre chemin et peut-être, si vous êtes de sexe masculin, entravé le soulagement illicite d’un besoin pressant… Jacky Legge en a dénombré une multitude à Bruxelles, Mons, Paris, Tournai, mais aussi en divers lieux de l’Hexagone, à Venise ou au Maroc. Cette particularité architecturale serait donc universelle… Et le livre que le dénommé Jacky Legge y consacre sous le titre Les empêche-pipi à Bruxelles, Mons, Paris, Tournai et ailleurs, paraîtra début novembre chez Memogrames, dans une nouvelle collection, dédiée à la mémoire architecturale et patrimoniale, la collection Imhotep.  Il s’agit, en réalité, d’une 2e édition, largement revue, enrichie et augmentée, une plaquette d’une format plus modeste - désormais épuisée - étant parue sous le même titre en 2003.  Cette fois, c’est un livre de 192 pages au format 22 X 22 cm, abondamment illustré de documents photographiques, de dessins et gravures (dont 30 pages en quadrichromie) que propose Jacky Legge, avec la complicité active d’ami(e)s écrivains, photographes, artistes ou architectes.

    L’ouvrage sera présenté au public français à l’occasion du Salon du Livre du Touquet, du 7 au 11 novembre, et au public belge, dès le week-end des 15 & 16 novembre, dans le cadre du salon Tournailapage, dans la halle aux draps de Tournai.

    Mis en vente en librairie au prix de 33 €, il sera proposé aux visiteurs des deux salons précités à 30 €, mais peut dès à présent être commandé en souscription au prix promotionnel de 29 € (incluant les frais d’envoi en Belgique) ou de 31 € (incluant les frais d’envoi en France ou vers tout autre pays de l’Union européenne. Il suffit, au départ de ce blog, de copier/coller le bon de souscription reproduit ci-dessous, de nous le transmettre dûment complété via un mail (memogrames@yahoo.fr ) ou un fax (+32 (0)2 465 36 87). 

     Qu’est-ce qu’un empêche-pipi ?

    empêche-pipi 02 pour blog Des murs formant un angle constituent un espace propice pour soulager les besoins de l'homme qui envisage cet acte avec une certaine discrétion, généralement la nuit. Les occupants de l'immeuble concerné subiront les conséquences immédiates de cet acte, dont les relents incommoderont le voisinage plus ou moins longtemps, selon l’ensoleillement, la pluviosité...

       Pour remédier à ce désagrément visuel d'abord, olfactif ensuite, des propriétaires ont érigé des empêche-pipi, à savoir une petite construction de forme conique ou arrondie, adossée aux murs formant l'angle incriminé. Elle est généralement constituée de briques, gravats, moellons, pavés ou pierres taillées. Il peut aussi s’agir d’une structure métallique apposée généralement sur une base de briquaillons. Ces constructions peuvent être considérées comme des « oublis architecturés ».

       Des architectes ont pu remarquer l’efficacité de ce type d’ajout, et intégrer d’office la forme dans les soubassements des grands et petits coins de leurs futures constructions. Il en est ainsi pour le productif et réputé Henri Beyaert (Courtrai, 1823 - Bruxelles, 1894) et l’impressionnante gare de chemin de fer, à Tournai. Cet apport volontaire peut dès lors être considéré comme une « prévoyance intégrée ».

    empêche-pipi 03 pour blogPour certains bâtiments, l’empêche-pipi est constitué d’une grille en métal formant un demi arc de cercle et empêchant l’accès au coin salutaire pour les personnes plus soucieuses d’elles-mêmes et de leur vessie, que de leur prochain. La grille est, le plus souvent, une réduction des grilles de clôtures de châteaux et de maisons de maîtres, dont les montants représentent symboliquement un bel alignement de lances, quelquefois fleurdelisées, défense de la propriété des intrus et autres malveillants. Il est difficile de savoir avec certitude si ces empêche-pipi ont été installés lors de la construction du bâtiment ou ajoutés par la suite. Quoi qu’il en soit, par leur esthétique et leur référence, ils engendrent un sentiment « aristocratique ».

     Une réalité européenne et internationale

     Si l’ouvrage s’attache plus particulièrement aux empêche-pipi de Belgique (Tournai, Bruxelles et Mons) et de France (Paris), il montre que l’œil attentif peut en repérer dans toute l’Europe, ainsi que dans des anciennes colonies. Des photographies illustrent cette assertion : Beaune, Dijon, Lyon et Saint-Amand, Londres, Venise ou Marrakech.

     Les interventions d’artistes

     Il a été proposé à des écrivains français et belges, francophones et néerlandophones, hommes et femmes de participer au livre par une libre intervention littéraire : André Chabot, Bruno Coppens, Jean-Pierre Denefve, Otto Ganz, Leen Huet, Françoise Lison-Leroy, Luc Vandromme et Henri Vernes.Des dessins sont signés Alain Boisart, Christof Bruneel ou Jean-Claude Saudoyez. Amandine Vander Stricht a réalisé des gravures et Eric Marchal a imaginé un empêche-pipi pour architecture contemporaine.

     Des annexes très instructives

     Christof Bruneel et Jacky Legge ont dressé des glossaires français et flamand autour du sujet. Un cahier est consacré aux objets commercialisés ayant pour sujet Manneken Pis, les toilettes, les déjections.

     =========================================================================

    Formulaire de souscription au livre de Jacky Legge,

    Les empêche-pipi à Bruxelles, Mons, Paris, Tournai et ailleurs 

    (2e édition, revue et augmentée)

     

    Je soussigné (NOM, Prénom ) 

    .............……………….............………………………………………

     

    Adresse complète (rue, N°, N° de boîte)

     

    …………..…………………................................................……

    Code postal : ……………

    Localité : ………………………………......…………….

     

    Tel ou mail : …………………………………………….

     

    passe commande de ……….... exemplaire(s) du livre de Jacky Legge, Les empêche-pipi à Bruxelles, Mons, Paris, Tournai et ailleurs, à paraître chez Memogrames en novembre 2008 et je verse dès à présent la somme de :

     

    ..…. X 29 €, incluant l’envoi en Belgique 

     

    ..…. X 31 €, incluant l’envoi en France ou vers tout autre pays de l’U.E.

     

    sur le compte Delta Lloyd de Memogrames 132-5168350-37 ( Virement international : IBAN BE35 1325 1683 5037  Swift : BNAGBEBB ) avec la communication : « empêche-pipi » + adresse de livraison.

     Formulaire à retourner à Memogrames, par fax : 32 (0)2 465 36 87 ; par mail : memogrames@yahoo.fr ; par voie postale : 13, rue des Sept Étoiles - 1082 Bruxelles (Belgique)

    ==========================================================================

  • Un rendez-vous en Lorraine belge...

    affiche-musson-08


      
    Du 3 au 5 octobre 2008, Memogrames sera, une fois de plus, présent à la Foire du Livre de Musson, le rendez-vous littéraire du Sud-Luxembourg. Rien de très surprenant que cette fidélité de l’éditeur bruxellois si l’on sait que Luc Verton, son directeur, est un Gaumais exilé dans la capitale depuis plus de 30 ans, mais qui conserve ses attaches dans la région.

       Memogrames y présentera l’ensemble de ses titres, ainsi qu’une sélection des éditeurs qu’il distribuent en Belgique. Toutefois, l’accent sera mis sur deux ouvrages, à savoir, d’une part,  la réédition d’un livre paru en 1919, L'âme allemande, rédigé par un instituteur mussonnais, Pierre Denis Navez, et  relatant les massacres perpétrés par les troupes allemandes fin août 1914, puis la déportation de civils en Allemagne, crapuleusement qualifiés de « francs-tireurs », d’autre part, le roman historique de Frédérique Badoux, Milo, une épopée celte en Gaule Belgique, autour duquel un débat sera organisé le dimanche 5 octobre. A noter que plusieurs auteurs de Memogrames seront présents sur le stand, pour des séances de dédicaces. Nous y reviendrons ultérieurement.

       Pour découvrir l’ensemble du programme de la foire de Musson, vous pouvez consulter utilement le site du Service du Livre Luxembourgeois, important acteur de ce rendez-vous, aux côtés de l’organisateur, le S.I. de Musson. A cette fin, cliquez sur l’affiche.

     

  • Le Signet interviewe Maurice Hembise

    pixels coloresVoici peu, nous vous recommandions le blog d’une lectrice assidue : http://lesignet.canalblog.com.

    Lequel blog publiait notamment une recension de Pixels colorés, un roman paru chez Memogrames en mars 2008. Nous vous invitons à renouveler votre visite à ce blog, puisque son animatrice y publie à présent une interview de Maurice Hembise, l’auteur de Pixels colorés.   Pour lire cette interview, cliquez sur la couverture du livre...

  • Hiram & Carnets d'Hiram aux USA

    MeMograMes outre-Atlantique !

    washington freemasonNul n’est prophète en son pays… Alors qu’une librairie bruxelloise du haut de la ville, souffrant d’évidence d’un parisianisme aigu , nous notifie qu’il n’y a pas place pour nos titres sur ses rayons… pour cause de rentrée littéraire, nos collections maçonniques Hiram et Carnets d’Hiram s’envolent pour New-York et partent à la conquête de l'Amérique des héritiers de Georges Washington. En effet, Freemasons Press, un nouveau magazine maçonnique trimestriel international et multilingue, dont le n°1 vient de paraître en ce mois de septembre, va aussi proposer à ses lecteurs une sélection de livres en anglais, français, italien, espagnol, allemand, russe et serbe.

    À l’initiative de SaT (Les Fourmis maçonniques, album humoristico-maçonnique paru en 2007 chez Memogrames), qui collaborera à Freemasons Press par le biais de ses dessins, Stevan Nikolic, le rédacteur en chef de ce magazine, a découvert nos ouvrages maçonniques : « I received today finaly your books. They are really good. I think everybody is going to like them. »  En conséquence de quoi, Memogrames a finalisé un accord au terme duquel Freemasons Press devient le distributeur de nos collections Hiram et Carnets d’Hiram pour les USA, le Canada et l’ensemble de la clientèle internaute hors continent européen.

    Les ouvrages suivants sont dès à présent disponibles auprès de notre distributeur new-yorkais : Jean Nicaise, Ils cherchent la Lumière, Georges Geyduschek, Les derniers jours d’Amadeus, SaT, Les Fourmis maçonniques, Charles Verfailles, La Légende des Trois Amis, Jiri Pragman, Visages de la Franc-Maçonnerie à Tournai* et Hiram, et après ?*, Georges Michels, La Vagabonde, François Cuvelier, Un enseignement secret et une langue sacrée (édité par Synegorie et distribué par nos soins).

    Bien évidemment, les Bruxellois qui ne trouveraient pas nos ouvrages en raison d'un goulot d'étranglement du côté de l’avenue Louise ne devront pas transiter par New-York. Ils peuvent s’adresser à la FNAC, à Filigranes, à Télélivre, à Libris Fort Jaco et chez tout bon libraire… Au même titre que nos amis français peuvent commander nos livres chez leurs libraires habituels, grâce à notre intermédiaire parisien Soleils diffusion.

    Pour plus d’infos : http://www.freemasonspress.info

     (*ouvrages collectifs sous la direction de J.Pragman)

  • Annick PIRON expose à ...

    libartLes outils, les machines et les hommes

     

    Annick Piron a illustré la nouvelle de Marianne Vanhecke, Louison et les Malades de la Peste, parue chez Memogrames en juin 2008, en partenariat avec le Musée de l’Hôpital Notre-Dame à la Rose, à Lessines. Artiste aux multiples talents, elle expose à Libr’Art, le 21e salon international d’art contemporain organisé  du 20 au 28 septembre à Libramont (Province de Luxembourg, Belgique), un salon qui réunit pas moins de 250 artistes.*

     Annick y présente une série de toiles sur le thème « Les outils, les machines et les hommes ». Laissons-lui la parole : «Diplômée en communication visuelle de l’Institut Saint-Luc à Tournai, je partage mon temps entre l’enseignement du dessin et de l’informatique dans l’enseignement secondaire, la conception de logos et petits folders,... en gardant précieusement du temps pour ma passion :  la peinture.

    Tout ce qui a trait à l’activité de l’homme me fascine. Je me suis donc attardée sur des ateliers, des remises et des recoins. Les outils, les machines, les désordres, les lignes, les atmosphères, les réalités, tout dans ces lieux me paraît essentiel d’être peint.

    Je veux m’inscrire dans un style figuratif. Je désire composer sans préjugé avec le réel. J’adore peindre sur motif, me voir accepter par les gens, les travailleurs. Être sur place m’oblige à cerner plus vite et me force à regarder tous les détails en champ de couleurs. J’essaie de maîtriser ma technique et espère évoluer, gagner en simplicité, en lumière… »  

     

    Libr'Art - 21e salon international d'art contemporain à Libramont, du 20 au 28 septembre de 13h00 à 19h00. Place communale, 5 – Tel. +32(0)61.22.39.31 – prix d’entrée : 8 €

     

  • Selon une lettre anonyme...

     Memogrames ...

    ... en situation d'excommunication

    hiram02-nicaiseAssurément, les titres de nos collections maçonniques Hiram et Carnets d’Hiram acquièrent de la notoriété bien au-delà des frontières belges et même en dehors des seuls milieux maçonniques...    J’en veux pour preuve le courrier anonyme d’intimidation reçu ce jour et posté à Montpellier le 1er septembre par envoi proritaire… Ce pli nous gratifie conjointement d’une copie de la lettre apostolique du pape Léon XII du 13 mars 1826 Quo Graviora, d’un texte didactique, mais non signé, nous confirmant « quelle censure l’Eglise porte-t-elle encore aujourd’hui contre une personne affiliée à la Franc-Maçonnerie ? », d’un folder publicitaire nous documentant des horaires de Radio Vatican et, probablement pour nous aider au repentir et à la sauvegarde de notre âme égarée, une « médaille miraculeuse » liée aux apparitions mariales de la Chapelle de la rue du Bac, à Paris en 1830, scotchée à son mode d’emploi, dans lequel je relève qu’il est recommandé de la propager : « donnez-la particulièrement aux malades et aux affligés. »

    hiram02-geduscheckMon interlocuteur a une vision très particulière de ceux qui ne pensent pas comme lui et tout particulièrement des Francs-Maçons. Probablement a-t-il lu Taxil comme saint Évangile ? Jugez par vous-même : « le pacte satanique comporte en général les points suivants : abjurer le Baptême et la foi eucharistique ; refuser l’obéissance à Dieu et dire « oui » à Satan, Lucifer et les autres démons ; répudier la Sainte Vierge Marie et renier les sacrements ; fouler la croix aux pieds ainsi que les images pieuses représentant la Vierge et les saints ; faire serment de fidélité éternelle au Prince des ténèbres et prêter serment sur les écritures diaboliques (…) violer les hosties.» Après cette lecture, je n’ai eu qu’une envie : téléphoner à une vieille amie, aussi bonne chrétienne que je suis un athée convaincu, pour lui dire toute la peine que j’avais pour elle de la savoir flanquée de tels fous de Dieu capables de proférer semblables inepties et de donner une image aussi caricaturale de l’Église catholique. Je la verrai demain et, pour la consoler, je lui offrirai cette médaille « rédemptrice » qui accompagnait le courrier, puisque, bien qu’athée, je ne suis ni malade, ni affligé et que je n’ai passé aucun contrat avec Satan ou Lucifer, que je ne foule pas les croix et les images pieuses et ne viole ni hosties, ni bonnes sœurs, encore moins les petites filles et assurément pas les bigotes.

    hiram01-tournai Si je n’avais pas pour principe de ne répondre qu’aux courriers signés, j’indiquerais à cet épistolier masqué que le respect de soi se construit par le respect des autres, surtout lorsqu’ils sont différents de soi, ont d’autres mœurs, d’autres coutumes, d’autres convictions… Et ce, avant de le documenter sur notre maison d’édition, ses auteurs, ses collections. Car, d’évidence, l’individu ne s’est pas documenté et ignore donc que Memogrames est une maison d’édition aux tonalités progressistes et d’ancrage laïque, ayant bien d’autres collections que les deux « maçonniques » précitées, , ouverte à tous les courants de pensée dès lors qu’ils oeuvrent au progrès de l’humanité, qu’une de nos auteurs a longuement collaboré à des quotidiens catholiques, qu’une autre est professeur à l’Université catholique de Louvain, tandis que d’autres sont Francs-maçons, ou simplement athées ou encore Juifs, demain peut-être , musulmans, bouddhistes ou protestants…  Mais notre « soldat de Jésus » de Montpellier, imaginant des Francs-maçons « recevoir sur un membre du corps la marque d’appartenance à la secte par une griffe diabolique » et ignorant que le cardinal Danneels, Primat de Belgique, dialoguait sans complexe, lors de la Foire du Livre de Bruxelles 2008, avec le grand maître du Grand Orient de Belgique, mérite-t-il seulement que je lui explique tout cela… Et si je le fais aujourd’hui pour un traditionaliste catholique, devrais-je demain fournir aussi des explications à des nostalgiques du Reich parce que je publie les Mémoires de personnalités juives ? Je n’en ai guère envie…  

    hiram04-CeciusEn tout cas, que mon nouvel « état de péché mortel » ne vous empêche pas de découvrir nos titres maçonniques : Ils cherchent la Lumière, Visages de la Franc-Maçonnerie à Tournai, Occultistes et Francs-maçons, Les Derniers Jours d’Amadeus, La Légende des Trois Amis, Hiram, et après ?, ou encore le délirant album Les FOurmis maçonniques, ainsi que des nouveautés dont nous vous reparlerons dans les prochaines semaines.

    L.Verton, directeur de Memogrames     

     

  • Pixels colorés... à travers le regard d'une lectrice

    pixels coloresEn attendant un passage dans Mille-Feuilles en TV ou Culture Club en radio, Maurice Hembisse a accepté de se confier au micro de l’émission culturelle de la radio locale Radio Ourthe Amblève  (106,2 FM ) le lundi 8 septembre, de 16h.00 à 17H.00. Avis à celles et ceux qui peuvent capter cette radio libre, car elle n’est pas disponible sur le Web. Il y évoquera Pixels colorés, ses 4 romans précédents, mais aussi le prochain, dont nous fixerons la date de parution prochainement.  

    À noter aussi que, parallèlement à plusieurs quotidiens ayant rendu compte du roman de Maurice Hembise, Pixels colorés, édité par Memogrames à l’occasion de la Foire du Livre 2008, nous avons découvert voici peu le blog d’une passionnée de lecture, et l’article qu’elle consacrait à Pixels. En voici un extrait :

    « C'est avec beaucoup de sensibilité et de finesse que Maurice Hembise traite un thème tabou, pas si évident à aborder sans tomber dans le "cliché".

    Le dialogue est le véritable moteur de la réflexion de Michel et est donc présent tout au long du livre. Dans un premier temps, j'ai eu un peu de mal à m'habituer au style de ces dialogues que je trouvais "empruntés" et pas très réalistes. Mais, après quelques pages, je me suis dit que finalement, un livre n'est pas forcément fait pour coller parfaitement à la réalité et que, si le message passe, le but est atteint.

    Grand coup de coeur pour le format du livre : tout petit, il se glisse facilement dans un sac tout en garantissant le confort de lecture. Il en faudrait davantage comme cela!

    Bref, un livre agréable, qui fait réfléchir et pose question. J'ai lu sur le blog de l'éditeur qu'il serait idéal comme outil de réflexion à proposer à des étudiants. Je rejoins tout à fait cet avis. »

    Pour lire l’entièreté de l’article, il vous suffit de surfer sur http://lesignet.canalblog.com, un blog bien sympathique et bénévole.