Voltaire

  • CINQ NOUVEAUTES EN CE DEBUT NOVEMBRE

       Début novembre, le catalogue de Memogrames comptera cinq titres de plus, lesquels seront présentés en avant-première française à Lyon, lors du salon Place aux Livres, les 5, 6 et 7 novembre (sauf annulation pour cause d’insurrection populaire !), et en avant-première belge à Tournai la Page, le week-end suivant. Le public bruxellois pourra aussi les découvrir à la Foire du Livre belge, au Centre culturel d'Uccle, les 19, 20 et 21 novembre. 

       La collection philo de poche Les Carnets de l’Olympe, qu’anime la philosophe Laurence Vanin-Verna (auteur de La Sagesse de Vivre), s’enrichira du Petit Dictionnaire impertinent, concocté par le philosophe belge Marcel Voisin, et de l’essai du juriste français Pascal Richard, Europe : un horizon de Sens ?

       L’essai du biologiste et anthropologue belge, le Professeur Charles Susanne, Science et Religion : Guerre ou Paix ? intègrera Hélios, la collection consacrée aux destinées collectives, tandis que la collection Arès, dédiée à la mémoire des temps de guerre, accueillera un splendide portfolio en édition limitée et numérotée : De Bonaparte à Napoléon réunit 24 reproductions d’aquarelles du célèbres illustrateur JOB, retraçant le parcours du petit Corse devenu Empereur des Français.

       Enfin, nous rééditons, dans la collection Isis, le dernier texte rédigé par l’écrivain carolorégien d’origine italienne, Eugène Mattiato, à la fin de sa vie, Journal d’un Parkinsonien.

     

    Memogrames-couverture Marcel Voisin-Petit Dictionnaire impertinent.jpgPETIT DICTIONNAIRE IMPERTINENT : Un dictionnaire est un point de départ… « …non, comme certains le croient naïvement, un aboutissement. A fortiori s’il se veut critique, allusif, humoristique. Comparez les dictionnaires et vous verrez que leur incomplétude appelle la recherche, que leur aide n’est qu’une incitation à aller plus loin, une occasion de réfléchir, parfois, on l’espère, en s’amusant un peu.

    Tour à tour, l’étymologie, plus ou moins perdue ou fantaisiste, la provocation plus ou moins agressive, le paradoxe plus ou moins étonnant, l’allusion en clin d’œil peuvent donc stimuler la pensée, provoquer une interrogation à propos des évidences, des habitudes, des idées reçues et des mises en condition.

    Une dose d’anarchisme vivifie la réflexion, de même qu’une pincée de nietzschéisme ravigote la philosophie. Par un effet d’entraînement, chacun(e) pourra compléter ce petit volume à sa manière, selon ses goûts et ses intérêts. »

       Tel est le menu que nous propose d’emblée Marcel Voisin, en introduction de ce petit volume plein d’impertinences, de vérités dérangeantes qu’il est convenable de ne pas énoncer, d’abus de(s) pouvoir(s) qu’il est malsain et dangereux de dénoncer. Ce Petit Dictionnaire impertinent en est une preuve irréfutable : le rire peut susciter la pensée. Et penser n'interdit pas de rire. Impertinences, blasphèmes, insolences sont des formes nécessaires de l'esprit critique, du libre-examen appliqué joyeusement au profit de la démocratie vécue. Mais aussi de la santé ! Celle qui nous libère du clan, de la tribu, de la secte, du fanatisme...

     

    cover EUROPE.jpgEUROPE : UN HORIZON DE SENS ?   « Pour expliquer la construction européenne, chacun voudra répondre tantôt d’une légitimité historique, juridique, logique ou transcendantale. Mais que propose la réalité ? Certes, il existe une phénoménologie européenne qui s’est, d’ailleurs, exprimée par le choix des peuples qui ont voté pour elle… dans une démocratie participative. Cependant qu’en est-il de son ontologie ou de sa réelle effectivité ?

       Ce qui heurte aujourd’hui, sans entrer dans une problématique de l’usurpation propagandiste du « social », c’est la question du sens, de l’anamnèse allégorique d’une civilisation légitimée alors que ses évolutions, souvent conflictuelles, ont conduit à des volontés de cohésion et d’édification.

       Voilà ce que Pascal Richard, juriste à tendance philosophique évoque en son ouvrage sur l’Europe… à l’horizon d’un ou de plusieurs sens qu’il tend à trouver.  Il questionne, investit, critique, suggère. » (Extrait de la préface de L.Vanin-Verna, philosophe, directrice de la collection Carnets de l’Olympe)

     

     

    Memogrames-couverture Charles Susanne-Science et Religion Guerre ou Paix.jpgSCIENCE ET RELIGION : GUERRE OU PÄIX ? Science et religions: deux magistères différents bien entendu. Problème dépassé ? Et pourtant…    Si les scientifiques s’accordent pour ne guère se prononcer sur des problèmes de foi, ils ne peuvent cependant se taire sur des découvertes qui « dérangent » les Eglises. Lorsqu’il y a contradiction entre ce que les sciences mettent en évidence et les « Vérités » établies par les religions, il ne peut aujourd’hui y avoir de doutes, ou de compromis, les religions doivent adapter leurs interprétations. C’est ce qu’un nombre de plus en plus élevé de croyants réalise par la remise en question des enseignements de leurs propres Eglises.

       Concernant l’évolution, l’origine de la vie, les mécanismes intimes de la vie, la définition même de la vie humaine, les connaissances scientifiques sont de plus en plus dérangeantes pour ceux qui préfèrent parler des mystères de la vie. Il est évident que les religions ont été et restent toujours fondées sur des dogmes et des mythes et qu’elles ne sont pas basées sur une pensée rationnelle. Les Eglises veulent garder leur autorité et ont encore la prétention d’être dépositaires de la Vérité. Elles ne veulent pas se remettre en question et, pire, elles veulent (à nouveau) influencer les politiques nationales et européennes. Elles veulent reconquérir un pouvoir temporel qu’elles perdent de plus en plus au niveau de leurs propres ouailles, dont la foi n’est plus inconditionnelle.

       Ce livre ne se veut donc pas opposé à la foi, aux religions, aux croyants, mais se veut critique vis-à-vis des manipulations faites au nom de ces religions.

     

    COVEr front.jpgDE BONAPARTE A NAPOLEON : Le Français Yann Deniau et le Belge Yves Moerman, deux passionnés du Premier Empire bien connus dans le milieu de la reconstitution et qui ont déjà cosigné chez Memogrames Les Grognards centenaires de Napoléon (paru en juin 2010), ont à nouveau conjugué leurs talents autour d’un projet éditorial original : la réunion en un magnifique portfolio luxueusement imprimé de 24 aquarelles de JOB, célèbre illustrateur de la fin du 19e siècle, retraçant le parcours de l’Empereur des Français, du petit Bonaparte au grand Napoléon I er.

       Imprimées sur un papier de qualité supérieure, au format 24 X 33 cm, les 24 gravures peuvent être consultées séparément, voire être encadrées. Un livret proposant, en français et en anglais, une biographie détaillée de Job et un commentaire avisé pour chaque illustration les accompagne. Le tout est inclus dans un splendide portfolio également illustré de dessins de JOB.

       Le tirage est limité à 300 exemplaires (+12 exemplaires hors commerce) et chaque portfolio est certifié et numéroté. Une publication qui fera date auprès des passionnés du Premier Empire et appelée à devenir rapidement introuvable…

     

    mattiatopromeneurnature.jpgJOURNAL D’UN PARKINSONIEN : Eugène Mattiato a toujours écrit pour témoigner, par devoir de mémoire. Ce fut le cas avec ses romans sociaux consacrés aux mineurs La Légion du Sous-Sol*, Fils de Houilleur*, La Babel des Ténèbres*, Le Baiser à la Morte*, ou encore à propos de la guerre avec Fils de la Louve*, relatant les mésaventures d’un jeune Italien de Belgique enrôlé dans les armées de Mussolini. C’est encore le cas avec Journal d’un Parkinsonien, journal intime où il décrit sa relation avec la maladie, jour après jour, mois après mois, de manière poignante, mais précise et efficace.

       Selon le Professeur Vanderheyden, spécialiste de la maladie de Parkinson qui signe la préface, ce texte rédigé dans les années 1980 reste, malgré les avancées médicales enregistrées depuis lors, totalement d’actualité.

     

    * La légion du Sous-Sol, paru en 1958, est réédité dans la collection Espace Nord, chez Labor, les autres titres, inédits du vivant d'Eugène Mattiato, ont été édités par Memogrames entre 2006 et 2010. Une plaquette commémorative pour le centenaire de sa naissance est également disponible chez Memogrames.

  • MEMOGRAMES A NOUVEAU SON PROPRE DIFFUSEUR EN BELGIQUE

       Depuis le 12 octobre 2010, nos ouvrages sont à nouveau diffusés auprès des librairies belges exclusivement par nos propres soins, la firme LARC diffusion cessant, de commun accord, d'être notre diffuseur. Musées, milieux associatifs, bibliothèques et grandes surfaces restent également desservis par notre département Memogrames Diffusion et Distribution. Sous certaines garanties, nous exécutons aussi les commandes en provenance du Luxembourg, de Suisse, du Canada et de tout autre pays.
        Les libraires désireux de nous passer commande nous adresseront un fax au +32(0)24653687, un mail à memogrames@yahoo ou nous appelerons au +32(0)24658029, ligne déviée vers notre portable lorsque nous sommes à l'extérieur et donc joignable en permanence du lundi au vendredi, de 8h.00 à 19h.00.
        La diffusion en France reste confiée à Soleils Diffusion et Distribution (23, rue de Fleurus - 75006 Paris - T. +33 145488462- F. +33 142841336.)
      

  • LE PREMIER CONSUL BELGE EN AUSTRALIE VENAIT DE REBECQ

     

    Ambitions et Destin-cover blog.jpg   Ulysse, la collection que Memogrames dédie à la mémoire des grands voyageurs, s’est enrichie d’un nouveau titre en ce début octobre. Ambitions et Destin est rédigé par un Rebecquois, Wilfred Burie, à propos d’un de ses concitoyens du 19e siècle, Edouard Wyvekens, et est édité en partenariat avec le Cercle d’Histoire de Rebecq. Le livre a été présenté à la presse le mercredi 29 septembre et a constitué, ce samedi 2 octobre 2010, l’une des  facettes de la manifestation organisée par la Commune de Rebecq et le Cercle d’histoire et de généalogie de Rebecq, le Rewisbique, à l’occasion de l’inauguration de la Place des Meuniers.

       Parce qu’il fut, voici quelques années, le meunier du Petit Moulin de Rebecq, Wilfred Burie, par ailleurs connu comme artiste-peintre paysager, s’est intéressé à ceux qui, des décennies durant, avaient exploité les moulins rebecquois, notamment la famille Wyvekens au 19e siècle : il en est résulté un premier ouvrage, Moulins de Vie, publié sous l’égide du Cercle d’Histoire déjà mentionné. Ses recherches autour de cette dynastie de meuniers l’ont amené à s’intéresser à l’un des enfants de Charles Wyvekens, Edouard, né en septembre 1817.

       En 1840, ayant terminé ses études secondaires, Edouard embrasse la carrière militaire et devient sous-officier. En 1848, il demande à être mis en congé et postule un poste d’employé aux écritures au Ministère des Affaires étrangères. Il s’y documente sur les subsides gouvernementaux accordés pour des missions économiques à l’étranger et, lorsque les initiateurs d’un projet d’expédition dans les mers australes contactent le ministère en vue de subsides, il saisit l’opportunité et propose une mission économique exploratoire en Australie. Il contacte alors de nombreux industriels belges et part, le 27 août 1849, à bord de l’Océanie, avec une importante cargaison de produits industriels de tous types.

       Sa mission, qui dure près d’un an, est un succès : le Roi Léopold ordonne même la publication du rapport qu’Edouard a rédigé et le gouvernement le nomme Consul de Belgique en Australie. Wyvekens affrète un navire, la Marie, qu’il remplit de marchandises diverses : textiles, armement, produits brassicoles, mobiliers, ustensiles divers…  Un de ses frères décide de partir avec lui.

       Le 26 mai 1851, la Marie quitte Anvers. A l’issue d’un voyage sans encombre, elle atteint l’Australie et jette l’ancre dans le port d’Adelaïde le 20 août. Le 13 septembre, le navire reprend la route à destination de Sydney. Un port qu’elle n’atteindra jamais car elle est victime d’une violente tempête le 18 octobre : le navire sombre et il n’y a aucun survivant. Mais la voie est ouverte : bientôt, le Gouvernement belge désigna le successeur d’Edouard Wyvekens en Australie…

       Le livre de Wilfred Burie, Ambitions et Destin, préfacé par Louis Michel, ancien Ministre des Affaires étrangères et Député européen d’une part, par le Professeur Francis Balace, de l’Université de Liège, d’autre part, compte 206 pages au format B5, propose de nombreuses illustrations et est vendu au prix de 22 €. Il a déjà fait l’objet de plusieurs recensions dans la presse (Vers l’Avenir, La Dernière Heure, …) et d’un reportage sur TV com. Cliquez sur le lien ci-dessous...

     http://www.tvcom.be/index.php?option=com_content&view=article&id=5035&Itemid=348  

     

  • 100 DESSINS POUR UNE PRISE DE CONSCIENCE ECOLOGIQUE

    Où allons-nous ?

     Où va notre planète ?

    …demande, en plus de cent dessins, Le caricaturiste français Paul Baringou

     

       Paul Baringou est dessinateur de presse (retraité, mais toujours très actif !). Ses caricatures et dessins d’humour sont parus notamment dans Le Monde, Le Canard Enchaîné, Ouest-France ou Médiapart. Il a également publié plusieurs livres : Un Monde pommé (1980 – épuisé), Faites l’humour, pas la guerre ! (2006) et Buvez de La Fontaine sans modération (2008), et en a illustré de nombreux autres. En cet automne 2010, il publie chez Memogrames, dans la collection Hélios (dédiée aux destinées collectives), un nouvel album d’un peu plus de 100 dessins sur l’avenir environnemental de notre planète, intitulé tout simplement : Où allons-nous ? Son crayon acerbe commente, à sa manière, la pollution, le nucléaire, le réchauffement de la planète… Son humour est vache, décapant ou insidieux selon le cas (et ses vaches ont de l’humour), mais il oblige le lecteur, par de petits dessins plutôt que de longs discours, à prendre conscience des catastrophes écologiques en cours et… de notre responsabilité collective (même si la responsabilité de certains, pétroliers et autres champions du profit outrancier, est plus engagée que celle de tout un chacun).

    cover baringou.jpg   L’album, au format 15,5 x 15,5 cm, sous une couverture souple bleu nuit très "interrogative", compte 116 pages et est proposé au prix de 12 € TTC. Il sera disponible dans toutes les librairies belges et françaises ayant humour et conscience écologique dès ce mois d’octobre, mais les visiteurs du Salon international de la caricature, du dessin de presse et d’humour (n.b. du 24 septembre au 3 octobre 2010, à Saint-Just-Martel, près de Limoges) et de La 25e Heure du Livre, au Mans, les 16 et 17 octobre, pourront l’acquérir, dédicacé par Paul Baringou. Le public le découvrira aussi à la Place aux Livres, à Lyon, les 5, 6 et 7 novembre, puis à Tournai, dans le cadre de Tournai la Page, le week-end des 13 et 13 novembre.

     

    La Princesse suédoise et… le Caricaturiste, son cousin

     victoria.jpgLe mardi 28 septembre, la Ville de Pau, lieu de naissance du célèbre Maréchal d’Empire Jean-Baptiste Bernadotte, qui devint Roi de Suède et de Norvège en 1818, à la mort du Roi Charles XIII, recevait la Princesse héritière de Suède, Victoria. Le caricaturiste français Paul Baringou, lui aussi descendant des Bernadotte, était parmi les invités et il a eu l’insigne honneur de remettre son dernier album, Où allons-nous ? à sa royale cousine. Celle-ci, soucieuse des questions d’écologie, s’est montrée particulièrement in-téressée par les dessins de Paul Baringou à propos du devenir environnemental de notre planète. Fort de ce succès princier, l’auteur se promet à présent d’envoyer un exemplaire de son album écologique au château de Laeken, à son autre cousin, le Roi Albert II, dédicacé et accompagné de la photo de leur cousine Victoria. Osera-t-il y joindre une de ses récentes caricatures évoquant la situation politique belge ?