Voltaire

  • NOEL RIXHON EN TELE ET A LA MAISON DE LA LAICITE DE BINCHE

    L’émission philosophique La Pensée et les Hommes programmée le mardi 6 mai 2014 sur La Une (RTBF) en fin de soirée et rediffusée le lundi 12 mai sur La Trois à 18h.55 aura pour thème : « Je fus prêtre, je suis athée. L’athée n’est pas un nihiliste. » . Jacques Lemaire reçoit en effet Noël Rixhon pour parler de son livre paru chez Memogrames, Conscience athée.
    Issu d’une famille catholique très croyante, Noël Rixhon, nonobstant une intuition, dès le plus jeune âge, de l’inexistence de dieu – inadmissible dans son milieu familial, fréquenta un collège diocésain et fut ordonné prêtre. Mais son intuition de jeunesse devint bientôt certitude et il rompit définitivement avec le monde catholique. Il est l’un des fondateurs de l’ABA, l’Association Belge des Athées, et en est un des administrateurs. Fin connaisseur de la vie et de l’œuvre du curée athée du 18e siècle, Jean Meslier, Noël Rixhon affiche volontiers un athéisme radical et décomplexé : « L'athée, dit-il, n'est en rien un être sans foi ni loi. Ayant retrouvé son "essentielle nudité", débarrassé de tout a priori, il peut faire preuve d'un réalisme lucide et respectueux des choses, d'un humanisme radical lorsqu'il ose mettre sa foi qu'en l'Humain... malgré tout : si celui-ci est capable du meilleur, il l'est aussi du pire.»
    Noël Rixhon est aussi l'invité de la Maison de la Laïcité de Binche le dimanche 11 mai, de 10h.30 à 12h.30, dans le cadre des "Apéros littéraires" pour y parler de son engagement athée et de son livre.
    Le livre Conscience athée est vendu au prix de 22 € (ISBN 2-930418-72-9 – 208 pages) en librairie ou en commande directe chez Memogrames (frais d’envoi offerts pour toute adresse en Belgique – adressez votre commande à memogrames@yahoo.fr en précisant les coordonnées complètes de l’adresse de livraison et un numéro de téléphone et/ou de portable).

  • LE SOLEIL AU RENDEZ-VOUS POUR LE PRINTEMPS DU LIVRE DE MONTAIGU

    affiche Montaigu 2014.png   Le Soleil brille sur la Vendée, à la veille de la 26e édition du Printemps du Livre de Montaigu. Ce rendez-vous littéraire sous un vaste chapiteau, à proximité immédiate du Théâtre de Thalie, c’est 40 stands, plus de 20 maison d’édition, 250 auteurs en dédicace et… 35.000 visiteurs attendus (énorme pour un salon régional quand on sait que la Foire du Livre de Bruxelles revendique 70.000 visiteurs en 5 jours).  

       Memogrames y participe pour la première fois et attend le public vendéen sur le stand 15, et particulièrement les enseignants ce samedi 12 avril, car Rémi Boyer, coauteur du guide pratique Souffrir d’enseigner… Faut-il rester ou partir ? sera présent toute la journée pour dédicacer son ouvrage et dialoguer avec les professeurs en mal-être de leur métier (voir notamment le dossier de Marianne N° 885 du 4 au 10 avril).

       Bien évidemment, le roman du Parisien Frédéric Maillard Les Référents, paru mi-mars,est mis à l’honneur, tandis que le Saint Georges et le Dragon – enquête sur le succès d’un mythe, du reporter photographe montois Charles Henneghien devrait retenir l’attention de nombre de visiteurs, puisque la commune de Saint-Georges de Montaigu est toute proche. Les libres-penseurs des Pays de Loire pourront aussi découvrir les écrits de Marcel Voisin (Question(s) de Démocratie(s) et Insolences), les essais de Noël Rixhon, Conscience athée, de l’Américain Ronald Aronson, Vivre sans Dieu, de Charles Susanne, Science et Religion, guerre ou paix ?, du groupe de réflexion Darwin, Bioéthique, Pour un avenir de l’humanité, ou encore les actes du colloque international consacré à l’euthanasie (Marc Mayer, L’Euthanasie, une sérénité partagée, une question de santé publique),… Les amateurs d’histoire militaire seront aussi à la fête avec nos ouvrages dédiés à la période napoléonienne, la biographie du chevalier wallon Godefroid de Thuin ou la monographie d’Eric Simon, Les Pelotons d’Eclaireurs régimentaires.

       L’entrée de ce salon est gratuite et le Printemps du Livre de Montaigu est ouvert ces vendredi 11, samedi 12 et dimanche 13 avril de 10h.00 à 19h.00.

  • Ducasse de Mons et Saint Georges sur La Première ce dimanche 13 avril...

     

    Et dieu dans tout ca.jpgL’émission radiophonique Et Dieu dans tout ça ? animée par Jean-Pol Hecq sur la Première RTBF du dimanche 13 avril- de 11 à 12h.00* - aura un parfum montois… Les invités du jour sont en effet Charles Henneghien, qui vient de publier chez Memogrames Saint Georges et le Dragon – enquête sur le succès d’un mythe, Benoît Kanabus, chercheur UCL, qui a présidé à la rédaction La ducasse rituelle de Mons, paru chez Racine, Gérard Bavay, historien, chargé de cours à l’UCL et à la Haute Ecole Louvain en Hainaut, et Renaud Zeebroek, sociologue, chargé de cours à l’UMons et responsable du secteur Ethnologie au Ministère de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

     

    Le site de l’émission précise : « A Mons, depuis plus de 700 ans, le combat mythique se rejoue chaque année avec une ferveur populaire qui étonne toujours autant les observateurs. Inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, le « Doudou » est en tout cas parfaitement révélateur de la permanence de certains symboles à travers les temps et les lieux. Deux livres viennent d’ailleurs de rassasier la curiosité des amoureux de ce qui est sans nul doute l’une des plus authentiques traditions populaires wallonnes. Le premier est un ouvrage collectif de haut niveau qui passe en revue de manière pratiquement exhaustive les arcanes de la ducasse de Mons avec sa procession et son fameux combat de Saint Georges contre le dragon. L’autre est le fruit de plusieurs dizaines d’années de travail d’un photographe passionné et qui montre combien Saint Georges est mondialement révéré, y compris hors Europe et jusque dans certaines contrées musulmanes. Mais au-delà de l’actualité éditoriale, ces deux livres posent également une question aussi vieille que le monde: ces figures et ces traditions léguées par le passé sont-elles l’expression d’une intense foi populaire et spontanée ou bien le fruit d’un savant travail de propagande religieuse et politique dont les traces sont « miraculeusement » arrivées jusqu’aujourd’hui ? Une question qui reste d’une totale actualité à la veille de la consécration de la petite ville hennuyère comme Capitale culturelle de l’Europe … »

    *rediffusion le dimanche 13/04 en soirée de 23h.15 à minuit