Voltaire

L'EPEE DE L'EMPEREUR, thiller historique montois...

   Le Montois Philippe Yannart, amoureux de sa cité et de son prestigieux passé, collectionneur invétéré et historien local avisé, signait, en 2014, deux belles études documentaires, Mons avant la Grande Guerre, publié par l’association des Montois Cayaux, et Mons, la Septième Porte, chez Memogrames. A l’occasion du bicentenaire de la bataille de Waterloo, il renoue avec le genre romanesque, qu’il avait déjà pratiqué en 2012 avec Le Secret du Gouverneur de Mons et nous propose L’Epée de l’Empereur, superbe intrigue ayant pour décor Mons sous les occupations française, hollandaise et allemande, et pour héros les anciens de la Grande Armée.  

 cover Yannart.jpg     Chargé de récolter, pour compte de la Régence montoise, les candidatures des anciens soldats de l’Empire pour l’obtention de la médaille de Sainte-Hélène, instaurée par Napoléon III en souvenir de son oncle Napoléon Ier, Louis Dechembry se retrouve mêlé à un terrible complot qui fixera son destin. Dès sa première rencontre avec le colonel Dumoulin, le futur notaire est fasciné par le récit de la vie mouvementée de son interlocuteur. L’individu a connu, tout jeune, l’arrivée à Mons des Sans-Culottes, suivie du vote en faveur de la réunion de la ville avec la France révolutionnaire, puis de la sinistre parenthèse de la Terreur. Enfin, le Consulat et l’Empire, durant lesquels il sert dans la Grande Armée.  

    Simple acteur dans ces luttes gigantesques qui ont marqué le début du 19e siècle, le colonel Dumoulin se proclame fièrement enfant de la Nation, qui en fit un soldat n’ayant que son courage pour tout patrimoine, le monde pour famille, ses blessures comme passeport… Un soldat ayant accepté de n’avoir pour patrie que là où il pouvait se nourrir, pour tout protecteur que le bon Dieu, mais aussi un père : l’Empereur !  …Jusqu’à ce jour de juin 1815 où, pour lui comme pour tous ses camarades, le Soleil s’était couché définitivement. Alors, abandonnés du Roi et de la Nation, il ne resta à ses Braves que leur demi-solde et leur courage pour survivre.

    Heureusement, les commémorations au sein de l’Association des Anciens Frères d’Armes de l’Empire, qu’ils ont créée et que préside le colonel Dumoulin, leur permettent de trouver un peu de chaleur, un peu de réconfort dans une paix retrouvée. Des circonstances rocambolesques ont mis entre leurs mains un des des plus beaux trophées qui soit à leurs yeux, une des plus belles reliques de leur gloire passée - une épée personnelle de l’Empereur. Un précieux trophée pour lequel l’orgueil des hommes et des nations déclenche une longue lutte acharnée qui ne trouvera son épilogue que de nos jours.

    Au fil du roman, le lecteur est invité à revivre tantôt les émeutes survenues durant la Révolution de 1830, qui chassent les Hollandais de la ville et du pays, tantôt l’invasion allemande en août 1914, la bataille de Mons et les quatre ans d’une occupation aussi humiliante que rigoureuse.

    Quant au notaire Dechembry, héritier et dépositaire du secret des anciens vétérans de l’Empire, il se sacrifie à cette noble cause qu’il a fini par embrasser, en mémoire de ces hommes ayant donné leur jeunesse, parfois leur vie, souvent leur santé pour un unique idéal : la défense de la Liberté.

    Tout ce qui est décrit dans ce récit est vrai. Ce qui ne l’est pas aurait pu l’être…

L'Epée de l'Empereur, roman historique de Philippe YANNART, format B5, 468 pages

33 € en édition ordinaire, disponible en librairie, 35 € en édition de luxe, exemplaires numérotés, reliure sous couverture cartonnée, uniquement auprès de l'auteur et sur les stands Memogrames lors de Tournai la Page, Mon's Livre et la Foire du Livre belge à Uccle.

 

 

Les commentaires sont fermés.