Voltaire

  • J. LEMAIRE RECOIT SERGE HUSTACHE

    2015serge.jpg   Serge Hustache est un fin connaisseur de l’Orient, où il a voyagé à de nombreuses reprises. Il est également passionné par les écrivains voyageurs du 19e siècle et a, de longue date, accumulé une abondante documentation sur les périples orientaux des Flaubert, Lamartine, Loti, Nerval et autres. Dans une démarche similaire à celle qui l’avait guidé pour son précédent ouvrage, Sur les traces de Pierre Loti ou la Terre sainte d’un agnostique, paru chez Couleurs Livre en 2012, il publie à présent, dans la collection Ulysse des éditions Memogrames, L’Egypte de Gérard de Nerval, un splendide livret de 84 pages au format carré 22 x 22 cm, abondamment illustré des photos de l’auteur, habilement légendées de citations de Nerval.

    Déjà interviewé, à l'occasion de cette parution, par Jean-Pol Hecq sur La Première, dans le cadre de l'émission Un Jour dans l'Histoire, il l'est à nouveau par Jacques Lemaire, dans l'émission radiophonique de La Pensée et les Hommes, sur le web.

    Lire la suite

  • Télésambre en a parlé...

    0049.jpg   Auteur de L’Affaire oubliée de Charleroi*, Philippe WILLE, collectionneur et historien autodidacte devenu, au fil des années et des documents accumulés, un spécialiste de l’armée allemande durant la première guerre mondiale, a choisi Memogrames pour publier, en novembre 2015, un ouvrage surprenant, mettant en valeur le travail des photographes qui, avec les moyens techniques de l’époque, ont immortalisé sur la pellicule la vie dans les tranchées, tant chez les Alliés que dans les rangs allemands. A côté des portraits des belligérants, posant fièrement, avant leur départ pour le front, avec leurs uniformes neufs et pimpants, dans les décors figés des studios photographiques, nous découvrons aussi des prises de vue instantanées, où les héros sont sales et fatigués et où rôde en permanence la mort. Des photos qui nous racontent le vécu quotidien et la souffrance de ces hommes, toutes nationalités confondues, (sur)vivant quatre ans durant dans les tranchées, la boue, la vermine et la crasse.  

       Philippe Wille commente chaque cliché, en extirpe les moindres informations et nous aide à les déchiffrer. Travail de longue haleine au cœur des archives, qu’il convient de saluer. Quand on lui demande pourquoi cet ouvrage, il répond par une citation de l’écrivain allemand Ernst Jünger : « Donner sens à ce qui, pour ceux qui regardent les choses d’en bas, n’est qu’absurdité et expression de l’imperfection humaine, c’est un devoir sacré envers les morts comme envers les nouvelles générations qui doivent continuer à travailler à un ouvrage dont il leur faudra percevoir la croissance organique et l’unité interne, si elles veulent y participer avec une véritable conviction. Car un jour viendra leur tour de parfaire ce que nous n’avons pu parfaire. Elles pourront entrer avec fierté en possession de leur héritage… » (Préface de l’édition originale, Le Boqueteau 125, 1924). Ce livre a bénéficié d’une pleine page dans la Gazette de Charleroi et d’un reportage sur Télésambre 

    Lire la suite

  • La presse en parle...

    Dans sa livraison du 27 novembre, Syndicats, le bimensuel de la FGTB, consacre, sous le titre "Bilan globalement positif d'un parti disparu", une demi-page au livre de Jean Lemaître, Louis Van Geyt, la Passion du Trait d'Union, coédité par Memogrames et le CarCoB et paru début novembre. Et le journaliste de relever notamment : "Dissidence grippiste prochinoise, éparpillement de l'ultragauche en chapelles maoïste, trotskyste et autres tenants de la 4e internationale, la vie du PCB réduit à la portion congrue aura finalement été largement dépendante du contexte géopolitique et de la division du monde en deux blocs antagonistes. Il aura pourtant une influence certaine sur la gauche socialiste et sur le mouvement syndical à travers les cellules d'entreprises. Mais faute de pouvoir se rénover, il poursuivra son déclin et se cantonnera dans le rôle d'aiguillon du parti socialiste, de jeteur de ponts entre l'action syndicale et l'action politique, d'artisan de l'union des progressistes. Sans oublier l'action pacifiste."

    Lire la suite

  • ENFANTINES, de Sophie PERENNE

       Parmi les 7 nouveautés Memogrames parues en novembre 2015, Enfantines, une passionnante  autobiographie introspective d’une petite fille de la bourgeoisie belge, entre 1941 et 1953, vient enrichir la collection Horus, dédiée aux destinées individuelles.

       L’auteure, Sophie Perenne, alias Monique Dumont, est l’arrière-petite-fille d’Albert Dumont, fondateur de La Panne, la petite-fille de François Dumont, créateur du char à voile, la petite-nièce de l’architecte Alexis Dumont, constructeur de l’ULB, la fille de Philippe Dumont, concepteur de la galerie Ravenstein. On ne s’étonnera donc pas de la place accordée par l’auteur à la côte belge et à la région des Moeres. Ni de son amour pour l’architecture qui traverse ce récit et l’amène depuis toujours à sillonner la planète en quête d’ivresse devant l’art des bâtisseurs.

       Philosophe de formation ayant prolongé son cursus à Madrid et Cologne, opposante à la guerre du Vietnam, coopérante au Maroc, militante de gauche soutenant les grèves des mineurs limbourgeois ou des ouvriers de Michelin, militante féministe, animatrice culturelle en milieu scolaire, activiste pour une « cité humaine » et un environnement durable, Franc-maçonne ayant écrit plusieurs livres, passionnée de taijiquan et sculptrice…, elle aurait pu nous proposer une longue autobiographie aux multiples rebondissements : elle se contente de revisiter son enfance, pendant et juste après la Seconde Guerre mondiale. Elle nous met en garde : voyager dans son enfance ressemble à l’errance dans une médina originelle. Mais Sophie Perenne ne se contente pas d’évoquer une époque révolue, de visiter le monde de l’enfance. Elle s’interroge aussi sur le fonctionnement de la mémoire et analyse le rôle du contexte primordial dans la construction d’une personnalité.

    Nous lui avons posé quelques questions…

    Lire la suite

  • SOUFFRIR D'ENSEIGNER... en poche

      Paru en octobre 2013, Souffrir d’Enseigner…Faut-il partir ou rester ?, précieux guide à destination des personnels enseignants en difficulté, hésitant entre la poursuite de leur carrière pédagogique et une réorientation professionnelle, a rencontré un tel succès auprès des enseignants, des milieux syndicaux et associatifs, de la presse ou encore des décideurs de l’Education nationale, qu’il est désormais quasi épuisé alors que les demandes continuent d’affluer. Dès lors, Memogrames et son partenaire, l’association Aide aux Profs, ont décidé de le proposer dorénavant dans une édition de poche, plus maniable et moins onéreuse. Il est le premier titre d’une nouvelle collection chez Memogrames, baptisée très simplement Memo’Poche. Référencé sous l’ISBN 978-2-930698-27-4, l’ouvrage compte toujours 384 pages, mais dans un format B6, soit moitié moins grand que l’édition originale. La couverture est identique, mais les bleus se sont mués en « rouge Beaujolais nouveau », la taille des caractères reste parfaitement lisible et, surtout, il est vendu à 15 € au lieu des 26 € de son aîné.

    Lire la suite