Voltaire

D.COHEN, Le Jour de Repos : un docte avis...

Memogrames - COHEN -le jour de repos - cover soft web.jpgEn février 2016, nous éditions l’essai du docteur en philosophie Daniel Cohen, Le Jour de Repos, des origines au Concile de Nicée en 325, dans la collection « Les Carnets de l’Olympe ». L’ouvrage était préfacé par le Professeur Baudouin Decharneux, de l’Université libre de Bruxelles, d’une part, par le Grand Rabbin de Bruxelles, Albert Guigui, d’autre part. La haute qualité du travail de recherche de Daniel Cohen est confirmée par d’autres spécialistes. Ainsi, très récemment, l’auteur recevait-il un courrier de Baruj Garzòn, le Grand Rabbin de Madrid. L’intéressé nous a autorisé à rendre public son courrier :

Cher Monsieur Cohen,

C’est avec grand intérêt que j’ai lu votre très docte ouvrage intitulé Le Jour de Repos, grâce à notre ami commun M. Isaac Bengio qui a eu la gentillesse de me le prêter.

Ce sujet ayant occupé une longue période de la polémique entre juifs et juifs chrétiens, y est traité de façon magistrale. L’immense érudition et la profonde connaissance des textes, juifs et non-juifs, dont vous faites preuve tout au long de l’ouvrage, contribuent à en faire travail de lecture obligée pour tous ceux – et ils sont nombreux – qui cherchent une explication cohérente à la rupture qui durera deux mille ans, produite à l’intérieur de la communauté juive d’Eretz Israel et de la Méditerranée, par l’apparition du messianisme chrétien vite assimilé ou plutôt phagocyté par l’Empire dont il empruntera progressivement les formes et puis les valeurs.

Je souscris toutes et chacune des paroles pleines de louange bien méritées, de la présentation que vous a dédiée mon ami le Rabbin Abraham Guigui. Son appréciation pour votre effort de clarification en dit beaucoup, surtout venant d’un Rabbin connu pour ses vastes connaissances dans le domaine des relations entre les religions contemporaines en Occident chrétien.

Je ne puis que vous féliciter d’avoir mis à la disposition du public un travail qui, j’en suis sûr, fera date dans la pensée et l’histoire des religions concernées, au même niveau que les ouvrages de l’historien Jules Isaac ou des professeurs Joseph Klausner et David Flusser.

Recevez un grand merci avec beaucoup d’admiration de

Baruj Garzòn  

Les commentaires sont fermés.