Voltaire

  • DROIT A LA PARESSE - critique des mythologies du travail

    les fainéants de Macron - nyssen.jpg   Avec ses avatars - progrès, compétition, croissance, excellence… - le Travail s’érige en dogme avec maîtres à penser, chefs, adeptes jusqu’au fanatisme, combien hypocrites quand il s’agit de faire travailler pour de l’argent.

       Heureusement, face à la confusion entre contrainte et servitude volontaire, des critiques de ce modèle remettent le travail à sa place : un moyen, une nécessité, à libérer d’urgence pour habiter cette planète. Rendre à la paresse son rôle de conscience et de pilote de notre vie.

     Droit à la paresse

    Un siècle de critique des mythologies du travail

    Droit à la Paresse - cover page 1.jpg  L’histoire du droit à la paresse selon Lafargue restait, semble-t-il, inexplorée dans nos régions, pourtant riches de personnages paresseux. L’auteur s’y est attelé avec sa formation, sa pratique historique et son vécu. Point de départ après Lafargue : les cent années qui suivent la conquête de la journée des huit heures, avec si peu d’avancées pour libérer notre temps, et notre vie.  Plusieurs grandes crises et deux guerres mondiales figurent au calendrier, guerres pour des marchés d’armes et de matières premières, autrement dit la tuerie d’un grand nombre pour une minorité. Conflits entrecoupés de paix locale si ce n’est sociale, sous pression productiviste et publicitaire assortie de destructions d’emplois impressionnantes.

       La documentation immense de cette recherche aborde rarement la question de la paresse, sinon  de façon indirecte, pour dénier son droit, et la maltraiter. Toujours au nom d’un idéal noble mais abstrait : Travail, Progrès, Patrie, Expansion, Croissance … Les pratiquants et les largués de la réalité du travail émettent un autre point de vue, plutôt rancunier ou désespérant. Les vacances consommées en foule consolent mal de onze mois de courses pour les mériter.  Comme les autres salariés et travailleurs de partout, des écrivains et des artistes critiquent les idéologies et les mythes du travail en créant des œuvres de paresse. En sept périodes successives, un siècle de critique des mythologies du travail exprime une première approche de ce thème d’avenir.

     L’auteur – Michel MAJOROS

    Michel Majoros.jpgNé au milieu d’un siècle violent et d’une Europe écartelée, Michel Majoros vit en Belgique, aimant aussi rencontrer le monde. Après des décennies d’enseignement de l’histoire, surtout avec des exclus, il s’adonne depuis quelques années à des recherches documentaires et pratiques sur le devenir du Droit à la paresse, que Lafargue proposa dès 1880.

    Données pratiques :

    Michel MAJOROS, Droit à la Paresse - Critique des mythologies du travail

    Edition brochée, 208 pp., 14 € 

    Collection Vulcain - ISBN 978-2-930698-49-6

     

    Lire la suite

  • PIERRE LE GRAND EN BELGIQUE

    Pierre le grand en Belgique - cover biais.jpg   1717… le Tsar Pierre le Grand accomplit son second séjour en Occident. Le tricentenaire de cette impériale visite nous a valu, voici quelques mois, la médiatisation de la visite du Président Vladimir Poutine à Versailles, en compagnie de son homologue français Emmanuel Macron, là où le jeune roi Louis XV avait rencontré l’illustre tsar. Plus modestement, la Belgique a aussi commémoré le 300e anniversaire de la venue de Pierre le Grand dans les Pays-Bas méridionaux : création d’une Fondation Pierre le Grand, inauguration, à l’initiative de ladite fondation, d’une statue de Pierre à Liège, exposition à Spa, où il prit les eaux pendant un mois.

       Les éditions Memogrames ont choisi d’apporter aussi leur contribution à ce jubilé, en publiant la traduction française du livre de l’Anversois Emmanuel Waegemans, professeur émérite à la KUL, slavisant spécialiste des relations entre la Belgique, les Pays-Bas et la Russie et fin connaisseur du dix-huitième siècle, auteur, notamment, de L’histoire de la littérature russe de 1700 à nos jours (ouvrage paru en néerlandais, français, allemand, espagnol et russe).

       Pierre le Grand en Belgique vient de sortir de presse en ce début septembre, dans un format carré de 22,5 x 22,5 cm, décliné dans 2 éditions, l’une ordinaire, brochée, disponible en librairie au prix de 24 €, l’autre, de luxe, en tirage limité, reliée et numérotée, disponible uniquement auprès de l’éditeur au prix de 28 €, notamment à l’occasion des foires et salons auxquels participent les éditions Memogrames. Il est illustré de nombreux documents en couleur. Sa traduction est due à Jean Williquet, traducteur chevronné maîtrisant parfaitement le néerlandais, le russe ou l’allemand, mais aussi le latin ou l’espagnol, y compris face à des textes en vieux-néerlandais ou en vieil allemand. Une particularité du livre réside dans le fait que les témoignages cités sont reproduits dans la langue originelle (néerlandais, russe, …) et traduits en français à la suite. L’ouvrage ravira le lecteur curieux qui souhaite découvrir le périple du tsar Pierre en nos pays, mais sera aussi, vu sa tenue scientifique, un précieux outil pour tous les étudiants en slavistique.

       Signalons que le Professeur Waegemans dédicacera son livre le dimanche 24 septembre dans le cadre du Salon du Livre Penseur à Seneffe, ainsi que le dimanche 4 décembre au Salon Ecrire L’Histoire, au Cercle Gaulois à Bruxelles. Deux soirées sont également prévues à Liège le 31 octobre et à Tournai le 8 novembre. Nous en reparlerons ici prochainement.

    Lire la suite