Voltaire

  • SOUS LE SOLEIL D'APAMEE... un roman antique dédié à l'Empereur Gallien

    Christian DOUE, Sous le Soleil d'Apamée.jpg   L'empereur Gallien est un des empereurs les plus controversés de l'histoire romaine. Inconnu ou presque du grand public, qui lui préfère les empereurs sanguinaires tels que Néron, Caligula ou Caracalla, emblématiques tels que César ou Auguste, philosophes tels que Marc Aurèle ou Julien l'apostat. Gallien, de surcroît, est largement condamné par l'Histoire Auguste (textes latins écrits après sa mort),  alors que les historiens grecs ont plutôt tendance à l'encenser. Malheureusement, les historiens français jusqu'au 19e siècle se référeront davantage à l'Histoire Auguste et laisseront de cet empereur une image terrible (décadent, lâche, débauché, incompétent ...). Heureusement, au 20e siècle, Léon Homo lui rendra grâce en réhabilitant son œuvre.

       Christian Doué, historien de formation ayant fait carrière dans le milieu bancaire, est un numismate averti, spécialiste des monnaies antiques. Il est le président du Cercle Numismatique Dainvillois. Parmi les empereurs romains dont il collectionne les monnaies, Gallien, qui a régné à Rome de 253 à 268 de notre ère, a retenu son attention et acquis sa sympathie… Par ailleurs, passionné de théâtre, Christian Doué appartenu à la Compagnie théâtrale Harmines, troupe d’amateurs pour laquelle il a écrit plusieurs pièces, tant en français qu’en langue picarde, jusqu’en 1995.

       Dès lors, le dramaturge relève le défi de relater, par le biais d’un roman, la vie de ce César trop souvent inconnu du grand public.

    LE LIVRE : Quelques années après la mort de l’empereur Gallien, un de ses proches, Amelius d’Apamée, disciple de Plotin, entreprend de conter, à ses élèves, la vie trépidante et malheureuse de son protecteur, à une époque où la Rome éternelle est en proie aux dangers les plus divers. Les barbares menacent les frontières du nord de l'empire et des Balkans et les Perses fondent sur le Moyen-Orient romain. Mais le péril le plus grand se trouve dans l’environnement immédiat de César. Ses propres généraux, issus du rang, nommés par lui, n’auront de cesse de le critiquer et, pour certains d’entre eux, de se soulever contre son autorité.

       Amelius, qui s’est réfugié à Apamée sur l’Oronte, en Syrie romaine où il a ouvert une école de philosophie, est là, face à ses disciples et élèves. L’existence dramatique de Gallien est une opportunité pour leur dispenser quelques règles de vie et rétablir une vérité vacillante, salie par les dénigrements les plus fous.

       Nous sommes à la fin du IIIe siècle. L’anarchie militaire a placé, au sommet du pouvoir, un Dalmate intelligent et impitoyable. Il s’appelle Dioclès. L’histoire le connaît mieux sous le nom de Dioclétien. Les cités syriennes sont riches. Le commerce est florissant. Mais la guerre est, une fois encore, aux portes de l’Empire.

       Promenons-nous, si vous le voulez bien, avec Amelius, dans cet Orient en proie aux doutes, à la crainte, aux peurs. Quittons la domus pour rejoindre le forum. Passons devant les échoppes aux odeurs enivrantes. Visitons les temples aux statues multicolores. Entrons dans les termes, écoutons les cris joyeux qui émanent de la palestre, rendons-nous chez le coiffeur et rentrons au logis pour profiter, le jour tombant, de la douceur du péristyle.

       Et laissons-nous bercer par la parole d’Amelius...

    Lire la suite