Voltaire

  • Nouveau roman : SIGNE ZARCO !

     ZARCO - cover 4th page - writer Jean Lemaître .jpg  Né en 1954 et désormais à la retraite, Jean Lemaître enchaîne livre sur livre, comptabilisant, entre 2012 et 2018, une biographie, deux essais à connotation politique (dont un traduit en portugais) et trois romans. Avant d‘être un pensionné hyperactif, il fut tour à tour reporter social, responsable associatif, éditeur, consultant européen, journaliste international, enseignant… Il vit principalement à Bruxelles, mais, grâce à son épouse Maria, le Portugal est sa seconde patrie.

       Jean Lemaître se définit comme citoyen du monde. Dans ses livres - essais, biographies ou romans - il aime aborder les questions d’engagement et de liberté, en conjuguant le passé au présent.

       En 2015, il s’est rapproché des éditions Memogrames, dont il connaît le directeur de longue date – ou plutôt de longues luttes – et y a publié un essai politique en 2015, Louis Van Geyt, la Passion du Trait d’Union, puis un roman en 2017, Le Jour où tout bascula, évocation de la résistance à l’occupant nazi au sein de l’école Decroly. Il prépare pour le même éditeur une édition commentée de Buchenwald, le témoignage de son grand-père, militant antifasciste rescapé des camps de concentration nazis. Un ouvrage à paraître en 2019 selon toute vraisemblance.

       Pour l’instant, il nous propose un roman à connotation historique, qui développe de manière originale, la thèse d’un Christophe Colomb portugais plutôt que Génois. L’ouvrage (200 pages au format B5, 21 €) parait en français début mars 2018 sous le titre Signé Zarco ! Le Christophe Colomb portugais. Il sortira de presse fin mai en portugais chez l’éditeur Colibri, lequel avait publié en 2014 la traduction portugaise de Grândola Vila Morena, le roman d’une chanson sous le titre A Cançao da Liberdade.

     statue Colomb Cuba 3.jpeg   Cuba, une bourgade du Bas Alentejo, au bout de l’Europe. Ici, une légende circule, selon laquelle Christophe Colomb serait né en cette terre brûlée par le soleil. Le francophone Max, tout juste retraité de l’enseignement, décide de s’y établir, le temps  de mener l’enquête à sa manière, iconoclaste. Il est convaincu que, si la vérité existe, elle se trouvera à hauteur d’hommes, dans les tavernes, entre vins, chansons et fresques des églises locales.

       Mais voilà que Max, à partir d’un défi  sous forme de plaisanterie, se prend au jeu. Il revisite les archives sous des angles inédits. Il arpente chaque village de la région de Cuba, à la recherche d’indices et de preuves. En filigrane, il rend un hommage à  l’Alentejo : à son peuple si fraternel, à la région riche de ses traditions et de ses trésors culturels.

       De fil en aiguille, l’ancien professeur fait apparaître une toute autre histoire que celle débitée,  sans recul critique, dans les manuels scolaires de tous pays. Depuis des siècles, nous aurait-on menti sur la véritable nationalité, nature et origine de Christophe Colomb ?  

    SIGNE ZARCO ! sera disponible chez les libraires belges à partir du 10 mars et en France dès le 15 mars 2018. Prix de vente : 21 € - ISBN 978-2-930698-54-0 

        Nous avons rencontré Jean Lemaître et l’avons interviewé à propos de son Signé Zarco !

    Lire la suite

  • Un récit psychanalytique...

    Vrebos R.05.jpg      C’est en septembre 2017, à l’occasion de la première édition du Livre Penseur, le salon du livre laïque organisé par la Maison de la Laïcité de Seneffe en partenariat avec les éditions Memogrames, que Roland Vrebos et Luc Verton se sont rapprochés, à l’initiative de Max, le patron de la librairie liégeoise La Commanderie. Le premier a entretenu le second de son projet éditorial, un récit psychanalytique mettant en scène un professeur de morale au patronyme lourd à porter : DIEU.

       D’emblée, l’éditeur ne trouve pas le projet saugrenu car il a connu plusieurs personnes, dans la province de Hainaut notamment, ayant ce patronyme, y compris une professeure de français, Madame Dieu, épouse Dieu. Et l’éditeur d’être séduit à la lecture du tapuscrit reçu.

       Le Cas Dieu sort donc de presse début mars 2018, préfacé par le Professeur Luc Nefontaine, lequel écrit notamment : « Il est de ces livres qui ne vous lâchent pas, parce qu’ils abordent les vraies questions que tout homme se pose à certains moments de sa vie. L’ouvrage de Roland Vrebos est de ceux-là. L’auteur réussit cette prouesse d’aborder les grands thèmes philoso-phiques sans avoir l’air d’y toucher. Sans jamais être pontifiant, il n‘en demeure pas moins un pontife au sens étymologique du terme : quelqu’un qui jette des ponts. Ainsi, mine de rien, sous forme de dialogues bien enlevés et souvent traversés par des re-bondissements parvient-il à faire passer une foultitude de considérations sur la reli-gion, sur les mythes, sur les symboles, sur la psychanalyse et au bout du compte sur le monde comme il va… »

        Né en 1944, Roland Vrebos - dont les parents divorcent au cours de sa petite enfance, ce qui peut constituer une cause première de son questionnement postérieur sur la parentalité, déjà avant douze ans - a sa curiosité piquée par les pages d’un manuel de chimie. En outre, il vit un court épisode, vers douze ans, au cours duquel la psychiatrie semble lui sourire. C’est cependant la chimie qui l’emporte, la relation avec la matière lui semblant peut-être plus rassurante que celle avec les autres humains et leur psychisme aux réactions parfois déconcertantes.

       Il perd la foi catholique au cours de son adolescence et sa nouvelle conception se trouve renforcée par l’esprit libre-exaministe qui régnait tant à l’Athénée Fernand Blum que, par la suite, à l’ULB, où il obtient sa licence de chimie.

    Un bref épisode professionnel de trois ans le fait jouir de la vraie chimie pratique dans l’industrie pharmaceutique. Malgré ce bien-être professionnel, c’est l’enseignement qui le capte. A part un court épisode de direction d’une école supérieure, il poursuit sa carrière d’enseignant de la chimie et de la biologie.

    Un état d’âme quelque peu pénible le conduit à entreprendre une psychanalyse. Après cette expérience, la révélation de sa vocation analytique lui tombe sur la tête comme le ciel des Gaulois. Sa formation au sein de la structure de la Cause Freudienne, dans un premier temps, et des Forums du Champ Lacanien, dès la création du Forum de Liège, ensuite, va se poursuivre et se perfectionner pendant des années. Un analyste n’arrête jamais d’étudier. Sa pratique en cabinet privé débute en 1995.

    Comme défenseur de la langue française, l’auteur est trésorier de la Région Meuse et Moselle du Richelieu International Europe ainsi que de son Club local. Cette mouvance lui procure occasionnellement l’opportunité d’y prononcer des conférences sur ce qu’est l’humain, avec les lunettes du psychanalyste et de celles du lecteur de passages utiles de la Torah. L’étude élémentaire de l’hébreu lui permet de montrer que les grands questionnements sur l’humain, en relation avec le sacré, sont vieux comme le monde.

       L’importance du concept de signifiant et les trois registres que sont le symbolique, l’imaginaire et le réel donneront à l’auteur la vocation de proclamer, URBI ET ORBI, que prendre l’imaginaire pour la réalité est une insulte à l’esprit. M. Dieu s’en rend compte progressivement au cours de cette cure fictive qui, par bien des aspects, malgré les libertés d’intervention de l’analyste auxquelles l’auteur a recouru avec audace pour les besoins des rebondissements des échanges, comporte bien des situations analytiques plausible. Au travers du discours sur la Transcendance, l’ouvrage s’est aussi voulu quelque peu didactique sur le sujet de la psychanalyse.

       Les plus perspicaces des lecteurs arriveront peut-être à déceler la part commune qui, d’après l’auteur, appartient tant au concept de Dieu de la Parole qu’à celui de Dieu Créateur.

    Roland VREBOS, Le Cas Dieu, 18 €, 160 pp. format B5, ISBN 978-2-930698-50-2 disponible chez les libraires belges à partir du 10 mars et en France à partir du 15 mars 2018.

    Nous avons rencontré Roland Vrebos et l’avons interviewé.

    Lire la suite

  • 10 MARS : COLLOQUE DE LA LAICITE

    colloque_2018_001.jpg   Année après année, inlassablement depuis 1989, le Colloque de la Laïcité nous fixe rendez-vous dans les premiers jours de mars. Le Colloque fête donc ses 30 ans en cette année 2018 et nous donne rendez-vous le 10 mars au Château du Karreveld à Molenbeek, de 10 à 18h00, avec pour thème « Où en sont nos valeurs laïques ? » Des fondements laïques de la bioéthique à l’euthanasie, des cellules souches à l’Etat de droit démocratique et social, du féminisme à la contraception, du principe de laïcité aux passeurs de progrès de l’humanité, les interventions programmées sont variées et nombreuses (découvrez le programme complet en cliquant ci-dessous).

    Comme les années précédentes, les éditions Memogrames, dont l’ancrage et l’engagement laïques ne sont plus à démontrer, seront présentes par le biais d’un stand, avec un panel laïque de son catalogue, y compris les nouveautés parues en ce début mars, soit le roman de Jean Lemaître, Signé Zarco ! et le récit « psychanalytique » de Roland Vrebos, Le Cas Dieu. A noter que Roland Vrebos dédicacera son livre à l'issue du colloque, vers 17h00

    Lire la suite

  • Daniel Senesael, la Force de l'Envie

     d399c925-19f0-4449-9baa-2a6851cb3710_original.jpg  Il y aura de l’animation ce vendredi 9 mars, dès 18h00, au complexe sportif de Néchin, au cœur de l’entité d’Estaimpuis. Et ce n’est pas Gérard Depardieu, qui vient de se redomicilier dans la commune, qui sera au centre de cette agitation, mais le député-bourgmestre Daniel Senesael. En effet, sort de presse chez Memogrames le livre Daniel Senesael, la Force de l’Envie, qui retrace les quarante années d’engagement politique et les près de vingt-cinq ans de mayorat de cette personnalité socialiste hors du commun.

       Corédigé par Quentin Huart, Pauline Pruvost et Kevin Duvinage, et préfacé par le précité Depardieu, l’ouvrage ambitionne, au fil de 168 pages abondamment illustrées dans un agréable format carré, de vous restituer le rythme trépidant de l’action quotidienne de ce « p’tit roux » infatigable, à l’initiative d’une multitude de réalisations innovantes pour sa commune et ses quelque 10.300 concitoyens.

    logo AR+ pour cover.jpg   A l’instar des deux livres précédents, Daniel Senesael, Le goût des autres en 2008 et Daniel Senesael, l'Estaimpuisien, en 2012, le nouvel opuscule paraît chez Memogrames. Toutefois, Daniel Senesael, la Force de l’Envie constitue une première pour l’éditeur seneffois, puisqu’il s’agit du premier livre interactif, à « réalité augmentée », de son catalogue. En effet, grâce à un QR code en début de livre, qui permet de télécharger l’application Senesael AR Vidéo Livre, le lecteur pourra accéder à dix capsules vidéo. Au fil des pages, dès qu’apparaît le logo AR+, il suffit de diriger la webcam de l’IPhone ou de la tablette vers la photo : une vidéo démarre et complète dès lors l'information du lecteur sur le sujet évoqué à cette page du livre.

       Evidemment, le vendredi 9 mars à Néchin, Daniel Senesael dédicacera le livre à toutes celles et tous ceux qui lui en feront la demande. Le livre sera aussi disponible en librairie dans les prochains jours, prioritairement en Wallonie picarde.