Voltaire

MEMOGRAMES éditions de la mémoire - Page 4

  • DICTIONNAIRE DU PROTESTANTISME : UN OUVRAGE QUI FERA DATE.

     A l’occasion du 175e anniversaire de la fondation du Synode de l’Union des Eglises Protestantes Evangéliques du Royaume de Belgique, PRODOC (le Centre de Documentation du Protestantisme belge) et les Editions Memogrames ont publié, en octobre 2014 :

    Dictionnaire historique du Protestantisme et de l’Anglicanisme en Belgique du 16e s. à nos jours.

     

    couverture Dictionnaire du Protestantisme.jpg   Ouvrage couvrant cinq siècles d’histoire depuis les premiers martyrs exécutés sur la Grand-Place de Bruxelles en 1523 jusqu’à la célébration des 175 ans du Synode national de l’Eglise Protestante Unie de Belgique, en 2014, ce Dictionnaire est une première. Jamais auparavant, un livre n’a contenu autant d’informations fiables sur la famille spirituelle qu’est le protestantisme autochtone.

        Coédition de Prodoc - le Centre de Documentation du Protestantisme belge – et des éditions  Memogrames, l’ouvrage, de 464 pages au format A4, réunit 1.054 articles, rédigés par une équipe de 24 auteurs* sous la direction du Docteur Hugh Robert Boudin. La préface est une contribution de l’historien Hervé Hasquin, Secrétaire perpétuel de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-arts de Belgique.

         

    Que vais-je trouver dans ce Dictionnaire du Protestantisme belge ?

        Vous y apprendrez que Paul Hymans, Walter Ganshof van der Meersch et Jean Rey, trois ténors de la politique belge, étaient… protestants.

        Vous y découvrirez l’influence qu’une interprétation de la Bible a eue sur la stratégie de l’Armée belge retranchée derrière l’Yser.

        Vous y lirez comment des femmes telles que Marie d’Ennetières, Idelette de Bure, Isabelle Blume, Edith Cavell, Gabrielle Révelard, Audrey Hepburn et Lucienne Masquelier ont joué un rôle dans la société de leur époque.

        Vous y suivrez les péripéties des batailles de Heiligerlee, de Jemmingen et de Gembloux, ainsi que le déroulement du siège d’Anvers, où nos ancêtres, les armes à la main, ont défendu la liberté de croire selon sa conscience.

        Vous suivrez les pasteurs Guy de Brès, Adrien Saravia, Chrétien-Henri Vent, Paul Rochedieu,  Matthieu Schyns, Edouard Pichal et André Pieters au fil de leurs divers ministères.

        Vous pourrez y jauger l’impact qu’ont eu l’anglicanisme par William Tyndale, la famille Chantrell, les aumôniers militaires au front, les Conversations de Malines et l’apport œcuménique dans notre pays.

     Message du Président du Synode

     Au moment où nous fêtons le 175me anniversaire de la fondation du Synode de l’Union des Eglises Protestantes Evangéliques du Royaume de la Belgique - préfiguration de l’Eglise Protestante Unie de Belgique - la parution du présent Dictionnaire tombe à pic. Nous sommes reconnaissants à l’équipe dirigée par le Dr H. R. Boudin d’avoir accompli cette tâche de recherches et de rédaction. Elle contribuera puissamment à mieux faire connaître le protestantisme belge à nos concitoyens et à éclairer les motivations qui l’animent.

     Pasteur Steven H. FUITE, Président du Conseil synodal de l’Eglise Protestante Unie de Belgique - Verenigde Protestante Kerk in België.

     * Jacqueline ARENS, Louis C. ARENS, Daniel BERDITCHEVSKY, Hugh Robert BOUDIN, Pierre-Yves CHARLES, Jean-Louis CORNEZ, Vincent DUBOIS, André René DUMONT, Bernard ESPION, Laurent GAMBAROTTO, † Marie-Louise HUYGENS, Johanna JOUE, Marc LENDERS, Jacqueline LOMBART, Roger LORENT, † Pierre MAHILLON, Joëlle MAYSTADT, Gabriela RADERMACHER-DE RIDDER, Simone RICHELLE, Jean-Christian SOMBREFFE, Danielle TORFS-MASQUELIER, Alphonse VAN IMPE, Jean-Pierre van NOPPEN, Willy Otto Richard WILLEMS.

     

  • MONS, LA SEPTIEME PORTE

    Paru début novembre 2014, dans la collection Imhotep (dédiée à l’architecture), le nouveau livre du Montois Philippe YANNART, séduira les Montois passionnés par l’histoire de leur ville, les amateurs d’histoire ferroviaire ou d’architecture urbaine :

    MONS, LA SEPTIEME PORTE

    Comment l’arrivée du chemin de fer a donné naissance à un nouveau quartier montois

       Cet ouvrage de 192 pages au format 22,5 x 22,5 cm, sur luxueux papier glacé, propose de nombreux plans, cartes, photographies, dont des inédits. Il est en librairie depuis début novembre, notamment à Mons (André Leto, Scientia, Point du Jour, Mons où Venir, ...) et sera l'une des vedettes du stand Memogrames lors du salon du live Mon's Livre 2014, du 22 au 23 novembre.

    Mons, 7e porte - couverture définitive page 1.jpgPRESENTATION : En raison du rôle de place-forte qui lui avait été dévolu au cours des temps, dans le but de verrouiller la route menant à Bruxelles et aux Pays-Bas contre les Français, envahisseurs historiques de nos contrées, la ville de Mons est restée enfermée derrière de puissantes fortifications pendant près de six cents ans. De ce fait, aussi étonnant que cela puisse paraître, l’enceinte médiévale entourant la cité a subsisté jusqu’en 1816. Les divers maîtres de la ville - au gré des conquêtes et des reconquêtes - s’étaient contentés jusque là d’élargir et renforcer le dispositif existant par de vastes constructions, lesquelles s’étendaient parfois loin dans la campagne environnante, mais toujours en laissant debout l’ancienne fortification du Moyen-âge, ainsi que ses six portes. Ce n’est, en effet, qu’au cours du premier quart du 19e siècle qu’elle fut complètement rasée pour permettre l’édification d’une nouvelle enceinte dont la configuration parfaitement équilibrée n’avait pu tenir compte de l’ancienne défense, bien qu’elle restât très proche de celle-ci. Ainsi, pendant près de 600 ans (de 1289 à 1865), la ville est restée enfermée dans le même périmètre de fortifications. 

       Derrière ses murailles, Mons resta dès lors une petite ville de garnison refermée sur elle-même jusqu’au jour où le roi Léopold Ier et son gouvernement, souhaitant soutenir l’industrialisation du pays, décidèrent de mettre en place un réseau de chemins de fer pour relier les différents bassins industriels entre eux et atteindre les pays limitrophes. Six cents ans après l’enfermement de la ville dans une enceinte, une brèche allait être ouverte pour la première fois dans celle-ci, car, dans l’esprit des autorités, la voie de chemin de fer devait arriver au plus près de la ville et de ses habitants. Finalement, cette décision d’ouvrir la ville à ce nouveau moyen de locomotion allait avoir d’importantes répercussions car elle allait entraîner la transformation radicale de tout un quartier. Et pour cause, car cette nouvelle entrée, cette septième porte, s’avèrerait la plus fréquentée de toutes.

    picture for cover Mons 7th door 000.JPG   En raison de la topographie de la ville, seuls deux endroits pouvaient convenir à son implantation : le quartier du Béguinage au sud et le quartier de l’arsenal au nord-ouest. Les deux formules avaient chacune leurs partisans et leurs détracteurs, mais le choix définitif de l’emplacement de la gare se porta sur l’esplanade située derrière l’arsenal, au nord-ouest de la ville, site qui permettait des ouvertures dans les deux sens sans devoir amputer aucun quartier. Contre l’avis des militaires, on perça les murailles, et le rail arriva enfin à Mons en décembre 1841. L’apparition d’une septième porte d’accès à la ville n’ayant pas été prévue, il fallut aménager un accès en prolongeant l’artère la plus proche. Ce fut le premier pas dans la création d’un nouveau quartier, mais, en raison de la formidable expansion que connut rapidement le transport ferroviaire, la petite station de Mons, située sur le terre-plein d’un bastion, derrière un énorme arsenal casematé, devint rapidement inadaptée. Aussi, lors de la démolition des fortifications en 1865, fut-il question de la construction d’une nouvelle gare, plus spacieuse et mieux desservie, ainsi que de l’aména-gement de tout le quartier environnant. Ensuite, la décision fut prise de relier cette importante entrée avec le centre historique et les principales rues commerçantes de la cité. On consentit dès lors à de nombreuses démolitions : deux rues furent percées, on en élargit une troisième, puis on urbanisa leurs abords ainsi que ceux de la nouvelle place en lotissant les terrains libérés par la démolition de l’ancien arsenal. La place Léopold, que venaient rejoindre de spacieux boulevards, était née.

     102.JPG  En même temps, le chemin de fer prit, en Belgique, un essor considérable en parallèle avec la prodigieuse expansion économique que le pays connut alors. Une gigantesque toile de voies ferrées fut tissée sur tout le territoire, tout particulièrement dans les zones où les charbonnages étaient nombreux. C’est pourquoi Mons devint rapidement un nœud ferroviaire important. Des remises, ateliers et entrepôts de marchandises furent créés autour de la nouvelle gare, une liaison avec le transport fluvial fut établie, des lignes industrielles furent installées dans la ville même et, bien entendu, des commerces s’installèrent le long des nouvelles voiries, particulièrement des hôtels, des restaurants et des cafés. En 1884, un nouveau moyen de communication, complémentaire au transport ferroviaire, fut lancé au départ de la station afin de relier par voies ferrées les parties suburbaines et rurales: le tramway.

       Tout cela apporta une forte dynamisation du quartier qui ne fut interrompue momentanément que par les deux guerres, et ce, malgré la destruction totale de la gare par les bombardements du second conflit et la disparition de quartiers entiers d’habitations situés à proximité. La gare et les maisons furent reconstruites. Du matériel roulant fut racheté aux alliés, le réseau fut réparé, puis électrifié et modernisé. A partir de ce moment, Mons vit sa fonction « voyageurs » s’affirmer grandement, mais perdit petit à petit son rôle de gare de triage. Côté ville, la place de la gare fut remaniée maintes fois en fonction de l’évolution du trafic des transports en commun d’abord - trams, puis bus - mais surtout automobile. Enfin, le progrès technique et l’ouverture de la ville vers de nouveaux espaces situés derrière la gare entraînèrent la disparition des anciens entrepôts et ateliers, puis du bâtiment de la gare elle-même.

       Depuis sa création il y a 170 ans, ce mode de transport n’a cessé d’évoluer, et sera sans aucun doute encore appelé, dans l’avenir à se développer, entraînant avec lui la métamorphose du quartier. C’est cette longue et lente histoire que Philippe Yannart nous présente au fil des pages de cet ouvrage. Le récit, agrémenté de nombreux plans et illustrations, nous dévoile la passionnante interaction entre un nouveau moyen de locomotion qui connaîtra un vif succès et une petite ville moyenâgeuse. Il nous apportera toutes les explications sur l’évolution qu’ont connue à la fois la gare de Mons et le quartier qui l’environne, désormais appelés à devenir le point de liaison avec la ville moderne qui se construit par delà.

     

     

     

  • LES SAINT GEORGES DE FRANCE RENDENT HOMMAGE A CHARLES HENNEGHIEN

    Saint-Georges_du_Vièvre-15.jpg

       Ces 27, 28 et 29 juin 2014, se tenait à Saint Georges du Vièvre, en Normandie, le 27e rassemblement des Saint Georges de France. Memogrames y était convié et Charles Henneghien mis à l’honneur pour son livre Saint Georges et le Dragon, enquête sur le succès d’un mythe. Lors de l’Assemblée générale, notre auteur a reçu la médaille des Saint Georges, à l’issue d’une présentation élogieuse de son livre par un administrateur de l’Association des Saint Georges de France. Parallèlement, les prémices d’une coopération entre Saint-Georges-sur-Meuse (seul Saint Georges de Wallonie) et l’association française ont été esquissées : en effet, par l’entremise de Charles Henneghien et des éditions Memogrames, une délégation de la ville belge, conduite par son bourgmestre Francis Dejon, participait au rassemblement, aux côtés d’une délégation de l’association des San Giorgio d’Italie.

     

    Saint-Georges_du_Vièvre-5.jpg   Notre stand a retenu l’attention de nombreux participants et des dizaines d’exemplaires du livre de Charles Henneghien ont trouvé acquéreur. Le puzzle récemment édité et reprenant deux moments majeurs du "combat dit lumeçon" sur la Grand-Place de Mons a également connu un franc succès. Le dépliant de l’Office du Tourisme de Mons consacré au Doudou a été distribué à plusieurs centaines de visiteurs, qui découvraient pour la plupart la tradition ancestrale du combat de saint Georges et du Dragon à Mons. Plusieurs comités locaux et nombre d’individuels, notamment des habitants de Saint Georges de Mons (dans le Puy de Dôme), de Saint Georges du Vièvre ou de Saint Georges de Montaigu (en Vendée), envisagent le déplacement pour la Ducasse montoise en 2015. Memogrames a été invité officiellement à être présent en juin 2015 à Sait Georges d’Aurac, pour la 28e édition. 

     

    Saint-Georges_du_Vièvre-7.jpg   Le vendredi 27 juin, de nombreuses délégations étaient déjà sur place et certains partaient dès 8h.00 du matin pour un circuit dédié à l’histoire, avec visite de Juno Beach et du Mémorial de Caen. En soirée, le repas en musique s’est prolongé par un spectacle en hommage à Bourvil, suivi d’une retraite aux flambeaux et d’un feu d’artifice.

       Le samedi, les participants avaient l’embarras du choix : circuits touristiques, parcours pédestres, défilés de Solex, départ d’une montgolfière… tandis que les maires se réunissaient en assemblée générale, pour approuver rapports moral et financier, renouveler le bureau, accueillir les délégations italiennes et belge et rendre hommage à Charles Henneghien pour son livre.

     

      Quant au dimanche, malgré une méchante averse en matinée, des centaines de personnes se pressaient autour des stands des différents saint Georges pour y déguster les spécialités gastronomiques des unes et des autres : galettes bretonnes, huîtres de Saint Georges d’Oléron ou de Saint Georges sur Rivière, cidre, pommeau, calvados, vins de pays, charcuteries fines, eaux minérales du Puy de Dôme, … Il n’y avait que l’embarras du choix ! Le public pouvait aussi découvrir une concentration de véhicules anciens, apprécier divers groupes musicaux, s'informer sur les opportunités touristiques de la région auprès de l'O.T. de Saint Georges du Vièvre ou solliciter une dédicace de Charles Henneghien sur le stand de Memogrames. Après le défilé des Saint Georges dans les rues du villages, en clôture, le public put découvrir le nouveau bureau de l’association, ainsi que le Saint Georges en charge de l’édition 2015. Un jeune arbre, baptisé "arbre des Saint Georges" et qui doit trouver place dans le village, reçut symboliquement en guise de terreau un mélange des terres de tous les Saint Georges présents. Le rassemblement se termina tard, par un bal en l'honneur des bénévoles 2014. 

     

     

    copyright photos Charles Henneghien et Luc Verton

  • Charles Henneghien et saint Georges sur La Première

    Memogrames - saint Georges et le Dragon - cover -isbn 978-2-930698-00-7.jpg   Ce dimanche 15 juin 2014 sur la Grand-Place de Mons, Saint Georges a terrassé une nouvelle fois le dragon ! Mais, dès ce vendredi 13, Laurent Dehossay interviewait longuement Charles Henneghien sur La Première (RTBF Radio), dans le cadre de l'émission "Un Jour dans l'Histoire ». En cliquant sur la couverture du livre « Saint Georges et le Dragon : enquête sur le succès d’un mythe », vous pouvez réécouter cette émission.

       Par ailleurs, Memogrames a prolongé le livre sous forme d’un petit puzzle double face (54 pièces, format 22 x 33 cm, 12 €), reproduisant des photos de Charles Henneghien immortalisant deux moments cruciaux du combat dit Lumeçon. Le puzzle est disponible dans diverses librairies et autres commerces montois ou directement chez l’éditeur (nous consulter par mail : memogrames@yahoo.fr 

     

    Max'iM Memogrames jeunesse - puzzle saint Georges et le Dragon - vue panoramique.jpg

     


  • MEMOGRAMES AU RASSEMBLEMENT ANNUEL DES SAINT GEORGES...

     

     affiche saint georges de France 2014.jpg  A moins d’une heure du Havre ou de Rouen, ou encore de la côte normande, de Honfleur, Deauville ou Trouville et des plages du débarquement, la commune de Saint Georges du Vièvre, dans le département de l’Eure, sera, ces 27, 28 et 29 juin, le point de convergence des saint georgeois de toute la France. C’est en effet durant le dernier week-end de juin que se tiendra dans ce village normand le 27e Rassemblement annuel de l’Association des Saint Georges de France (n.b. 112 villes, villages ou hameaux de France partagent le patronyme de Saint Georges et 79 sont fédérées dans l’association). Et le programme est varié : excursion au Mémorial de Caen, circuits automobiles, pédestres et équestres, exposition, tournois sportifs, dégustations des produits gastronomiques des uns et des autres, banquets, bal, … A noter aussi que, pour la première fois, parallèlement à une « ambassade » des San Giorgio d’Italie, une délégation de Saint-Georges-sur-Meuse, emmenée par son Bourgmestre, sera présente.

        Suite à la publication du livre de Charles Henneghien, Saint Georges et le Dragon, Enquête sur le Succès d’un Mythe, en février dernier, les éditions Memogrames ont été invitées par les organisateurs. Nous disposerons donc d’un stand, contigu à celui de l’Office du Tourisme de Saint Georges du Vièvre, où nous proposerons le livre de Charles Henneghien, ainsi que le puzzle, un produit dérivé que nous venons d’éditer à l’occasion de la Ducasse de Mons. Charles Henneghien sera présent en dédicace le samedi et le dimanche. D’autres titres seront également du voyage, tandis que nous nous ferons aussi ambassadeurs culturels de Mons 2015, mandatés par l’Office du Tourisme de Mons pour encourager le public français à venir découvrir la Cité du Doudou.   

     

  • Conscience athée - RTBF - La Pensée et les Hommes

    MEMOGRAMES -RIXHON Conscience athée - cover.jpg   Dans le cadre de l’émission télévisée laïque La Pensée et les Hommes (diffusion le mardi 3 juin en fin de soirée – vers 0h.10 - sur La Une, rediffusion le lundi 9 juin à 18h.55 sur La Trois et sur le thème « Je fus prêtre, je suis athée », Jacques Lemaire reçoit Noël RIXHON pour évoquer son livre paru en septembre 2013 chez Memogrames : Conscience athée.

       Ce livre est à la fois témoignage et réflexion d’un athéisme radical. Un athéisme mûrement et intensément réfléchi, discuté, élucidé, mis au point… Athée, on l’est non par bravade, ni par désir ou plaisir d’être libéré d’une religion trop pesante, mais par retour à l’« essentielle nudité» de son esprit, libéré des aberrations religieuses. Et par réalisme, par volonté de se brancher lucidement sur le seul réel qui soit : un monde tel qu’il est, tel qu’il nous apparaît, nous intrigue, nous émerveille, nous scandalise et qui sans Dieu n’est pas un monde vide, mais est plein de vie, porteur de valeurs, où il y a tant à faire et qu’il est manifestement déraisonnable, imprudent et dangereux de vouloir construire fondamentalement sur l’hypothétique, l’invérifiable, l’imaginaire. Pourtant, si l’on naît sans aucune imprégnation religieuse, instantanément, on est pris, «emmailloté, bercé, nourri » au sein d’une culture pénétrée de tradition religieuse.

       L’auteur a connu ce parcours : naissance, enfance, jeunesse sous forte empreinte paysanne, foncièrement religieuse catholique, éducation débouchant sur une formation et l’accès à la prêtrise ; et puis, prise de conscience athée vécue comme une conversion à sa propre vérité intime, force positive, facteur de libération humaine.

     

    Noël RIXHON, Conscience athée, 208 pages au format B5, septembre 2013, éditions Memogrames, 22,00 €, ISBN : 2-930418-72-9, chez tout bon libraire ou en commande directe chez l’éditeur (par téléphone : 067/63.71.10 – par télécopie : 067/63.70.87 ou e-mail : memogrames@yahoo.fr). En Belgique, envoi offert aux particuliers.

  • EN TELEVISION... LA PENSEE ET LES HOMMES

     

    Memogrames cover bioetique.jpg   Dans le cadre de l’émission télévisée laïque La Pensée et les Hommes (diffusion le dimanche 25 mai à 9h.20 sur La Une, rediffusion le samedi 31 mai à 10h.30 sur La Une et le mercredi 4 juin à 18h.55 sur La Trois) et sur le thème « Vous avez dit humain ! Jusqu’où aller trop loin ? », Jacques Lemaire reçoit Charles Susanne et Nicole Decostre pour évoquer l’ouvrage collectif paru chez Memogrames : Bioéthique : pour un Progrès de l’Humanité.

       Cet ouvrage initié par l’association Darwin, sous la direction de Charles Susanne et Georges Sand, réunit plus de 30 contributions de personnalités scientifiques, médicales ou philosophiques* autour du thème de la bioéthique, à envisager comme un progrès pour l’humanité, nonobstant les combats d’arrière-garde d’esprits réactionnaires emprisonnés dans leurs dogmes. Il synthétise à souhait la pensée laïque L’objectif des auteurs est de proposer, dans un esprit réellement humaniste, un outil de réflexion pour approfondir le raisonnement bioéthique et poser les questions essentielles de la vie, de la mort et des avancées scientifiques récentes en dehors des conceptions dogmatiques de l'être humain.

        L'histoire humaine est faite de nouveautés technologiques qui, toutes et toujours, ont été accompagnées d'espoirs de vie meilleure, mais aussi de craintes d'utilisation négative. Il est donc le devoir de tout citoyen probe et libre de s'informer, de mesurer correctement les enjeux et, si bienfaits il y a, d'œuvrer pour les faire partager à toute l'humanité, de la manière la plus solidaire possible.

        Les bases d'une bioéthique générale, qui peuvent être admises par tout être humain, ou plutôt que personne de bonne foi ne saurait récuser quelle que soit sa philosophie ou sa religion, sont celles de raisonnements basés sur la connaissance, celles de l'égalité et de la liberté des êtres humains, celles de leur fraternité, donc de leur solidarité.

        Charles Susanne et Georges Sand, directeurs de la publication, nous avertissent d’emblée, en introduction : « (…) Les domaines de la bioéthique sont aussi larges que les sciences de la vie. La bioéthique médicale en fait partie, mais aussi bien d’autres disciplines s’y retrouvent : de la biologie moléculaire à la génétique, de la biochimie à l’embryologie, certains aspects de l’écologie et des sciences environnementales. Elle a donc une implication globalisante. (…) » Et de préciser que cette problématique ne relève pas des seuls spécialistes : « (…) La bioéthique ne peut pas être ésotérique ; elle doit être ouverte à un large public. Point n’est besoin de détenir un diplôme en médecine, en sciences ou en philosophie, elle est l’affaire de tous. (…) »

    * Contributions de : Henri ALEXANDRE, Jean-Jacques AMY, Jan BERNHEIM, Serge BLECIC,Gabrielle CAERS, Peter G. DECONINCK, Nicole DECOSTRE, Pierre DELVOYE (1945-2011), Jacques DE PAEPE, Pierre GALAND, Jacqueline HERREMANS, Philippe HORLAIT, Georges LIENARD, Serge LOWAGIE, Monique MAHIEU, Alex MAURON, Marie-Christine MAUROY, Jean-Noël MISSA, Laurence PERBAL, Aldo PERISSINO, Julie PERNET, Marie-Geneviève PINSART, Pol RAVEZ, Georges SAND, Jeanine Anne STIENNON-HEUSON, André STIEVENART, Charles SUSANNE, Dag THULIN, Doris VISPOEL, Marcel VOISIN, Myriam WAUTERS, John WERENNE.

    Bioéthique : pour un progrès de l’humanité, ouvrage collectif sous la direction de Charles Susanne et Georges Sand, éditions Memogrames, 27,50 €, ISBN : 2-930418-91-5, chez tout bon libraire ou en commande directe chez l’éditeur (par téléphone : 067/63.71.10 – par télécopie : 067/63.70.87 ou e-mail : memogrames@yahoo.fr). Les commandes directes de particuliers leur sont acheminées sous les 24h.00 et sans frais d'expédition. 

     

  • Décès de Marie-Louise Prévot, la veuve d'Eugène Mattiato

    Marie-Louise Mattiato - juin 2007 - bibliothèque Yourcenar - photo maurice Robert.jpg    La nouvelle nous est parvenue dans le courant de la journée : Marie-Louise Prévot, la veuve de l'écrivain carolorégien d'origine italienne Eugène Mattiato (1910-1991), s'est éteinte ce 24 mai en début de matinée, dans sa quatre-vingt-quatrième année, des suites d’une longue maladie.

       Depuis 2006, les éditions Memogrames avaient publié, à l'instigation de Marie-Louise (et avec sa complicité active : elle retranscrivait tous les manuscrits sur son ordinateur pour nous en permettre l’édition), les meilleurs romans* d'Eugène Mattiato, restés inédits de son vivant, nonobstant le succès considérable de La Légion du Sous-Sol, fin des années 1950.

       C’était à l’occasion d’un cocktail de présentation du livre Parkinson s’est invité chez nous, en 2006 : Marie-Louise Prévot vint à moi et me demanda tout de go : « Connaissez-vous Eugène Mattiato ? » Comme je le situais en parallèle à Constant Malva parmi les écrivains prolétariens, elle m’annonça : « C’était mon mari. J’ai les manuscrits de plusieurs romans qui parlent de la mine et qui sont restés inédits malgré les efforts d’Eugène. Cela vous intéresse-t-il ? » Une semaine plus tard, j’étais à Charleroi dans son appartement, découvrant les tapuscrits de Fils de Houilleur, de la Babel des Ténèbres, du Baiser à la Morte, … Confiante, elle me remit sans hésiter plusieurs documents originaux, déjà convaincue que j’allais devenir l’éditeur à titre posthume d’Eugène Mattiato. Elle ne s’était pas trompée !

       Marie-Louise Mattiato était toujours follement amoureuse de son défunt mari et chaque parution d’un roman, chaque conférence, hommage ou commémoration que nous avons organisés, souvent en partenariat avec Le Bois du Cazier, était un moment privilégié pour elle, un instant de communion avec « son Eugène », un instant de pur bonheur qu’elle savait partager avec ses proches.

       Depuis quelques temps, elle était inquiète de ce que deviendraient les archives liées à l’activité littéraire et aux divers engagements culturels et militants d’Eugène : nous avons pu la convaincre, avec Jean-Louis Delaet et Alain Forti, de les confier au Bois du Cazier, dans le cadre d’un Fond Eugène Mattiato.

       Marie-Louise sera inhumée aux côtés d’Eugène Mattiato ce mercredi 28 mai : nous serons là pour lui dire au revoir.

    Luc Verton, Directeur des éditions Memogrames  

     

    conférence Mattiato primo levi - vue de la salle.jpg

     

    Juin 2007, à la bibliothèque communale Marguerite Yourcenar de Marchiennes-au-Pont : Louise est au premier plan, robe rose et tailleur blanc.

    (c) Photo Maurice Robert 

    * Fils de Houilleur, La Babel des Ténèbres, Le Baiser à la Morte, Les Fils de la Louve, Journal d'un Parkinsonien

  • LA GRANDE GUERRE DES SOIGNANTS... à nouveau disponible !

    Memogrames - Loodts-Masson - La Grande Guerre des Soignants 2e édition - cover.jpg

    Victime de son succès, le livre de Patrick Loodts et d'Isabelle Masson-Loodts, La Grande Guerre des Soignants, paru en janvier 2009, était épuisé depuis quelque temps déjà. A l'occasion du centenaire du début du premier conflit mondial, Memogrames a donc sollicité les auteurs pour proposer aux lecteurs une nouvelle édition, revue et corrigée, complétée de nombreux documents photographiques, souvent inédits, le tout sous une nouvelle couverture et dans le format B5, plus aéré et donc plus agréable que le A5 de la première édition. Le livre de 416 pages, proposé à 30 €, est sorti de presse ce 15 mai et sera progressivement disponible dans toutes les bonnes librairies d'ici quelques semaines. Le livre est déjà arrivé à la Boutique du Musée de l'Armée à Bruxelles, à la librairie de l'Escadron, à Etterbeek, à la librairie Croisy à Bastogne... En France, en plus des librairies en ligne habituelles, le ligne peut être commandé via le site du Mémorial de Verdun.   

    Patrick LOODTS et Isabelle MASSON-LOODTS, La Grande Guerre des Soignants - Médecins, infirmières et brancardiers de 1914-1918, Collection Arès, éditions Memogrames, Prix : 30,00 € - ISBN 978-2-930698-03-8 

     

  • NOEL RIXHON EN TELE ET A LA MAISON DE LA LAICITE DE BINCHE

    L’émission philosophique La Pensée et les Hommes programmée le mardi 6 mai 2014 sur La Une (RTBF) en fin de soirée et rediffusée le lundi 12 mai sur La Trois à 18h.55 aura pour thème : « Je fus prêtre, je suis athée. L’athée n’est pas un nihiliste. » . Jacques Lemaire reçoit en effet Noël Rixhon pour parler de son livre paru chez Memogrames, Conscience athée.
    Issu d’une famille catholique très croyante, Noël Rixhon, nonobstant une intuition, dès le plus jeune âge, de l’inexistence de dieu – inadmissible dans son milieu familial, fréquenta un collège diocésain et fut ordonné prêtre. Mais son intuition de jeunesse devint bientôt certitude et il rompit définitivement avec le monde catholique. Il est l’un des fondateurs de l’ABA, l’Association Belge des Athées, et en est un des administrateurs. Fin connaisseur de la vie et de l’œuvre du curée athée du 18e siècle, Jean Meslier, Noël Rixhon affiche volontiers un athéisme radical et décomplexé : « L'athée, dit-il, n'est en rien un être sans foi ni loi. Ayant retrouvé son "essentielle nudité", débarrassé de tout a priori, il peut faire preuve d'un réalisme lucide et respectueux des choses, d'un humanisme radical lorsqu'il ose mettre sa foi qu'en l'Humain... malgré tout : si celui-ci est capable du meilleur, il l'est aussi du pire.»
    Noël Rixhon est aussi l'invité de la Maison de la Laïcité de Binche le dimanche 11 mai, de 10h.30 à 12h.30, dans le cadre des "Apéros littéraires" pour y parler de son engagement athée et de son livre.
    Le livre Conscience athée est vendu au prix de 22 € (ISBN 2-930418-72-9 – 208 pages) en librairie ou en commande directe chez Memogrames (frais d’envoi offerts pour toute adresse en Belgique – adressez votre commande à memogrames@yahoo.fr en précisant les coordonnées complètes de l’adresse de livraison et un numéro de téléphone et/ou de portable).

  • LE SOLEIL AU RENDEZ-VOUS POUR LE PRINTEMPS DU LIVRE DE MONTAIGU

    affiche Montaigu 2014.png   Le Soleil brille sur la Vendée, à la veille de la 26e édition du Printemps du Livre de Montaigu. Ce rendez-vous littéraire sous un vaste chapiteau, à proximité immédiate du Théâtre de Thalie, c’est 40 stands, plus de 20 maison d’édition, 250 auteurs en dédicace et… 35.000 visiteurs attendus (énorme pour un salon régional quand on sait que la Foire du Livre de Bruxelles revendique 70.000 visiteurs en 5 jours).  

       Memogrames y participe pour la première fois et attend le public vendéen sur le stand 15, et particulièrement les enseignants ce samedi 12 avril, car Rémi Boyer, coauteur du guide pratique Souffrir d’enseigner… Faut-il rester ou partir ? sera présent toute la journée pour dédicacer son ouvrage et dialoguer avec les professeurs en mal-être de leur métier (voir notamment le dossier de Marianne N° 885 du 4 au 10 avril).

       Bien évidemment, le roman du Parisien Frédéric Maillard Les Référents, paru mi-mars,est mis à l’honneur, tandis que le Saint Georges et le Dragon – enquête sur le succès d’un mythe, du reporter photographe montois Charles Henneghien devrait retenir l’attention de nombre de visiteurs, puisque la commune de Saint-Georges de Montaigu est toute proche. Les libres-penseurs des Pays de Loire pourront aussi découvrir les écrits de Marcel Voisin (Question(s) de Démocratie(s) et Insolences), les essais de Noël Rixhon, Conscience athée, de l’Américain Ronald Aronson, Vivre sans Dieu, de Charles Susanne, Science et Religion, guerre ou paix ?, du groupe de réflexion Darwin, Bioéthique, Pour un avenir de l’humanité, ou encore les actes du colloque international consacré à l’euthanasie (Marc Mayer, L’Euthanasie, une sérénité partagée, une question de santé publique),… Les amateurs d’histoire militaire seront aussi à la fête avec nos ouvrages dédiés à la période napoléonienne, la biographie du chevalier wallon Godefroid de Thuin ou la monographie d’Eric Simon, Les Pelotons d’Eclaireurs régimentaires.

       L’entrée de ce salon est gratuite et le Printemps du Livre de Montaigu est ouvert ces vendredi 11, samedi 12 et dimanche 13 avril de 10h.00 à 19h.00.

  • Ducasse de Mons et Saint Georges sur La Première ce dimanche 13 avril...

     

    Et dieu dans tout ca.jpgL’émission radiophonique Et Dieu dans tout ça ? animée par Jean-Pol Hecq sur la Première RTBF du dimanche 13 avril- de 11 à 12h.00* - aura un parfum montois… Les invités du jour sont en effet Charles Henneghien, qui vient de publier chez Memogrames Saint Georges et le Dragon – enquête sur le succès d’un mythe, Benoît Kanabus, chercheur UCL, qui a présidé à la rédaction La ducasse rituelle de Mons, paru chez Racine, Gérard Bavay, historien, chargé de cours à l’UCL et à la Haute Ecole Louvain en Hainaut, et Renaud Zeebroek, sociologue, chargé de cours à l’UMons et responsable du secteur Ethnologie au Ministère de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

     

    Le site de l’émission précise : « A Mons, depuis plus de 700 ans, le combat mythique se rejoue chaque année avec une ferveur populaire qui étonne toujours autant les observateurs. Inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, le « Doudou » est en tout cas parfaitement révélateur de la permanence de certains symboles à travers les temps et les lieux. Deux livres viennent d’ailleurs de rassasier la curiosité des amoureux de ce qui est sans nul doute l’une des plus authentiques traditions populaires wallonnes. Le premier est un ouvrage collectif de haut niveau qui passe en revue de manière pratiquement exhaustive les arcanes de la ducasse de Mons avec sa procession et son fameux combat de Saint Georges contre le dragon. L’autre est le fruit de plusieurs dizaines d’années de travail d’un photographe passionné et qui montre combien Saint Georges est mondialement révéré, y compris hors Europe et jusque dans certaines contrées musulmanes. Mais au-delà de l’actualité éditoriale, ces deux livres posent également une question aussi vieille que le monde: ces figures et ces traditions léguées par le passé sont-elles l’expression d’une intense foi populaire et spontanée ou bien le fruit d’un savant travail de propagande religieuse et politique dont les traces sont « miraculeusement » arrivées jusqu’aujourd’hui ? Une question qui reste d’une totale actualité à la veille de la consécration de la petite ville hennuyère comme Capitale culturelle de l’Europe … »

    *rediffusion le dimanche 13/04 en soirée de 23h.15 à minuit

     

     



     

  • SALONS DU LIVRE ET AUTRES RENDEZ-VOUS

    Memogrames n’était pas à la Foire du Livre de Bruxelles : furieux du traitement subi en 2013, nous avons fait nos comptes. Le budget nécessaire les années précédentes pour être à Tour et Taxis nous permet d’être présent à une demi-douzaine d’autres salons du livre, où les exposants ne sont pas saignés tels des gorets et où, à l’exception de Paris, la petite édition indépendante n’est pas écrasée par les mammouths de l’édition parisienne. Dès lors, notre agenda 2014 s’est-il gonflé de nouveaux rendez-vous. Des salons du livre et d’autres événements… En voici l’inventaire pour le premier semestre.

    AfficheSalon2014Luxembourg.jpgDu vendredi 14 au dimanche 16 mars – Salon du Livre et des Cultures de Luxembourg, à Luxexpo – Luxembourg – Kirchberg. Nous devions être présents à Luxembourg. Un contretemps indépendant de notre volonté en a décidé autrement : nos excuses aux organisateurs et au public luxembourgeois qui n'aura dès lors pas l'opportunité de découvrir nos ouvrages et rencontrer plusieurs de nos auteurs. Nous avons convenu avec les organisateurs que nous serions là en 2015.

    Plus d’infos : http://www.clae.lu/html/m2sm2ssm1_2014/m2sm2ssm1_2014.html

     Du vendredi 21 au lundi 24 mars – Salon du Livre de Paris - Parc des expositions de la Porte de Versailles (Espace Savoir et Connaissances – stand S68).  Le salon inaugure un nouvel espace, Savoir et Connaissances, ayant pour ambition de rassembler les acteurs qui produisent, éditent et diffusent les contenus du savoir et de la connaissance. C’est là que nous serons, au stand S68, avec un bataillon d’auteurs en dédicace !

     logo Savoir et connaissances.jpgLe vendredi 21 mars : Nicole DECOSTRE, de 12 à 14h.00 - traductrice de Ronald Aronson,Vivre sans Dieu et coauteur de Bioéthique, un avenir pour l’humanité - Marcel VOISIN, de 15 à 18h.00 – Insolences – Question(s) de Démocratie(s) – Bioéthique, un avenir pour l’humanité - Noël RIXHON, de 14 à 18h.00 – Conscience athée (N.B. dédicaces de Rémi BOYER et Charles HENNEGHIEN prévues ce vendredi annulées pour cause d'événements impromptus : ces deux auteurs seront là le samedi)

    Le samedi 22 mars : Marc MAYER, de 10 à 14h.00, Euthanasie, une sérénité partagée, une question de santé publique - J.M. HORENSTEIN, de 10 à 14h.00 - Souffrir d’enseigner… Faut-il rester ou partir ? - Rémi BOYER, de 14 à 18h.00 - Souffrir d’enseigner… Faut-il rester ou partir ? - Charles HENNEGHIEN, de 16 à 20h.00 – saint Georges et le Dragon – Enquête sur le succès d’un mythe

    Le dimanche 23 mars : Rémi BOYER, de 10 à 14h.00 - Souffrir d’enseigner… Faut-il rester ou partir ? - Charles HENNEGHIEN, de 14 à 18h.00 – saint Georges et le Dragon – Enquête sur le succès d’un mythe - Marcel VOISIN, de 14 à 19h.00 – Question(s) de Démocratie(s) - Insolences

    Le lundi 24 mars : Marcel VOISIN, de 10 à 16h.00 – Question(s) de Démocratie(s) – Insolences - Nicole DECOSTRE, de 10 à 16h.00 - traductrice de Ronald Aronson,Vivre sans Dieu et coauteur de Bioéthique, un avenir pour l’humanité

    affiche salon de bondues.pngLes Samedi 29 et dimanche 30 mars – Salon du Livre de Bondues-Lille métropole – Espace Poher, 6 chemin Saint Georges – Bondues

    Un stand de 9 m² pour présenter l’ensemble de notre catalogue à nos voisins du Nord de la France et leur proposer de rencontrer deux de nos auteurs. Le samedi, Frédéric Maillard nous viendra de Paris avec son roman fraîchement sorti de presse, Les Référents. Un roman entre science-fiction et problématique sociétale à lire au plus vite. Le dimanche, Marc Mayer évoquera avec les visiteurs l’état d’avancement du dossier Euthanasie en Belgique, en France et ailleurs, avec le livre L’Euthanasie, une sérénité partagée, une question de santé publique. Nicole Decostre et Marcel Voisin seront aussi présents le samedi . (http://www.salondulivrebondues.fr/ )

    Le dimanche 6 avril – 14e édition de Livres en Fête à Villerupt, sur le thème « d’ici, d’ailleurs » Après le Nord de la France, nous serons donc dans le Nord-Est, en Lorraine, dans le bassin minier de Longwy. Un petit salon d’initiative associative, où faire de belles rencontres dans la simplicité et la convivialité.

    affiche Montaigu 2014.pngDu vendredi 11 au dimanche 13 avril – Printemps du Livre de Montaigu. On sera alors en Vendée et plus précisément dans le bocage vendéen. Ce rendez-vous littéraire à l’initiative de la Communauté de communes Terres de Montaigu accueille annuellement plus de 30.000 visiteurs. La plupart d’entre eux découvriront pour la première fois notre maison d’édition. Rémi Boyer, le président de l’association Aide aux Profs et coauteur de Souffrir d’Enseigner… Faut-il rester ou partir ? sera présent sur notre stand le samedi toute la journée. Avis aux enseignants du Sud-Ouest !  

    Le dimanche 11 mai, à 10h.30 – Apéro littéraire à la Maison de la Laïcité de Binche : Noël RIXHON y présente son livre Conscience athée, paru chez Memogrames en octobre 2013. A l’issue de la conférence, le public pourra acquérir ce livre et les autres titres de notre catalogue en liaison avec la laïcité.

    Les samedi 31 mai et dimanche 1er juin – commémoration de la Bataille de Ligny, la dernière victoire de Napoléon Ier (2 jours avant Waterloo). Nous avons coédité, voici quelques années, avec le musée local, Ligny 16 juin 1815, la dernière victoire de l’Empereur et en préparons une réédition. Nous avons aussi réalisé pour compte du S.I. la carte des circuits pédestres sur le champ de bataille. Nos amis du Centre Général Gérard nous réservent dès lors un emplacement pour y présenter nos ouvrages dédiés au Premier Empire. Ce sera l’occasion d’une avant-première, avec "Waterloo 1815, l'Ultime Bataille", le livre de Daniel Dumoulin, consacré au champ de bataille de Waterloo (récit de la bataille, les lieux à découvrir, le tourisme sur le site au fil des deux siècles écoulés), à paraître courant mai.

    Le dimanche 8 juin, à 10h.30 – Apéro littéraire à la Maison de la Laïcité de Binche : Marcel VOISIN y présente ses livres Question(s) de Démocratie(s) et Insolences. A l’issue de la conférence, le public pourra acquérir ces livres et les autres titres de notre catalogue en liaison avec la laïcité.

    Du vendredi 27 au dimanche 29 juin – Rassemblement annuel des Saint-Georges de France, à Saint-Georges de Vièvre (en Normandie). Avec la parution du livre de Charles Henneghien, saint Georges et le Dragon, enquête sur le succès d’un mythe, l’association des Saint-Georges de France (79 communes sur les 112 de l’Hexagone qui portent le nom de Saint-Georges) a découvert notre maison d’édition et les organisateurs du rassemblement 2014 ont souhaité notre présence parmi eux fin juin. Nous avons accepté bien volontiers cette escapade normande…

    Quant aux rendez-vous d’après été, nous en reparlerons en détail plus tard : sachez que nous serons Généatica 2014, au Salon du Livre de Blegny, au Salon du Livre de Marchiennes, à la 25e Heure du Mans (ou à Blois, aux Rendez-vous de l’Histoire, nous hésitons encore entre ces deux magnifiques salons organisés le même week-end), à Tournai la Page, à Mon’s Livre, … Tout un programme !

     

  • SOUFFRIR D'ENSEIGNER... Premier tirage déjà épuisé !

       L’Association Aide aux Profs et son partenaire éditorial, Memogrames – les Editions de la Mémoire, l’espéraient secrètement, mais pas dans un délai aussi court : le livre de Rémi Boyer et José Mario Horenstein Souffrir d’Enseigner… Faut-il rester ou partir ? est déjà en réimpression suite a son succès fulgurant, témoin d’un profond malaise parmi les enseignants français.

     Cover Souffrir d enseigner-éditions Memogrames.jpg  Présenté en octobre dernier, ce guide à destination des personnels enseignants en difficulté, hésitant entre la poursuite de leur carrière pédagogique et une réorientation professionnelle, n’arrête plus de faire parler de lui : double page dans Libération, interview sur le site du Monde, multiples échos dans la presse syndicale et pédagogique, participation des auteurs à divers colloques et conférences… Il n’en a pas fallu plus pour que les 1.000 exemplaires du tirage initial (un tirage modeste, mais prudent pour un guide spécialisé) soient vendus.

       Mais pas d’inquiétude : l’imprimeur de Memogrames a du répondant et le stand S68, dans l’Espace Savoir et Connaissances, au Salon du Livre de Paris, du 21 au 24 mars, ne sera pas en rupture de stock. Les enseignants en visite au Salon pourront y rencontrer Rémi Boyer (Ve 21/03 de 14 à 19h.00 – Sa 22/03 de 14 à 18h.00 – Di 23/03 de 10 à 14h.00) et José Mario Horenstein (Sa 22/03 de 10 à 14h.00) en dédicace. L’occasion aussi de découvrir Memogrames, un éditeur agitateur d’idées et passeur de mémoire, avec des ouvrages souvent pointus sur des sujets d’actualité pas toujours faciles : euthanasie, bioéthique, mariage pour tous, relations de la science et des religions, progrès médicaux, …  

       A noter par ailleurs qu’Aide aux Profs fixe rendez-vous aux enseignants le mercredi 18 juin 2014 à Paris (de 9 à 18h.00, à la Bourse centrale du Travail - Salle Eugène Varlin – 3, rue du Château d’Eau – Paris 10e) pour un colloque sur le thème : Souffrir d’enseigner : peut-on l’éviter ? (plus d’infos sur le site d’Aide aux Profs)

  • Memogrames au Salon du Livre de Paris

    logo paris 2014.png

     

    En 2014,Le Salon du Livre de Paris inaugure un nouvel espace, Savoir et Connaissances, ayant pour ambition de rassembler les acteurs qui produisent, éditent et diffusent les contenus du savoir et de la connaissance. C’est là que Memogrames vous attend, au stand S68, avec un bataillon d’auteurs en dédicace !  Par ailleurs, un choix des œuvres de fiction de notre catalogue seront proposées au public sur le stand Belgique Wallonie-Bruxelles (stand P48).

    Le vendredi 21 mars : Nicole DECOSTRE, de 12 à 14h.00 - traductrice de Ronald Aronson,Vivre sans Dieu et coauteur de Bioéthique, un avenir pour l’humanité - Marcel VOISIN, de 15 à 18h.00 – Insolences – Question(s) de Démocratie(s) – Bioéthique, un avenir pour l’humanité - Noël RIXHON, de 14 à 18h.00 – Conscience athée - Charles HENNEGHIEN, de 18 à 20h.00 – saint Georges et le Dragon – Enquête sur le succès d’un mythe - Remi BOYER, de 14 à 19h.00 – Souffrir d’enseigner… Faut-il rester ou partir ?

    A noter aussi que, de 13h.30 à 14h.30, Marcel VOISIN participe au débat « Quel point commun y a-t-il entre le commerce des charmes et celui des organes ? Traiter le corps humain comme une marchandise a un prix ... », animé par Nicolas REVOY, en compagnie de Lisa BARNÉOUD (Belin) et Bernard ANDRIEU (Liber/ArmandColin), au forum S80 de Savoir et Connaissances. 

    Le samedi 22 mars : Marc MAYER, de 10 à 14h.00, Euthanasie, une sérénité partagée, une question de santé publique - J.M. HORENSTEIN, de 10 à 14h.00 - Souffrir d’enseigner… Faut-il rester ou partir ? - Rémi BOYER, de 14 à 18h.00 - Souffrir d’enseigner… Faut-il rester ou partir ? - Charles HENNEGHIEN, de 16 à 20h.00 – saint Georges et le Dragon – Enquête sur le succès d’un mythe

    Le dimanche 23 mars : Rémi BOYER, de 10 à 14h.00 - Souffrir d’enseigner… Faut-il rester ou partir ? - Charles HENNEGHIEN, de 14 à 18h.00 – saint Georges et le Dragon – Enquête sur le succès d’un mythe - Marcel VOISIN, de 14 à 19h.00 – Question(s) de Démocratie(s) - Insolences

    Le lundi 24 mars : Marcel VOISIN, de 10 à 16h.00 – Question(s) de Démocratie(s) – Insolences - Nicole DECOSTRE, de 10 à 16h.00 - traductrice de Ronald Aronson,Vivre sans Dieu et coauteur de Bioéthique, un avenir pour l’humanité

     

    logo paris 2014.png

     

  • SAINT GEORGES ET LE DRAGON A LA TELE...

    logo TMB.pngLe lundi 24 février fut une journée riche en événements pour le livre "Saint Georges et le Dragon - enquête sur le succès d'un mythe" et son auteur, Charles Henneghien (et accessoirement pour son éditeur). Le journal régional La Province annonçait à la une, parallèlement à l'arrivée des pandas à Pairi Daiza, la sortie du livre et y consacrait la page 9 de son édition du jour. Parallèlement, se tenait dès 9h.00 une conférence de presse à l'Hôtel de Ville de Mons, sous l'égide de l'Echevine de la Culture : plusieurs journalistes étaient présents et les retombées ne se sont pas faites attendre : une interview pour Sud Radio et un rendez-vous en fin d'après-midi dans les studios de la télévision régionale TMB. En cliquant sur le logo de Télé Mons-Borinage, vous pourrez découvrir l'interview diffusée au JT ce lundi 24 février. Depuis lors, les échos se multiplient : site web de la RTBF, en rubrique Culture, Proximag, L'Avenir, édition de Tournai (une double page dans l'édition du 4 mars), ... Prochainement, Charles Henneghien participera à un débat dans l'émission de Jean-Pol Hecq, Et Dieu dans tout ça ?, sur la Première (radio RTBF).

    A-003-a.jpgLes Montois peuvent acquérir le livre chez plusieurs libraires et points presse : les  librairies Scientia et André Leto évidemment, qui le proposaient déjà en souscription depuis une quinzaine de jours, mais aussi, désormais, La Librairie du Parc,  Le Point du Jour, la Librairie des Bassins, La librairie Sinnaeve et la boutique Mons où Venir, à Mons, La Librairie Pillon à Ghlin, Au Temps Libre à Nimy, la Librairie de l'Espinette à Cuesmes, les librairies Deham et Mario à Hornu ou encore la Librairie de la Gare, à Quaregnon.

    Le livre est aussi disponible à Tournai, chez Medialivres et Decallonne, à La Louvière chez l'Ecrivain public, à Lessines, à la boutique du musée de l'Hôpital Notre-Dame à la Rose, à Grez-Doiceau, en Brabant wallon, chez Gastu-Press et chez Creative Book, et, en province de Liège, à la librairie Debrouck à... Saint-Georges-Sur-Meuse.

    Bien évidemment, tout bon libraire partout en Belgique (mais aussi en France, via notre diffuseur ) peut nous faire suivre votre commande. En principe, la souscription prenait fin le 28 février, mais vous pouvez encore commander en direct via notre blog (voir article en colonne de droite) et obtenir ainsi un des derniers exemplaires "collector", numérotés et sous couverture cartonnée. Mais il faut faire vite : le tirage "collector" est strictement limité !

     

  • SAINT GEORGES : DU MEGALOMARTYR AU SUPER HEROS

    Memogrames - saint Georges et le Dragon - cover -isbn 978-2-930698-00-7.jpg   Nouveauté dans la collection Ulysse, le livre de Charles HENNEGHIEN que les Montois n’attendaient pas et que tous les curieux du mythe de saint Georges vont adorer : 180 pages en couleur, au format 22,5 x 22,5 cm, avec 185 photographies, pour un tour du monde sur les traces de saint Georges et du dragon, en Belgique à Mons, à Grez-Doiceau ou à Saint-Georges-sur-Meuse,  mais aussi en France, en Angleterre, en Espagne, au Portugal, en Allemagne, en Serbie, en Croatie, en Grèce et en Russie, dans le sud de l’Inde et au Brésil, en Egypte et dans les pays musulmans. Saint Georges et le Dragon – Enquête sur le succès d’un mythe sortira de presse mi-février et sera en librairie début mars. Il est proposé durant tout le mois de février en souscription : les plus futés disposeront du livre dans une édition de luxe, cartonnée et numérotée, au même prix que l’édition ordinaire (voir conditions ci-dessous).

        En 2015, Mons sera « capitale européenne de la culture ». À cette occasion, s’ouvrira un Centre d’interprétation de la ducasse de Mons (familièrement, le Doudou) où saint Georges et le dragon tiendront une place importante.

       Dans la continuité de ce projet, Saint Georges et le dragon, enquête sur le succès d’un mythe s’emploie à rendre compte de l’universalité et de l’extension du culte de saint Georges au-delà de nos frontières. Domicilié maintenant à Mons, le reporter photographe Charles Henneghien accumule, depuis des années, recherches historiques, anecdotes, iconographies et reportages sur le sujet. « Je me suis investi dans cette recherche et saint Georges m’a emmené beaucoup plus loin que prévu » confie-t-il volontiers.

     D-033-b.jpg  Saint Georges nous est venu d’Orient dans le sillage des retours de croisades, adopté comme symbole de l’idéal chevaleresque par la noblesse et l’aristocratie. Son combat contre le dragon est un thème inlassablement traité tout au long de l’histoire de l’art. Il reste aussi présent dans les fêtes religieuses et le folklore populaire, d’un bout à l’autre de l’Europe. Son culte reste très vivace dans le monde hellénique et dans les pays slaves. Dans les pays arabes, il est vénéré aussi par les musulmans. Dans les communautés chrétiennes, un peu partout dans le monde, il devient un symbole identitaire : au Moyen-Orient, en Egypte, en Ethiopie, jusqu’en Inde du sud et au Brésil. C’est un saint protecteur redoutable. Ce que sa lance cloue au sol, c’est souvent l’ennemi à abattre mais, curieusement, il est aussi le patron des bergers, paisible protecteur de troupeaux. Etrange plasticité du mythe, adaptable selon les besoins et les circonstances.

       Ce tour du monde des Saint-Georges réserve bien des surprises. Le saint est omniprésent : des villes et villages de France (près d’une centaine), de Belgique (Saint-Georges-sur-Meuse) ou d’Italie intègrent le nom du mythique héros dans leur patronyme, des sociétés folkloriques portent son nom, des navires, des hôtels et restaurants, des crus et cépages, … lui font référence. Une véritable superstar que ce Saint Georges !

     

    Le livre en pratique…

     

    Le livre de Charles Henneghien,  Saint Georges et le dragon, enquête sur le succès d’un mythe,   est proposé dans un format 22,5 x 22,5 cm, optimal pour la mise en valeur des nombreuses photos qu’il réunit, sur un papier glacé de 135 gr/m², assurant un excellent rendu, et compte 180 pages en quadrichromie. Dans le commerce, il sera proposé sous une couverture souple de 280 gr/m² au prix conseillé de 23,00 €.

     

    Des exemplaires « collector » … en souscription jusqu’au 28 février 2014

     

    H-056-a.jpgL’édition de luxe, limitée, au maximum, à 700 exemplaires numérotés, bénéficie d’une couverture cartonnée et est proposée au même prix. Cette édition de luxe est toutefois réservée aux seuls souscripteurs qui auront, avant le 1er mars 2014, soit retourné le bulletin de souscription et viré le montant dû à Memogrames Editions, soit remis ce même bulletin de souscription et payé le montant dû à l’intermédiaire dont le cachet figure sur le formulaire. Les souscripteurs ayant contacté directement l’éditeur recevront le livre dès sa parution via notre transporteur, ceux qui auront transité par un libraire ou intermédiaire partenaire pourront retirer leur exemplaire chez celui-ci à partir du 6 mars 2014.

     

    Vous voulez le commander… Faites un copié/collé du bulletin ci-dessous, remplissez-le et renvoyez-le à Memogrames (par fax au 067/63.70.87, par mail à memogrames@yahoo.fr ou par courrier postal à Memogrames Editions – Villa Voltaire – 65, chaussée de Nivelles à 7181 Arquennes. Parallèlement, faites le virement bancaire, car la commande n’est validée qu’après paiement.

      

    Nom, Prénom : ...........................................................................................................................................

     

    Adresse (y compris de livraison en cas de commande directe à l’éditeur) :

     

    ...................................................................................................................................................

     

    Code postal : ........................................ Ville : .........................................................................

     

    Tel ou GSM : .............................................................................................................................

     

    Adresse e-mail : .......................................................................................................................

     

    Je soussigné(e) passe commande de ….. exemplaires du livre de Charles Henneghien, Saint Georges et le dragon, enquête sur le succès d’un mythe dans sa version de luxe, cartonnée et numérotée, au prix de 24 € durant la période de souscription (jusqu’au 28 février 2014). Je choisis (svp, biffez la mention inutile) .

    Je vire immédiatement le montant total dû sur le compte des éditions Memogrames :

    IBAN BE46 1325 1683 4936 - Swift BNAGBEBB

    avec la mention « souscription saint Georges et Dragon ».

    Le livre me parviendra alors à mon domicile à sa sortie de presse.

     

    Date et signature

     

    R-166-b.jpg

  • Fréderic Maillard publie son 2e roman et choisit Memogrames

     

     LES REFERENTS : un roman entre SF et actualité sociétale

     MEMOGRAMES - Frédéric Maillard - Les Référents -cover -20140201.jpg  En 2008, Frédéric Maillard avait publié un premier roman - Bleu, Blanc, Brun – où il réinventait un jeune militant d’extrême-droite voulant assassiner le Président de la République le 14 juillet.

       Après cinq ans de silence, il revient avec un roman très particulier, à double entrée, à deux héros, avec deux destins parallèles et interdépendants : l’un – Dajlo - vit sur Bellaga, un monde (parallèle ?) formaté à outrance, où l’activité de chacun est de veiller sur le devenir d’un Terrien, d’être ainsi le référent d’un référé dont il faut piloter le destin selon les instructions reçues des instances supérieures. Dajlo est intelligent à en être rebelle. Mais jusqu'à quel point le restera-t-il ?

       L’autre – Antoine - a les pieds sur Terre, mais va bientôt découvrir et assumer son homosexualité, jusqu’à connaître un amour que rien ne peut rompre, pas même l’adversité extrême.

       Frédéric Maillard nous tient ainsi doublement en haleine, curieux de découvrir quels seront les destins parallèles du référent et de son référé. Et, malgré la première impression, ce n’est pas, tout compte fait, un roman de science-fiction, mais aussi un roman sociétal et un plaidoyer pour le droit au bonheur, y compris dans la différence. 

       Le Roman de Frédéric Maillard n’est évidemment pas qu’une (que deux) belle(s) histoire(s) pour passer le temps : le destin de Dajlo suscite des questions sur le pouvoir, ses manipulations, ses mensonges institutionnalisés, ses dérives autoritaires, ses mécanismes de survie… Mais aussi sur la capacité de l’individu à remettre en question l’Autorité dès lors que celle-ci lui tend les bras et lui propose d’exercer une part de son pouvoir.

       Quant au parcours de vie d’Antoine, il oblige à accepter l’autre dans sa différence, à dépasser les stéréotypes : le pari est osé alors qu’une France réactionnaire exhibe fièrement son eczéma homophobe et drape son indignation dans des oripeaux « pétainisants » délavés à l’eau bénite. 

     

     

    L'auteur : Frédéric Maillard est né le 5 mai 1970 à Angers. Après un baccalauréat scientifique et deux années deMemogrames-photos auteurs-Frédéric MAILLARD.jpg prépa, il intègre l'École Supérieure de Commerce de Poitiers (aujourd'hui ESCEM). Il effectue sa troisième année en Grande-Bretagne, à la Leicester University où il prépare un Master of Arts in European Business Analysis. De retour en France, il rejoint l'agence de publicité Young & Rubicam. Au cours de sa carrière, il travaillera pour le compte de différentes sociétés de communication avant de créer sa propre structure FMad, spécialisée en communication institutionnelle et politique. En 2002, il fonde le collectif Démocratie & Communication, pour redonner aux partis politiques démocratiques les moyens de communiquer face aux mouvements extrémistes.

       Père d'un petit garçon, Frédéric Maillard vit aujourd'hui dans le centre de Paris.

     

    Frédéric MAILLARD sera sur le stand Memogrames au Salon du Livre

    de Bondues-Lille Métropole le samedi 29 mars 2014, de 9 à 19h.00

     

    Les Référents seront présents au Salon du Livre de Paris sur le Stand Wallonie-Bruxelles et sur le stand Memogrames (espace Savoir et Connaissances, stand S68) 

    Le Livre - données pratiques :

    Frédéric MAILLARD, Les Référents – roman – éditions Memogrames

    Broché - format B5 - 184 pages - ISBN : 978-2-930698-01-4 - EAN : 9782930698014

    Prix TTC : 21,00 € - Parution : 1er mars 2014

     

     

     

  • Marcel VOISIN à l’émission La Pensée et les Hommes

       Marcel Voisin a publié chez Memogrames coup sur coup Insolences (octobre 2012) et Question(s) de Démocratie(s) (février 2013). Dans le cadre de l’émission télévisée La Pensée et les Hommes (RTBF), Jacques Lemaire l’accueille sur le thème « Humour et Révolte », en compagnie de Georges Liénard, le dimanche 8 décembre à 9h.20 sur La Une. L’émission est rediffusée le samedi 14 décembre à 10h.30 sur La Une et le mercredi 18 décembre à 18h.55 sur La Trois.

    Memogrames cover INSOLENCES.jpg   Rappelons que son livre Insolences est un essai pamphlétaire aux définitions grinçantes et politiquement incorrectes, addition alphabétique de commentaires philosophiques sans complaisance, d’analyses sans concession, de propos insolents tout en conviction, paru fin 2012 dans la collection Carnets de l’Olympe (168 pages au format B5 – ISBN 2-930418-90-7 – au prix de 21 €).

       Celles et ceux qui aiment le soufre de la plume de Marcel Voisin peuvent, une nouvelle fois, se délecter, mais aussi se ressourcer. Marcel Voisin nous avertit d’emblée : « Les dictionnaires nous apprennent que « insolences » (1458) et « insolent » (1485) apparaissent au quinzième siècle qui commence à sortir du dogmatisme médiéval et à voir se lever le soleil de la Renaissance, éclairée par l’Antiquité païenne. L’insolence, selon le latin, sort de l’habitude, échappe à la banalisation, au convenu. Elle flirte avec l’impertinence, l’irrespect, l’effronterie, mais aussi, paraît-il, avec l’injure ou l’arrogance. Péché de blasphème ? Je me contenterais plutôt de l’insolite qui signe souvent une libération de la pensée, indispensable à la dignité comme à la démocratie.»

       Pour offrir Insolences ( et/ou Question(s) de Démocratie(s) )à l’occasion des fêtes de fin d’année, il suffit de le commander chez tout bon libraire, en Belgique comme en France (pour l’Hexagone, auprès de notre diffuseur Soleils Diffusion à Paris) ou directement auprès de Memogrames (uniquement pour la Belgique) en appelant le 067/63.71.10 en journée, en envoyant un fax au 067/63.70.87 ou un mail à memogrames@yahoo.fr (frais d’expédition offerts).  

  • LES PELOTONS D'ECLAIREURS... "Un ouvrage magistral", dixit L'Avenir

     couverture Pelotons d'éclaireurs version définitive 2013 09 25 - page 1.jpg  Après une première recension dans La Meuse dès le 23 septembre*, c’est au tour des journaux du groupe Vers l’Avenir d’évoquer, sur une pleine page, le livre d’Eric Simon, Les Pelotons d’Eclaireurs régimentaires, paru mi-octobre 2013 chez Memogrames, dans la collection Arès. Le qualifiant d’ouvrage magistral,  le journaliste Jean-Michel Bodelet affirme : « C’est un livre qui fera date dans l’étude de l’histoire militaire du pays. » Hormis la présentation du livre, l’article évoque aussi les chasseurs ardennais, unité d’élite de l’armée belge, même s’il ne faut pas occulter l’action d’autres unités,  et la sauvegarde du poste d’alerte de Sterpenich, l’un des rares à avoir été occupé.

       Dans le prolongement de cet article et des nombreuses commandes qu’il suscite au lendemain de sa parution, signalons que la librairie Le Litherer à La Roche-en-Ardenne programme une séance de dédicace le samedi 14 décembre. Voilà une idée de cadeau originale si l’un de vos proches est passionné d’histoire et particulièrement par l’histoire militaire et l’histoire de la Belgique.

       Vous trouverez ce livre notamment à Bruxelles à la Boutique du Musée de l’Armée et à la Librairie de l’Escadron, chez Historica à Erpe, au Fil d’Ariane à Verviers et à Spa, chez Papyrus à Namur, chez Scientia à Mons, chez Thema hyper librairie à Nandrin et à Battice, etc. En France, tout bon libraire peut vous le commander via notre distributeur Soleils Diffusion. Le livre peut aussi être commandé directement chez Memogrames (Tél. 067/63.71.10 – fax : 067/63.70.87 - memogrames@yahoo.fr) : les frais d’expédition sont à notre charge pour tout envoi en Belgique.