Voltaire

hopital militaire

  • Médecins, infirmières et brancardiers en 1914-1918

    De longue date, le Docteur Patrick LOODTS s’est intéressé à l’action des médecins, des brancardiers et des infirmières durant le premier conflit mondial, de 1914 à 1918. Il a régulièrement donné des conférences sur le sujet et mis en ligne nombre d’articles passionnants sur son website. Memogrames lui a proposé d’aller plus loin, en consignant cette extraordinaire épopée médicale en temps de guerre dans un livre.

    cover Grande Guerre des soignants

       L’ouvrage, au format A5, rédigé en partenariat avec sa fille, Isabelle Masson-Loodts, une journaliste indépendante, compte plus de 500 pages et réunit de nombreuses illustrations inédites ou pour le moins ignorées du grand public. Il sortira de presse début décembre. La Grande Guerre des Soignants sera le 3e titre de la collection Arès, dédiée à la mémoire des temps de guerre. Il sera aussi disponible en librairie et chez Cora et pourra constituer un excellent cadeau sous le sapin de Noël pour tous les passionnés de la Grande Guerre et/ou de l'histoire médicale.

       Avec plus de 9 millions de morts et de 23 millions de blessés, la « Grande Guerre » restera dans l’Histoire comme un de ses événements les plus meurtriers. Si le premier conflit mondial se termina en 1918 sur un bilan humain désastreux, c’est qu’à la violence des combats s’ajouta l’usage de nouvelles armes : les gaz et obus furent à l’origine de nombreux morts mais aussi de graves séquelles physiques et de profonds traumatismes psychologiques…Au début de la guerre, les services de santé de l’armée belge se révélèrent insuffisamment préparés à l’afflux des blessés provoqué par cette guerre que l’on comparera volontiers à une boucherie. Pour venir en aide aux gazés, gueules cassées, et autres traumatisés de guerre, des hommes et des femmes retroussèrent leurs manches : des instituteurs deviendront brancardiers, des épouses et des mères se feront infirmières, des curés et des sœurs ne se contentèrent plus de prier pour les hommes mais travailleront à soigner leurs corps mutilés…

       La Médecine connut durant cette période de nombreux progrès, tant techniques que dans l’organisation des services de santé sur le front ou dans la formation des infirmières.  Les femmes, en particulier, jouèrent un rôle capital dans cette évolution, et gagnèrent par là même les premiers pas d’une autonomie et d’une liberté qui ne cessera plus de grandir ensuite. Les noms de l’infirmière Edith Cavell ou d’Elisabeth de Belgique, la Reine-Infirmière, s’inscrivent en bonne place dans la mémoire collective, auprès de ceux du Docteur Depage, fondateur de l’Hôpital de l’Océan, ou du britannique Docteur Chavasse, dont le courage fut récompensé d’une double Victoria Cross…D’autres noms, nombreux, ont sombré dans l’oubli : le propos de cet ouvrage est de les remettre en lumière. Au travers de cette recherche sur les médecins, infirmiers et brancardiers de la première guerre mondiale, la petite histoire, celle des hommes et des femmes, de leurs familles, de leurs amours, de leurs idéaux et souffrances, rejoint la grande Histoire, celle de l’Humanité, de ses folies, violences et vicissitudes, mais aussi de son courage et de son formidable potentiel à se mobiliser pour soigner et apaiser les souffrances.