Voltaire

librairie wallonie-bruxelles

  • 27 SEPTEMBRE : NOTRE COUP DE GUEULE !!!

    PersoFL   Nous sommes le 27 septembre, Fête de la Communauté française de Belgique. Et pourtant, ce matin, nous sommes tristes chez Memogrames ! Un courriel en provenance de Roger Sail, le président de l'ASBL liégeoise Fête du Livre, nous annonçait : " Toutes les informations  concernant La Fête du Livre sont disponibles sur notre site."  Rien que de plus logique : on vient de rentrer notre inscription pour la Foire du Livre de Bruxelles, programmée début mars 2008. Il faut remplir maintenant le formulaire pour la Fête du Livre de Seraing, qui vient en prolongement de l'évènement littéraire bruxellois…

       NENI ! Sur le site de la Fête du Livre, ce n'est plus la fête : " En 2008, après 15 années de succès, les organisateurs arrêtent la Fête du livre et se tournent vers d'autres projets." Pourtant, le millésime 2007 avait été splendide. Avec plus de 120 auteurs, la Fête du Livre prouvait une fois de plus que, malgré le manque d'aides financières, elle était la plus importante manifestation littéraire en Belgique francophone après la Foire du Livre de Bruxelles. L'échevin de la Culture de Seraing suggérait même, lors de sa prise de parole, que l'édition 2008 s'étale sur trois jours. Faute de subsides et de sponsors, ce ne sera pas le cas.

       Chez Memogrames, nous sommes tristes ce matin… Nous aimions bien cette Fête, si différente de la Foire, dans le cadre prestigieux du Val Saint-Lambert et dans une ambiance conviviale dont nos amis liégeois ont le secret.

       A quoi sert donc, Madame la Ministre de la Culture de la Communauté Wallonie-Bruxelles, un Service de Promotion des Lettres dont le nombre significatif de fonctionnaires dévore le budget avant même qu'il ne puisse réellement servir aux auteurs et aux éditeurs ? À quoi sert une librairie Wallonie-Bruxelles dont la directrice exclut certaines maisons d'édition belges et en censurent régulièrement d'autres ? Ne serait-il pas plus utile de subsidier de véritables initiaves aux résultats tangibles, comme cette Fête du Livre dont nous recevons le faire-part de décès car ses organisateurs bénévoles n'ont pas reçu le soutien public nécessaire ? Il serait utile et salutaire de se poser ce type de questions avant qu'il ne soit vraiment trop tard. Bonne Fête quand même !

     Luc Verton, directeur de Memogrames – 27 septembre 2007