Voltaire

transports en commun bruxellois

  • Le "Père" du Métro bruxellois se raconte...

    couverture page 1

    Du Transsibérien au Métro bruxellois… Tel est le titre du récit autobiographique de Maurice Woitchik, paru fin juin 2008 dans notre collection Horus  dédiée aux destinées individuelles. Un livre que vous trouverez dès à présent chez Filigranes, à la FNAC et dans diverses librairies bruxelloises, et que tout bon libraire peut vous commander rapidement, tant en Belgique (auprès de Memogrames) qu’en France (via Soleils Diffusion). L'auteur – âgé aujourd'hui de 84 ans - est directeur honoraire du Service spécial des études de la STIB, la société de transport en commun qui, à Bruxelles, exploite les réseaux de bus et de trams, ainsi que le métro, dont il fut le concepteur – certains disent même "le père".  Maurice Woitchik n'a pas œuvré, par contre à la mise en place du Transsibérien ! Le célèbre train s'est immiscé dans sa vie avant qu'il ne soit ingénieur, lors de son exode en Extrême-Orient soviétique… Maurice Woitchik est aussi vice-président du Musée juif de Belgique. Au fil des 176 pages de son livre, on découvre le parcours surprenant d'un Juif né en Lituanie "polonaise", devenu ensuite citoyen soviétique quand ce pays balte est annexé par l'URSS, fuyant l'avancée allemande jusqu'en Ouzbékistan, accomplissant ensuite ses trois premières années d'ingénieur civil à l'université de Moscou, avant de partir pour la Pologne, puis Berlin et finalement Bruxelles.   Terminant son cycle universitaire à l'ULB, il participa ensuite à la construction de la jonction ferroviaire entre Bruxelles Nord et Bruxelles Midi. Il fut ultérieurement un des principaux artisans – sur le plan technique – du métro de Bruxelles. Il a terminé sa carrière comme directeur du service spécial des études de la STIB, un poste qu'il ne quitta qu'à ses 65 ans révolus. Il a ainsi piloté la mise en place du pré métro dès 1969, de la première ligne de métro en 1976, puis de la seconde en 1988.   Aujourd'hui, à 84 ans, Maurice Woitchik témoigne de ce parcours inédit, parfois rocambolesque, mais surtout remarquable par l'audace, la ténacité et le courage qui ont animé son protagoniste tout au long de sa vie.

    QUELQUES DATES 

    16 Janvier 1923 : naissance à Vilnius de Maurice, alias Meyer, l'unique enfant de Samuel et Myriam Wojczyk, eux-mêmes nés à Vilnius à la fin du 19e siècle. 

    Septembre 1939 : la Lituanie, jusqu'alors annexée par la Pologne, tombe dans le giron de Moscou… Maurice et ses parents sont désormais citoyens soviétiques.

    22 juin 1941 : les armées allemandes attaquent l'URSS. Les Wojczyk évacuent… toujours plus à l'Est ! Kiev et l'Ukraine, puis Stalingrad, ensuite l'Oural, l'Ouzbékistan (où Maurice est affecté à la cueillette du coton à quelques kilomètres de Tachkent), puis encore Novossibirsk et la Sibérie orientale… avant de revenir progressivement, via le Transsibérien, vers Moscou, l'envahisseur nazi ayant commencé à reculer face à l'Armée Rouge.

    Juillet 1943 : Maurice est à Moscou et commence à suivre les cours à l'Institut des Ingénieurs de Constructions civiles "Kuybichev". Il a obtenu une bourse. Pour en assurer la pérennité, il faut être parmi les meilleurs : il en sera !

    9 mai 1945 : la guerre est finie ! Maurice poursuit ses études à Moscou jusqu'en 1946. Il rejoint alors ses parents à Vilnius, puis quitte l'URSS pour la Pologne, transite par Berlin, aboutit à Bruxelles et renonce au voyage vers la Palestine, que d'autres veulent entreprendre à l'époque. Le père de Maurice, initialement chef comptable, devient maroquinier. Sa mère, institutrice, apprend à confectionner des chemises… Quant à Maurice, l'ULB valide ses trois années d'études à Moscou et l'admet en quatrième. Le temps de maîtriser la langue française, il la redouble. En 1949, il est diplômé !

    1er décembre 1949 : Maurice est engagé à la construction de la Jonction Nord Midi. Il y restera dix ans !

    21 juin 1953 : Maurice épouse Sonia Lando, une jeune fille juive de… Stockholm, qui quitte la Suède pour suivre son prince charmant à Bruxelles. De cette union, naîtront un fils en 1955 et une fille en 1960.

    De 1959 à 1964 : ingénieur chez Chamebel, un constructeur de châssis métalliques, Maurice voyage beaucoup et retourne notamment à Berlin et Moscou.

    1964 :  il rejoint l'équipe chargée d'étudier la faisabilité de la mise en souterrain des trams bruxellois. Il fera le reste de sa carrière au service spécial d'études de la STIB  - dont il sera finalement le directeur - et mettra en place le pré métro en 1969, puis les diverses lignes de métro à partir de 1976. Seule "infidélité" à la STIB et à son service spécial des études, il sera conseiller de Guy Spitaels et de Valmy Féhaut, lorsque ceux-ci seront ministres des communications, entre 1980 et 1983.

    1988 : Maurice Woitchik part à la retraite, mais crée alors, avec un ami et leurs épouses, une société de consultants en construction : les Suédois qui investissent alors à Bruxelles font appel à leurs services…

    DONNÉES PRATIQUES : 176 pages, format A5 illustré de documents inédits - ISBN 2-93041834-6. Prix public : 18 €. Disponible chez Filigranes, à la FNAC, au Musée Juif de Belgique et dans diverses librairies bruxelloises, en commande auprès de votre libraire habituel, tant en Belgique (via Memogrames) qu'en France, notamment dans la soixantaine de librairies spécialisées en littérature juive de Paris, Marseille, Nice, Strasbourg, ... (via Soleil Diffusion et Distribution) ou, à défaut, directement chez Memogrames, moyennant virement préalable sur le compte bancaire de Memogrames auprès de Delta Lloyd Banque : 132-5168350-37 (N.B. Pour un versement depuis un autre pays que la Belgique : IBAN : BE73 1325 1459 6761 – code Swift : BNAGBEBB – prévoir 5 euros de participation aux frais d’envoi ) et, par mesure de sécurité (les communications bancaires étant souvent tronquées), confirmation via un courriel à memogrames@yahoo.fr nous précisant votre commande, ainsi que vos coordonnées postales et téléphoniques.